Perte des cheveux chez la femme: les meilleurs remèdes, trucs et traitements

Imprimer





La perte de cheveux ou alopécie peut s’avérer difficile pour les femmes qui en souffrent. Des experts nous donnent les 10 meilleurs trucs pour conserver une chevelure saine et soyeuse et nous expliquent les principales causes.

Les causes et meilleurs traitements de la perte de cheveux chez la femme

L’Association canadienne de dermatologie (ACD) estime que l’on perd chaque jour à peu près 100 de nos 100 000 cheveux tout en précisant que c’est une action tout à fait normale et que la plupart repoussent. C’est que nos follicules connaissent des cycles continus de croissance, de repos et d’élimination.

Ce qui peut devenir inquiétant, c’est l’apparition de plaques dégarnies ou l’élargissement de votre raie. « On estime que 30 % des femmes de plus de 40 ans et 45 % des femmes ménopausées souffrent d’alopécie », explique le Dr Vincent Durosier, directeur médical des Laboratoires dermatologiques Ducray à Toulouse, en France. Nos cheveux poussent d’environ 3 cm par mois. Mais le Dr Durosier précise qu’il ne s’agit pas d’un processus continu, ce qui veut dire que les 100 000 follicules pileux dont on a parlé ne poussent pas au même rythme. Ainsi, chaque cheveu sur notre tête va y rester pendant trois à six ans avant de tomber.

Les principales causes de la perte de cheveux chez les femmes

1. Alopécie féminine et ménopause

Avec l’âge, certaines femmes perdent plus de cheveux que la normale. La raison la plus courante après la ménopause est l’alopécie féminine. « Féminine » est ici un mot clé, parce que cette calvitie diffère de celle des  hommes. Alors que les hommes voient leur front dégarnir, chez les femmes, la perte de cheveux se présente comme un éclaircissement du sommet du crâne ou des côtés ou un amincissement global qui révèle le cuir chevelu.

Selon le docteur Robert Jones du Centre de Greffe de Cheveux à Oakville en Ontario, la chute des cheveux (ou alopécie) chez la femme est largement attribuable à la génétique. Il estime que 80 à 90 pour cent des cas de calvitie sont reliés à l’historique familial. Cette situation peut être causée par un dérèglement thyroïdien, un déséquilibre hormonal et des effets secondaires suite à une prise de médicaments comme les antidépresseurs.

2. Stress et mauvaise hygiène de vie 

Nick Dimakos, fondateur de SureThik International, soutient que le stress représente également un facteur de risque. Jetez un œil sur votre mode de vie : avoir un régime équilibré, apprendre à gérer le stress et faire de bonnes nuits de sommeil peut être tout ce qu’il faut pour enrayer la perte de cheveux.

3. Carences en fer, en zinc et en silicium

La perte des cheveux associée à des carences alimentaires peut souvent être contrôlée en améliorant votre bien-être général. Une étude clinique de 2012 a démontré que Viviscal, un supplément nutritionnel à base de protéines marines, stimule la croissance des cheveux (sans effets secondaires) chez les femmes qui présentent une perte de cheveux temporaire.

« Lorsque le corps subit un stress ou est carencé, il voit vos cheveux comme non essentiels, alors il cesse d’alimenter les follicules pileux pour soutenir les organes vitaux, » dit Mark Holland, PDG de Viviscal en Amérique du Nord.  Des carences en fer peuvent également conduire à affiner la chevelure.  Une saine alimentation a donc toute son importance. « Les personnes carencées en zinc ou en fer peuvent être victimes d’une chute sévère des cheveux, dit-il. Une personne normale peut perdre de 50 à 100 cheveux par jour alors que celle qui souffre d’une carence en fer ou en zinc aura une perte nettement supérieure. » Tout comme le zinc, le silicium est primordial.

« Parmi les bonnes sources alimentaires de silicium, mentionnons le concombre, la mangue, les légumes feuillus verts, les fèves, le céleri, les fraises et les asperges », nous précise Jenn Pike, nutritionniste holistique de Keswick (Ontario). Privilégiez également les aliments riches en zinc : « les graines de citrouille, les huîtres fraîches, les noix du Brésil, les œufs biologiques et les pacanes », ajoute-t-elle.

4. Pelade

Des poignées de cheveux tombent sans raison. « On croit que ce pourrait être un problème immunitaire, mais c’est une maladie compliquée et la cause exacte n’est pas connue », fait remarquer la Dre Denise Wexler, dermatologue de London, en Ontario, et ancienne présidente de l’Association canadienne de dermatologie. Dans la pelade, le corps rejette les cheveux comme des envahisseurs, bien que ceux-ci puissent repousser sans traitement dans l’année.

5. Effluvium télogène

Un grand nombre de cheveux entrent en repos et meurent. Cette pathologie est déclenchée par un événement qui taxe le corps, comme une forte fièvre ou une perte de poids extrême. Vous pouvez ne pas noter qu’une grande partie de vos cheveux a cessé de croître, mais il s’ensuit une perte de cheveux évidente dans les semaines ou les mois suivants. « C’est courant chez les femmes qui ont accouché », explique la Dre Wexler. Au moment où vous constatez la perte, des cheveux en bonne santé ont déjà commencé à croître.

6. Régimes éclair

Une chute soudaine de l’apport en calories peut entraîner une perte de cheveux par petites mèches à la fois.

7. Le style de coiffure

Également connue sous le terme d’alopécie de traction, la perte de cheveux est souvent la conséquence des tresses ou des queues de cheval serrées.

8. Hypothyroïdie ou hyperthyroïdie

Un dérèglement hormonal causé par une glande thyroïde hypo ou hyperactive peut provoquer une perte de cheveux sur toute la tête. Mais les cheveux devraient repousser après le traitement du trouble de la thyroïde.

9. Grossesse

Les pertes de cheveux peuvent être provoquées par les fluctuations hormonales pendant la grossesse ou après l’accouchement. Au lieu de présenter des zones dégarnies de la tête ou un élargissement de la raie, vous pourriez perdre des mèches entières de cheveux.

10. Problème de santé et médicaments

La perte de cheveux chez la femme peut aussi être le signe d’une affection auto-immune, comme le lupus ou le psoriasis. Certains médicaments, les infections de la peau et même le manque de sommeil contribuent à la perte de cheveux. C’est pourquoi il est important de consulter un professionnel de la santé qui évaluera la perte de cheveux inexpliquée, surtout si vous remarquez des symptômes systémiques, tels que changement de poids ou problèmes intestinaux. Votre médecin fera un « essai de traction » pour voir combien de cheveux tombent facilement, examinera votre cuir chevelu, prendra une biopsie de vos cheveux ou de votre cuir chevelu et vérifiera votre glycémie.

Si vous êtes inquiète d’une chute inhabituelle de vos cheveux, parlez-en à votre médecin. Le traitement d’une maladie sous-jacente ou d’une carence peut suffire à redonner à votre chevelure son ancienne gloire. Si vous prenez des médicaments pour une maladie chronique, mentionnez la perte de cheveux à votre pharmacien ou votre médecin. Celui-ci peut reconnaître le médicament à l’origine de la chute excessive de cheveux. En attendant de consulter votre médecin, voici les solutions qui s’offrent à vous.






Les meilleurs traitements, trucs et remèdes contre la perte de cheveux prématurée chez la femme

A) Considérez la greffe de cheveux

La transplantation capillaire est une technique qui vise à prélever des cheveux et à les réimplanter dans une zone plus dégagée.

Les greffes capillaires réussissent chez les femmes. « Elles sont efficaces, » dit la Dre Wexler. Les chirurgiens transplantaient auparavant des bandes entières de cuir chevelu, mais le repiquage individuel de follicules pileux de l’arrière du cuir chevelu donne de meilleurs résultats. Parce que l’arrière de la tête est plus résistant à la perte de cheveux, il y a généralement plus de cheveux. « C’est fastidieux et coûteux, mais cette approche représente la possibilité de bons résultats chez les femmes », dit la Dre Wexler. Les greffes folliculaires sont effectuées par des chirurgiens qualifiés dans la greffe de cheveux; certains sont dermatologues.

B) Essayez le minoxidil (Rogain et Apo-Gain)

Une première option est le minoxidil, vendu sous les noms de Rogaine et Apo-Gain. C’est un liquide à appliquer sur le cuir chevelu qui ralentit la perte, voire accélère la repousse d’une partie des cheveux et qui est parfois efficace dans la pelade. Il y a des remèdes topiques ou par voie orale, à base de plantes, pour les hommes et les femmes. Ils contiennent des extraits naturels de graines de fenugrec ou de palmier nain, mais il n’y a aucune certitude quant à leur efficacité.

«Le minoxidil est un médicament vasodilatateur qui diminue la pression sanguine et qui peut également ralentir la chute des cheveux et même favoriser la repousse», explique Nick Dimakos. minoxidil. Le docteur Robert Jones, qui a recommandé ce traitement à plusieurs de ses patientes, soutient qu’il est efficace dans la plupart des cas. Mais avant d’envisager prendre du minoxidil, il faut consulter un médecin.

C) Médicaments sur ordonnance

Si le diagnostic est la pelade, celle-ci se traite habituellement avec des crèmes corticoïdes ou des injections dans le cuir chevelu, plus efficaces si on s’y prend tôt. Plusieurs médicaments avec des effets hormonaux (pilule contraceptive) aident à prévenir l’alopécie féminine, puisque cette perte de cheveux est liée à la testostérone, or les contraceptifs oraux bloquent la testostérone. Mais ces médicaments par voie orale présentent un risque accru d’effets secondaires en comparaison des traitements topiques. Discutez-en avec votre médecin.

On peut conseiller des stéroïdes topiques comme le clobétasol, le fluocinonide et l’hydrocortisone pour les chutes de cheveux de type alopécie areata et autres cas d’origine auto-immune, mais ces traitements ne fonctionneront pas pour les alopécies d’origine génétique. Dans le cas d’effluvium télogène chronique, l’alopécie est d’habitude à court terme, accompagnée parfois d’exacerbations, nous dit le Dr Durosier. « On peut assister à une amélioration temporaire grâce à un traitement court aux stéroïdes topiques », précise-t-il.

D) Traitement au plasma riche en plaquettes (PRP)

Le traitement au plasma riche en plaquettes (PRP) présente une approche différente. Il stimule la repousse plutôt que de combattre l’alopécie. « Dans ce traitement, on utilise le propre sang de la patiente et ses facteurs de croissance pour stimuler la pousse des cheveux », mentionne le Dr Donovan. Le sang est prélevé et centrifugé de manière à isoler le plasma qu’on réinjecte dans le cuir chevelu pour stimuler la repousse.

ETraitement au laser à basse intensité

Parmi les autres traitements non chirurgicaux, on retient le traitement au laser à basse intensité. Le laser est utilisé pour stimuler l’apport sanguin au cuir chevelu et provoquer la repousse à partir des follicules pileux. Des pilules anti-androgènes ou bloqueuses d’hormones comme la spironolactose ou le finastéride (Propecia), voire même des contraceptifs oraux, peuvent contribuer à ralentir ou même à stopper l’alopécie. Tous ces traitements bloquent la testostérone qui peut causer la chute des cheveux chez certaines femmes dont les cheveux sont sensibles aux androgènes.

F) Maquillez votre cuir chevelu

Des produits comme, Surethik Hair Building Fibers, donnent l’impression d’une chevelure bien garnie. Il permet de maquiller les zones touchées par l’alopécie. « Ce sont de vrais cheveux à saupoudrer sur la tête et qui s’attachent au cuir chevelu », explique Nick Dimakos.

G) Extensions et perruques

« Désormais, les postiches ont l’air naturels, parfois plus que vos cheveux », souligne la Dre Wexler. Les extensions de cheveux sont plus légères que les postiches. De plus, elles représentent une bonne option si vous avez encore assez de cheveux. Les femmes peuvent également suppléer aux cheveux manquants avec de la poudre épaississante de fibres de cheveux. Cette poudre est disponible dans certaines pharmacies, en salons de coiffures et en ligne. Saupoudrez les fibres sur votre cuir chevelu et elles devraient rester en place jusqu’au prochain shampoing.

H) Le tatouage du cuir chevelu

Le tatouage du cuir chevelu peut être une solution plus durable. Des inconvénients ? Oui, il comporte des risques, telle l’infection. En plus, la couleur du tatouage change avec le temps.

I) Traitements futurs pour mieux combattre et contrôler la perte de cheveux

On fait de nouvelles recherches sur les prostaglandines, des molécules de graisse qui agissent comme messagers. Bien que certaines prostaglandines soient connues pour favoriser la repousse des cheveux, d’autres peuvent l’inhiber. Ces recherches pourraient mener à de nouveaux traitements topiques qui restaureraient la repousse des cheveux. Un produit pour la croissance des cils à base de prostaglandine, appelé Latisse est disponible au Canada.

Comment prévenir et mieux contrôler la perte de cheveux chez les femmes ?

Il n’y pas de solution miracle contre la chute des cheveux, mais il existe des mesures préventives pour freiner l’alopécie. Le docteur Nick Dimakos recommande de consulter son médecin pour vérifier d’abord s’il y a un déséquilibre thyroïdien. Un diagnostic rapide permet de prévenir  la perte de cheveux.

Traitements efficaces contre la chute de cheveux chez la femme : ajoutez-y du volume

Et que faire en attendant de trouver une solution durable ? Utilisez des produits augmentant le volume de vos cheveux. « Les shampoings volumisateurs peuvent temporairement augmenter le calibre du cheveu. Ceci permet d’améliorer ainsi l’allure générale de la chevelure chez la femme », explique le dermatologue Jeff Donovan.

Sérum de densification capillaire Grow Gorgeous de Deciem

Appliquez ce sérum tous les soirs pour rééquilibrer le cycle capillaire. Vous réveillerez ainsi les follicules au repos afin que plus de cheveux soient dans leur stade de croissance. Coût : 50 $

Soin de nuit pour cheveux Night Density Rescue de Nioxin

Vous utilisez des crèmes de nuit pour régénérer et apaiser la peau de votre visage pendant votre sommeil? Essayez le masque de nuit pour cheveux de Nioxin qui procurera au cuir chevelu un soin comparable. Sa formule antioxydante atténue les dommages causés par les radicaux libres. De plus, elle crée un environnement propice à la croissance des cheveux. Coût : 50 $

Shampoing NewHair Biofactors de NISIM

Ce shampoing tout-en-un peut s’intégrer facilement à votre toilette quotidienne. Il contient un mélange d’acides aminés et de provitamine B5. Ceux-ci donnent plus de force et de soutien aux follicules pileux. Coût : 50 $

Sérum régénérateur antichute TRIPHASIC ATP Intensif de René Furterer Paris

Ce traitement régénérateur à faire pendant trois mois fonctionne grâce à la molécule d’adénosine triphosphate. Cette molécule est reconnue pour tripler la durée du cycle de vie des cheveux. Il améliore l’enracinement des cheveux et la survie des bulbes pileux : il diminue donc le risque de chute. Coût : 215 $ (pour un traitement de trois mois)

À éviter

En terminant, les femmes atteintes d’alopécie devraient éviter l’utilisation de  gels, de teintures et de rallonges pour cheveux.  Les suppléments de vitamine B12 et de fer sont également à éviter. Les queues-de-cheval et les tresses peuvent également accélérer la perte de cheveux. Il est donc préférable de laisser de côté ces coiffures, mentionne Robert Jones. Selon lui, les rallonges fragilisent le cuir chevelu  et peuvent provoquer une chute de cheveux.






Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *