Un chauffeur contraint de déverser de l’acide d’ArcelorMittal dans la nature, licencié pour avoir dénoncé un scandale environnemental

Imprimer






Le chauffeur, qui affirme avoir été contraint de déverser de l’acide d’ArcelorMittal dans la nature, a évoqué, mardi, sur franceinfo, les difficultés qu’il a rencontrées depuis qu’il a lancé l’alerte. Il dit avoir des regrets.

En effet, il affirme avoir déversé des centaines de mètres cubes d’acide dans un crassier durant 3 mois. Il assure que les salariés de l’entreprise savaient parfaitement qu’il déversait une matière très dangereuse dans la nature. L’acide aurait dû en effet être recyclé par une entreprise spécialisée.

Normalement je devais le ramener dans un centre de recyclage à Maloncourt. Mais on me disait de charger l’acide et d’aller au crassier, avec la complicité de salariés d’Arcelor qui me donnaient les bons de livraison eux-mêmes. Les bons n’indiquaient pas que c’était de l’acide. Ils indiquaient seulement que c’était de la boue de fer ou de la boue d’épuration.

Le chauffeur a alors décidé d’en parler à un pompier travaillant pour Parcellisation mais sa direction l’a appris et a décidé de le licencier pour « rupture de discrétion commerciale ». Depuis, l’homme explique qu’il n’arrive pas à retrouver du travail tandis que l’entreprise se défend en expliquant qu’il n’y a aucun risque environnemental ou sanitaire pour les populations.






Source

Merci pour votre partage !

Une pensée sur “Un chauffeur contraint de déverser de l’acide d’ArcelorMittal dans la nature, licencié pour avoir dénoncé un scandale environnemental

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *