15 antifongiques naturels anti-candida albicans

Imprimer





Chaque souche de Candida a ses faiblesses et est sensible à un antifongique naturel en particulier. Dans le cadre d’un programme anti-candida, choisissez au moins un des antifongiques de la liste suivante. Pour plus d’efficacité, vous pouvez en combiner plusieurs.

L’idéal est que vous fassiez des tests, à l’aide du tableau score symptômes, (cliquez sur le lien vert) pour déterminer laquelle des combinaisons est la plus efficace dans votre cas.

tableau-des-scores1


Pour guérir du Candida albicans, les antifongiques naturels les plus efficaces sont, selon Leon Chaitow et Simon Martin : (par ordre alphabétique) :

  • L’acide caprylique, qu’on trouve dans la noix de coco
  • L’acide tannique
  • L’ail
  • L’aloès vera
  • La biotine
  • La berbérine
  • Le candicidin (BioCare Oregano Complex)
    La camomille
  • L’extrait de pépins de pamplemousse (controversé)
  • L’acide oléique, qu’on trouve dans l’huile d’olive
  • L’huile d’origan
  • Le Kolorex
  • Le pau d’arco
  • Les racines de gingembre (en tisane ou mangées en lamelles, crues)
  • Le rutabaga (cru ou cuit)

Vous n’êtes pas forcé(e) d’acheter des compléments alimentaires pour chacun de ces produits, puisqu’on les trouve dans des produits naturels, ou qu’ils sont des produits naturels… c’est d’ailleurs pour cela qu’on parle d’antifongiques naturels.

N.B. : ces produits sont naturels mais pas nécessairement sans risques. Les personnes atteintes d’hépatites B ou C ou du VIH doivent impérativement consulter un médecin avant de consommer ces produits à haute dose. Ils pourraient interférer avec leur traitement.

Certains antifongiques naturels sont plus faciles à trouver que d’autres. C’est un des critères de choix les plus importants. Si vous pouvez les acheter facilement, ils deviendront rapidement une partie de votre régime alimentaire, et contribueront à l’amélioration de votre santé sans que vous ayez à y penser. Mieux vaut un produit un peu moins efficace, mais moins cher et plus facile à trouver. S’il est trop cher, vous n’en achèterez pas assez souvent. S’il n’est pas facile à trouver, vous abandonnerez rapidement.

3 critères pour choisir ses antifongiques naturels :

  • faciles à trouver,
  • peu chers,
  • consommation pratique

 


4 antifongiques naturels répondent particulièrement bien à ces critères 

1. L’ail a trois propriétés précieuses dans le cadre de la lutte contre la candidose :

  1. Il contient trois composés antifongiques différents, ce qui limite les chances d’un développement d’une résistance aux antifongiques par le Candida
  2. Il améliore la capacité des globules blancs à détruire les envahisseurs, via un processus appelé phagocytose
  3. Il entraîne l’augmentation de la production de Lymphocytes T, un autre acteur clé du système immunitaire

Vous pouvez vous procurer de l’ail dans n’importe quelle grande surface, même s’il vaut mieux l’acheter BIO. L’ail est peu cher, facile à trouver, mais pose un problème lors (et après…) de la prise : l’odeur.

Pour éviter ce genre de désagrément, il existe des capsules qui permettent de réduire fortement l’odeur d’ail, que vous trouverez sur internet, en pharmacie et en parapharmacie. Faites tout de même attention aux ingrédients du complément.

Vous pouvez consommer l’ail :

  • cru : trois gousses par jour en trois prises pour des bienfaits maximum. Coupez-les en petits morceaux et ajoutez-les à vos plats après cuisson.
  • cuit : trois gousses par jour en trois prises pour des bienfaits maximum. N’oubliez pas d’écraser les gousses ou de les couper en morceaux avant de les mettre à cuire, pour leur permettre de diffuser leurs composés bioactifs dans vos plats.
  • en capsules : (recommandé si vous n’aimez pas le goût ou l’odeur de l’ail) : 400 à 600 mg, trois fois par jour, pendant les repas.

Pourquoi prendre l’ail en trois prises ?

Cela permet de diffuser ses composés bioactifs dans votre organisme pendant plus longtemps, ce qui le rend plus efficace.


2. L’acide caprylique : un antifongique naturel difficile à trouver dans le commerce

J’ai hésité à vous le mentionner parce qu’il est difficile à trouver, mais il semblerait que ce soit un des antifongiques les plus puissants (dixit Simon Martin). L’acide caprylique désagrège les parois cellulaires des levures, et limite leur prolifération dans le système digestif. Je n’en ai jamais vu en magasin BIO et même sur internet il est difficile à trouver.

Dose recommandée par Leon Chaitow : 1000 à 2000 mg, 3 fois par jour, pendant les repas.


3. L’extrait de pépins de pamplemousse

Ce produit est controversé : certains auteurs comme Simon Martin soulignent à juste titre que l’efficacité de l’extrait de pépins de pamplemousse n’a pas été démontrée sur le candida-albicans. Mais ce produit est tellement plébiscité sur internet que je ne pouvais pas ne pas l’évoquer. Il est en plus très facile à trouver en magasins BIO.

Attention cependant, en France il a tendance à être très dilué et les doses recommandées par les auteurs sont faites pour le produit pur.

Dosage recommandé pour une concentration à 33% (pour Citrobiotic, par exemple) :

    1. Semaine 1 : 10 gouttes, 3 fois par jour;
    2. Semaine 2 : 20 gouttes, 3 x par jour;
    3. Semaine 3 : 20 gouttes, 3 x par jour;
    4. Pause d’une semaine puis pendant trois semaines, 30 gouttes, 3 x par jour

 


4. Le gel d’aloe vera

Le gel d’Aloe vera n’a pas seulement une action antifongique.

Il favorise l’équilibre de la flore intestinale et contribue à rétablir l’équilibre acido-basique de l’organisme.

Selon Leon Chaitow, toute personne souffrant de candidose devrait prendre, deux fois par jour, une à deux cuillère à café de gel d’aloe vera dans de l’eau.

Le gel d’Aloe vera peut aussi être appliqué sur les problèmes de peau et les problèmes génitaux. Vous en trouverez facilement en magasin BIO, et probablement en parapharmacie.

Faites attention à la concentration du produit : plus il est dilué, plus vous devrez en consommer et plus vite sera terminée la bouteille.

Une fois ouvert, gardez votre gel d’Aloe vera au frais.

Dose recommandée par Leon Chaitow : 1 à 2 cuillères à café, deux fois par jour.







La réaction d’Herxheimer : vous vous sentez « fâner » après votre traitement d’antifongiques naturels ?

La réaction d’Herxheimer c’est la recrudescence des symptômes qui survient dans la semaine qui suit un traitement antifongique efficace. En gros, vous risquez d’avoir plus de symptômes que d’habitudes, voire d’en découvrir de nouveaux. C’est temporaire et important à suivre avec le tableau score symptômes pour noter le moment où ils augmentent, et celui où ils diminuent.

La réaction d’Herxheimer n’est pas un effet secondaire des antifongiques, mais le résultat de toxines et de déchets qui sont relâchés quand des organismes du Candida sont détruits. Ils doivent-être absorbés, neutralisés et éliminés, par le foie notamment (d’où l’importance de soutenir le foie, notamment au début du programme anti-candida).

Si certains antifongiques fonctionnent bien sur vous, ils le font rapidement. Si vous vous sentez fatigué, nauséeux, que vous avez des migraines et que vos symptômes s’aggravent, c’est que, selon Simon Martin, vous avez le Candida et que l’antifongique naturel que vous avez pris est efficace.

N’oubliez pas d’écrire les effets des antifongiques naturels que vous aurez choisi à l’aide du tableau score symptômes. (cliquez sur le lien vert).


Rotation des antifongiques et intolérances alimentaires

Vous pouvez avoir les intestins tellement poreux que vous collectionnez les intolérances alimentaires. C’est le cas de Philiv, qui, dans les commentaires de cette page, explique qu’il a besoin d’alterner les antifongiques naturels pour ne pas développer d’intolérance à ces produits.

Aussi, si vous souhaitez éviter les intolérances alimentaires et réduire fortement les chances que le Candida albicans développe des résistances, vous pouvez alterner entre 5 antifongiques naturels différents. Le problème, c’est que si vous commencez directement avec ce programme, vous ne saurez pas ce qui marche le mieux pour vous. L’idéal serait de les tester un par un, sur une durée de 15 jours, mais c’est difficilement réalisable.

Je ne suis pas partisan de cette méthode, que je trouve trop complexe, et qui peu donc entraîner beaucoup d’abandons. Cependant, certains d’entre-vous n’auront pas le choix-je pense qu’ils se reconnaîtront.


Comment mettre en place un programme de rotation avec des antifongiques naturels ?

Pour commencer, comme je vous l’ai recommandé plus haut, choisissez en priorité les antifongiques les plus simples à trouver, et qui ne coûtent pas excessivement cher. Cela vous permettra de les intégrer facilement à votre routine alimentaire. C’est d’autant plus important que, si vous mettez en place une rotation d’antifongiques, il vous en faudra au moins 5 différents.

L’idée est de changer d’antifongique naturel d’un jour sur l’autre, en ne consommant le même que tous les 5 jours. Voilà les produits parmi lesquels vous pouvez choisir, avec les doses recommandées par Leon Chaitow et Simon Martin (N.B. : si vous ne pensez pas avoir besoin de cette méthode, je vous conseille de choisir un ou deux antifongiques maximum, parmi ceux que je vous ai présentés ci-dessus) :

Je n’ai conservé que les produits pour lesquels j’ai les dosages recommandés. Attention, ces antifongiques ne sont pas tous à prendre en même temps. Au maximum, choisissez en 5 et alternez quotidiennement. Consultez un médecin avant d’entreprendre un tel traitement.

  • L’acide caprylique : 1000 à 2000 mg, trois fois par jour, pendant les repas;
  • L’ail : 400 à 600 mg, trois fois par jour, ou une gousse d’ail cru par jour;
  • Le gel d’aloès vera : une à deux cuillères à café, deux fois par jour;
  • La berbérine : 1 à 2 g par jour, soit 2 comprimés de berbérine par jour avant les repas ou sous forme d’écorce ou de racine de Berberis vulgaris ou d’Hydrastis canadensis, en poudre ou en thé;
  • L’extrait de pépins de pamplemousse : (avant les repas) semaine 1 : 10 gouttes, 3 fois par jour, semaine 2 : 20 gouttes, 3 x par jour; semaine 3 : 20 gouttes, 3 x par jour. Pause d’une semaine puis pendant trois semaines, 30 gouttes, 3 x par jour;
  • L’acide oléique : six cuillères à café d’huile d’olive par jour, en trois prises;
  • L’huile essentielle d’origan : 0,2 à 0,4 mL dans des capsules gastro-résistantes, deux fois par jour;
  • La biotine : 350 à 500µg, 3 fois par jour, ou 1 à 1,5g une fois par jour. Vous pouvez aussi prendre des compléments de vitamine B complets, qui contiennent de la biotine, mais vous y trouverez des doses bien plus faibles.
  • Le pau d’arco : à prendre sous forme de thé, plusieurs fois par jour ou 1 à 2 comprimés, 2 fois par jour, entre les repas.

Source (cliquez sur le lien)





Merci pour votre partage !

Une pensée sur “15 antifongiques naturels anti-candida albicans

  • septembre 29, 2016 à 23:13
    Permalink

    L’acide caprilique je l’ai trouvé dans « candinacee » de diet horizon en boutique bio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *