7 ingrédients dans le dentifrice à éviter absolument !

Imprimer





Vous faites bien plus attention aux ingrédients qui font partie de vos repas qu’à ceux qui composent votre dentifrice. Et pourtant, ce produit qu’on utilise deux fois par jour, en petite quantité sur une brosse à dents est souvent composé de constituants indésirables.

Au cours d’une vie, un homme moyen utilisera environ 75 litres de dentifrice et, même si on crache celui-ci, certains produits chimiques qui le composent sont absorbés dans la circulation sanguine. La bouche est l’un des endroits les plus absorbants du corps. C’est pourquoi certains médicaments sont administrés par voie sublinguale, c’est-à-dire sous la langue.

Voilà pourquoi vous devez être très prudent lors du choix de votre dentifrice. La plupart des marques populaires contiennent des ingrédients que vous feriez mieux d’éviter. Voici 7 éléments toxiques retrouvés dans la composition de beaucoup de dentifrices.

1. Triclosan

Le dentifrice Colgate Total contient un produit chimique antibactérien appelé Triclosan permettant à l’entreprise de le vendre comme étant « le seul dentifrice approuvé pour combattre la plaque dentaire et la gingivite ». Cependant, le Triclosan a été associé à des préoccupations telles que la résistance aux antibiotiques et la perturbation endocrinienne.

Les perturbateurs endocriniens sont un sujet sérieux, car ils apportent de nombreux troubles de la santé tels que les cancers du sein, de l’ovaire, de la prostate et des testicules ou encore la prématurité, le faible poids à la naissance, la puberté précoce chez les filles ou les testicules non descendus chez les garçons.

Certaines études animales ont démontré que le Triclosan causait des malformations osseuses chez les fœtus de souris et de rats, faisant allusion à des effets hormonaux.

Le Triclosan favoriserait également la progression du cancer du sein. L’état du Minnesota a déjà interdit la plupart des produits contenant du Triclosan, mais il reste encore très présent dans de nombreux articles tels que le maquillage, savon, etc., vendus partout ailleurs.

Une étude a démontré que les personnes se brossant les dents avec du dentifrice contenant du Triclosan avaient une concentration de cette substance dans les urines 5 fois plus élevée que ceux qui ne l’utilisaient pas.

2. Le sodium lauryl sulfate (SLS)

Les dentifrices contiennent de nombreux agents tensioactifs comme le laurylsulfate de sodium également connu sous le nom de laureth sulfate de sodium (SLS) ou lauryl éther sulfate de sodium (SLES). Ce tensioactif est une substance chimique qui apporte son côté moussant et détergent au dentifrice.

Le SLS altère le goût. En effet, cette substance inhibe les récepteurs du goût sucré et rend, de ce fait, tout amer. Tout le monde a déjà bu un verre de jus d’orange peu de temps après s’être brossé les dents, n’est-ce pas ? Le SLS est très irritant pour les muqueuses et la peau et peut provoquer des aphtes douloureux. Certaines recherches suggèrent aux personnes souffrant de plaies buccales fréquentes de ne pas utiliser de dentifrice contenant du SLS.

Le SLS est un ingrédient éthoxylé et peut contenir des quantités mesurables de 1,4-dioxane, considéré comme potentiellement cancérigène pour l’homme, mais également persistant dans l’environnement. Il peut avoir des effets toxiques sur la vie marine, les poissons, les insectes et les crustacés. Les fabricants de pesticides ont essayé d’obtenir l’autorisation de commercialiser le SLS en tant que tel dans les agricultures biologiques, mais cette demande a été rejetée en raison des dommages que la substance peut causer à l’environnement.

3. Les édulcorants artificiels

L’aspartame et d’autres édulcorants artificiels sont souvent ajoutés aux dentifrices commerciaux. L’aspartame est principalement constitué d’acide aspartique, de phénylalanine et de méthanol.

Vous avez certainement déjà entendu que l’aspartame était sans danger, car les fruits et légumes aussi contiennent du méthanol ! Cependant, dans ces aliments, le méthanol est lié à la pectine, qui l’évacue en toute sécurité par votre tube digestif. Rien à voir avec le méthanol de l’aspartame ; celui-ci n’est relié à rien qui peut l’éliminer de votre corps !

Le second problème est que l’humain est le seul mammifère qui ne peut biologiquement pas décomposer le méthanol en acide formique inoffensif. Il se déplace donc à travers les vaisseaux sanguins dans des zones sensibles comme le cerveau où il est converti en formaldéhydes qui sont libre de causer de nombreux dommages.

Les symptômes d’empoisonnement au méthanol sont nombreux et variés : maux de tête, acouphènes, vertiges, frissons, trous de mémoire, engourdissements ou douleurs lancinantes aux extrémités, troubles du comportement ou encore névrite.

4. Le fluorure

Le fluorure a longtemps été élevé au rang de meilleur allié des dents cariées, mais il est sous surveillance accrue depuis quelques années, pour une très bonne raison. Une étude révolutionnaire publiée dans la revue Langmuir a découvert que la couche fluor-apatite formée par le fluorure sur les dents et prétendument bénéfique a une épaisseur d’à peine 6 nanomètres. Il faudrait 10000 fois cette épaisseur pour obtenir celle d’un cheveu !

Les scientifiques se demandent, aujourd’hui, si cette couche ultra-mince protège réellement l’émail, compte tenu du fait que la simple mastication suffit à l’éroder.

Le dentifrice contenant de la théobromine extraite du cacao serait plus apte à réparer et à reminéraliser la dentine, matière principale de la dent présente sous l’émail, que le dentifrice fluoré.

De plus, le dentifrice au fluor est souvent la plus importante source d’apport en fluor pour les jeunes enfants et est un facteur majeur de la fluorose dentaire. La recherche a démontré que les enfants avalent facilement et de bonnes doses de dentifrices pendant le brossage ; cette ingestion apporte une dose de fluor supérieure aux apports journaliers recommandés.

Avaler trop de fluor est particulièrement préjudiciable à la santé. Il a été démontré par la science que le fluor est un produit toxique qui s’accumule dans vos tissus, au fil du temps, et produit des effets indésirables et graves sur la santé, tels que des dysfonctionnements neurologiques et endocriniens.

Les enfants sont particulièrement à risque lors de surexposition. Par conséquent, si vous avez de jeunes enfants, privilégiez les dentifrices sans  fluor…et pour vous aussi !

5. Le propylène glycol

Le propylène glycol est une forme d’huile minérale qui est utilisée dans le milieu industriel dans les antigels, peintures, émaux, vernis et liquides de refroidissement. La qualité pharmaceutique est utilisée dans de nombreux produits de soins personnels et, bien sûr, dans le dentifrice en tant que tensioactif. La recherche sur le propylène glycol dans les produits de soin fait défaut, mais il est connu pour être irritant pour la peau, les yeux et les muqueuses et serait toxique pour certains organes. Sachant que c’est un produit manipulé avec lunettes, vêtements et gants de protection, ce n’est sans doute pas une substance avec laquelle vous voulez vous brosser les dents.

6. La diéthanolamine (DEA)

La DEA se retrouve dans de nombreux produits moussants tels que le dentifrice. C’est un perturbateur endocrinien connu. Elle peut réagir avec d’autres ingrédients pour former une substance potentiellement cancérigène, la N-nitrosodiéthanolamine, qui est facilement absorbée par la peau et favoriserait les risques de cancer de l’estomac, de l’œsophage, du foie et de la vessie.

7. Les micro-billes

Les micro-billes sont de minuscules granules de plastique retrouvées dans des nettoyants pour le corps, des exfoliants pour le visage, du dentifrice, etc. Elles passent dans vos égouts, traversent les filtres des usines de traitement des eaux usées et se retrouvent un peu partout dans l’environnement. Les micro-billes en plastique absorbent les toxines de l’eau et sont mangées par différentes espèces marines ainsi que par les humains… En plus de la menace environnementale évidente, les dentistes affirment retrouver ces micro-billes dans les dents et gencives de leurs patients. Cela peut causer des maladies gingivales, car les micro-billes permettent l’entrée des bactéries dans les gencives et, de plus, leur apportent de la nourriture !

Source (cliquez sur le lien)




Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *