Le poisson pourrait avoir des émotions et une conscience

Imprimer




Des chercheurs de l’université autonome de Barcelone (UAB) ainsi que des scientifiques des universités de Stirling et de Bristol (Royaume-Uni) ont pour la première fois observé une augmentation de la température corporelle entre 2 et 4 degrés chez le poisson zèbre, lorsqu’ils sont soumis à des situations stressantes. Ce phénomène est connu sous le nom de fièvre émotionnelle, car il est lié aux émotions que les animaux ressentent face à un stimulus externe et il a même été lié, non sans controverse, à leur conscience.

Jusqu’à présent, une fièvre émotionnelle n’avait été observée chez les mammifères, les oiseaux et certains reptiles, mais jamais chez les poissons. Pour cette raison, les poissons ont été considérés comme des animaux sans émotions ni conscience. L’expérience, avec 72 poissons zèbres, a remis en question ce point de vue.

Les chercheurs ont divisé les poissons en deux groupes de 36 et ils ont été placés dans un grand réservoir avec différents compartiments interconnectés avec des températures allant de 18ºC à 35ºC. Les poissons de l’un de ces groupes – le groupe témoin – ont été laissés intacts dans la zone où la température était au niveau qu’ils préfèrent : 28ºC. L’autre groupe a été soumis à une situation stressante : ils étaient confinés dans un filet à l’intérieur du réservoir à 27ºC pendant 15 minutes. Après cette période, le groupe a été libéré. Alors que les poissons témoins restaient principalement dans les compartiments à environ 28 ° C, les poissons soumis au stress avaient tendance à se déplacer vers les compartiments avec une température plus élevée, augmentant leur température corporelle de deux à quatre degrés. Les chercheurs indiquent qu’il s’agit d’une preuve que ces poissons présentaient une fièvre émotionnelle.

Les scientifiques diffèrent sur la mesure dans laquelle les poissons peuvent avoir conscience. Certains chercheurs affirment qu’ils ne peuvent pas avoir conscience car leur cerveau est simple, sans cortex cérébral, et ils ont peu de capacité d’apprentissage et de mémoire, un répertoire comportemental très simple et aucune capacité à ressentir la souffrance. D’autres contestent ce point de vue en soulignant qu’en dépit de la petite taille du cerveau du poisson, des analyses morphologiques et comportementales détaillées ont mis en évidence des homologies entre certaines de leurs structures cérébrales et celles observées chez d’autres vertébrés tels que l’hippocampe ) et l’amygdale (liée aux émotions) des mammifères.

Selon Sonia Rey, de l’Institut d’Aquaculture de l’Université de Stirling et de l’Institut de Biomédecine et de Biotechnologie (IBB) de l’UAB, «ces résultats sont très intéressants : l’expression de la fièvre émotionnelle suggère pour la première fois que les poissons ont un certain degré de conscience».

La recherche a été publiée dans Actes de la Société royale de Londres, Sciences biologiques.  Elle a débuté à l’Institut de biomédecine et de biotechnologie de l’UAB et a été conclu à l’Université Stirling par les mêmes chercheurs, Sonia Rey, Simon Mackenzie, Reynaldo Vargas et Sebastian Boltaña, en collaboration avec Felicity Huntingford, Stirling et Toby Knowles, Bristol Université, qui a aidé à l’analyse statistique des données.




Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *