Manger de la viande sans tuer l’animal, c’est maintenant possible !

Imprimer






De la viande pour végétariens intégralement réalisée en laboratoire, c’est possible ? C’est du moins l’incroyable pari sur l’avenir pensé et étudié par des scientifiques. Manger de la viande sans tuer un seul animal est un doux rêve qui semble enfin se préciser.

Nous nous sommes tous interrogés au moins une fois sans pour autant franchir le cap. « Dois-je devenir végétarien ? Dois-je continuer à manger de la viande ? » Autant de questions qui nous tiraillent, sans savoir que faire, que ce soit pour des questions de santé ou bien si vous vous opposez fermement aux conditions d’abattage des animaux.






cow

Mais il y a peut-être de l’espoir, et une alternative fabuleuse qui se profile à l’horizon. En effet, une équipe de chercheurs issus de l’Université du Minnesota (États-Unis) a récemment développé une technique afin de produire de la viande sans tuer un seul animal.

Certes en 2013, le premier steak haché « artificiel » a vu le jour à Londres mais cela relevait plus de l’avancée scientifique que de l’innovation culinaire et puis il faut dire qu’à 325 000$ le steak on s’en passe facilement…

Memphis Meat est le premier laboratoire à créer de la viande à des fins commerciales, c’est-à-dire comestible, répondant à tous les critères sanitaires et à un prix « raisonnable » (12€ la boulette de bœuf…). Uma Valeti et Nicholas Genovese sont les scientifiques à l’origine de ce pari alimentaire de taille.

12841207_1672463186354024_1530140822503265632_o

Tous amoureux de la viande et impliqués dans la sauvegarde des ressources planétaires, ils se sont rendu compte que la production de viande de synthèse c’est -96% d’émissions de gaz à effet de serre, -99% d’utilisation de terre cultivable et -96% de consommation d’eau que la production classique de viande mais le plus important, aucun animal n’est tué dans le processus !

Quel est le secret ? Afin de fournir une alternative à l’abattage industriel à grande échelle des animaux, le Docteur Uma Valeti s’est lancé un défi, celui de prélever des cellules animales pouvant se régénérer (de la même façon que les cellules musculaires). À cela, il ajoute des éléments nutritifs et de l’eau et met le tout dans un bioréacteur pendant une durée de 9 à 21 jours. Après, la viande cultivée est prête à être mangée. Et apparemment, ça marche !

C’est le sujet très controversé du moment, c’est écologique mais est-ce vraiment sain, n’y a-t-il aucun danger pour la santé ? En même temps, la viande d’une « vraie » vache n’est pas plus saine dû à la présence de bactéries, d’antibiotiques et autres toxines qui mettent notre santé en danger…

12742746_1666522606948082_860608359165630253_n

Outre le fait d’épargner la vie des animaux, Valeti certifie également que la viande crée dans le laboratoire réduit également les graisses saturées : un avantage supplémentaire, qui permet d’être immunisé contre toute contamination bactérienne. Le projet serait également une valeur positive pour l’environnement, car l’élevage industriel serait à l’origine des émissions de dioxyde de carbone et de méthane, un gaz à effet de serre puissant.

Le médecin est aussi PDG de la société Memphis Meats, une entreprise basée à San Francisco et espère fortement que ses efforts porteront un jour leurs fruits et que le produit sera commercialisé d’ici quatre ans avec une ligne de production de viande de bœuf, de porc, de poulet, le tout sans tuer un seul animal. D’après l’United Nations’ Food and Agriculture Organization, près de 56 milliards d’animaux sont élevés et abattus pour la consommation humaine chaque année dans le monde, et ce nombre devrait doubler d’ici 2050.

On ne sait pas ce que le projet va donner dans quelques années, mais une chose est sûre, ça a le mérite de faire cogiter ! Pour en savoir plus, regardez la vidéo (en Anglais) : 








Source

Source

Source

 

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *