Les magasins Biocoop sont condamnés à payer 30.000€ pour avoir critiqué les pommes non bio

Imprimer





En septembre dernier, l’enseigne Biocoop a été condamnée en justice suite à une campagne de communication dénigrant les pommes non bio. Une campagne jugée anticoncurrentielle à l’égard des filières non biologiques.


Il est interdit de critiquer l’agriculture chimique

Certains d’entre vous, déjà convaincus par le bio, ont vu passer cette campagne publicitaire de 2014 à l’initiative de Biocoop. Une campagne dénigrant les pommes chimiques, c’est-à-dire non issues de l’agriculture biologique. Rappelons que la pomme non bio est l’un des fruits les plus traités en France avec une triste moyenne de 30 traitements avant sa récolte1.

Interfel, l’ANPP (producteurs de pommes) et la FNPF sont trois organisations de la filière fruits et légumes. Elles avaient déposé un recours en justice devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour dénigrement des pommes non-bio. Le jugement a été rendu le 21 septembre dernier et l’enseigne de magasins biologiques a été condamné pour appel au boycott et pratique anticoncurrentielle à l’égard des filières fruitières non biologiques. Biocoop doit ainsi payer la somme de 10.000€ à chacune des trois parties et à publier une insertion du jugement dans la presse.

Cette campagne publicitaire repose […] sur le dénigrement des filières (non biologique, ndlr) aux fins de dissuader […] d’acheter ces fruits.

Selon les juges de l’affaire : “il est établi que cette campagne publicitaire repose non pas sur la valorisation des pommes issues de l’agriculture biologique, mais au contraire sur le dénigrement de celles des autres filières, aux fins de dissuader les consommateurs d’acheter ces fruits.

Manger 5 fruits et légumes par jour ?

L’interfel est l’interprofession des fruits et légumes frais. Cette institution rassemble et représente les métiers de l’ensemble de la filière. Son rôle est de mener des campagnes d’information et de communication pour valoriser tous les fruits et légumes. Le marché du bio n’étant pas majoritaire, l’institution a vu d’un mauvais oeil la campagne critique de Biocoop.

Les plaignants aiment affirmer que l’ensemble des professionnels de la filière des fruits et légumes frais (bio ou non) font leur maximum pour proposer des produits sains. Une notion subjective qui, selon eux, correspond à la réglementation très stricte en vigueur établie par les Pouvoirs publics. D’après l’Interfel, Biocoop fait l’apologie des fruits chimiques dans une démarche purement commerciale et opportuniste. La campagne ferait préjudice à l’image des fruits et légumes qui constituent un enjeu de santé publique.

Biocoop est une entreprise commerciale comme une autre qui fait de la communication pour valoriser son activité. En guerre contre les pesticides, elle décide parfois de frapper les esprits avec des campagnes chocs. Est-ce réellement néfaste pour le consommateur ? Et si on inversait les choses ? Libre au consommateur de s’informer par lui-même pour ainsi faire le meilleur choix pour sa santé. Une idée de démarche personnelle qui ne plairait probablement pas aux institutions publiques.

[1] Peut-on encore manger des pommes non bio ?
Jugement du tribunal de Grande Instance de Paris : forumphyto.fr

Source (cliquez sur le lien)






Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *