Alzheimer : La découverte qui change tout !

Imprimer

Pendant que des millions d’euros sont dépensés afin de trouver des médicaments pour traiter les symptômes de la maladie d’Alzheimer, des recherches qui dévoilent les véritables causes de la maladie sont totalement passées sous silence…




Une véritable pandémie

Alors que l’incidence de la maladie d’Alzheimer ne cesse d’augmenter dans la population mondiale, ses causes restent encore inconnues. Pire, les traitements jusqu’alors prescrits sont désormais critiqués par les Hautes Autorités de Santé. Quant aux derniers essais cliniques sur de nouvelles molécules, ils ne sont guère encourageants. Les chiffres sont implacables : 35,6 millions d’individus dans le monde souffrent de démence, selon l’Organisation mondiale de la santé. Ils seront deux fois plus nombreux en 2030. Cette prévision est d’ailleurs optimiste puisqu’en trois ans seulement, le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et d’autres démences a progressé de près de 14 %. Malgré cela, certaines études mettent en évidence des faits très surprenants.
Et des chercheurs pourraient bien avoir découvert la cause exacte de cette dégénérescence mentale, et les nouvelles qu’ils nous apportent ont de quoi nous réjouir !

La découverte qui change tout

Premier élément, la différence de prévalence de la maladie en Asie. Le Japon, en particulier, est une exception parmi les pays industrialisés et riches : la maladie y est presque 10 fois plus rare que dans la plus part des pays riches où elle touche 2 à 4 % des adultes après 65 ans. Intriguant. En Inde, la maladie est nettement moins présente dans les régions rurales (0,51 %) que dans les régions industrielles. Mais quelle différence entre l’Inde rurale, l’Inde industrialisée et le reste du monde ? C’est le Dr Claudio Soto, chercheur et directeur du Centre de recherches des maladies neurodégénératives à l’université médicale du Texas (Houston, États-Unis) qui nous apporte la réponse.

Lui et son équipe travaillent activement à la compréhension de la maladie d’Alzheimer depuis plusieurs années et leur dernière expérience est révolutionnaire. Cette expérience est relatée dans la revue scientifique Molecular Psychiatry : le Dr Soto et son équipe ont prélevé du tissu d’un cerveau d’homme malade atteint d’Alzheimer et l’ont injecté à des souris en bonne santé. Ils ont ensuite observé ce qui se passait en comparant l’évolution de l’état de santé des animaux comparativement à un groupe de souris de contrôle. Et le résultat est édifiant : toutes les souris ayant reçu un extrait de cerveau contaminé ont développé des plaques amyloïdes et des altérations typiques de la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs commentent leurs résultats : « Notre découverte ouvre la possibilité que la maladie d’Alzheimer résulte d’un processus infectieux qui survient aussi dans d’autres maladies neurologiques comme la maladie de la vache folle et sa variante humaine, la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Les mécanismes sous-jacents de la maladie d’Alzheimer sont très similaires aux maladies provoquées par des prions. Cela met en cause une protéine normale qui se met à dysfonctionner et qui devient capable de contaminer les autres protéines. Les mauvaises protéines s’accumulent alors dans le cerveau, formant les plaques amyloïdes qui semblent tuer les cellules neuronales dans la maladie d’Alzheimer. » Traduction : la maladie pourrait être liée à une forme d’infection liée à la consommation de viande ! Ce qui pourrait expliquer les différences géographiques : comparativement au Maroc, le Japon et l’Inde ont une consommation de viande beaucoup plus faible, et d’autant plus qu’on s’éloigne des grandes villes industrielles. Mais au lieu d’identifier ce prion dans les produits animaux, la recherche met tous ses efforts dans la destruction des plaques. Il n’est pas étonnant que tous les médicaments mis au point jusqu’à maintenant aient échoué : qu’ils détruisent une plaque ou cent plaques, ils ne tuent pas le prion!

Les signes qui doivent alerter Les premiers symptômes peuvent être détectés jusqu’à 15 ans avant que la maladie ne soit installée. On observe fréquemment :

● Pertes de mémoire
● Difficultés à accomplir les tâches quotidiennes
● Problèmes de langage
● Désorientation dans le temps et dans l’espace
● Difficultés dans les raisonnements abstraits
● Perte d’objets
● Altération du jugement
● Modification de l’humeur et démotivation Dans ce cas il faut consulter un neurologue ou un gériatre.






Ce qu’il faut faire pour prévenir la maladie d’Alzheimer

La bonne nouvelle, c’est que si la maladie d’Alzheimer est une maladie infectieuse, alors toutes les stratégies qui améliorent le fonctionnement du système immunitaire doivent être efficaces pour la prévenir. Et c’est exactement ce que montrent les recherches effectuées jusqu’à aujourd’hui. Une étude française réalisée à Toulouse, portant sur des femmes âgées de 80 ans en moyenne pendant 7 ans, a mis en évidence que celles qui ont les apports alimentaires en vitamine D les plus importants ont 4 fois moins de risques de développer la maladie d’Alzheimer que les autres. Celles qui s’exposent régulièrement au soleil à la mi-journée (moment auquel la synthèse de vitamine D dans la peau est maximale) ont un risque de développer la maladie encore diminué de moitié. En revanche, la vitamine D ne diminue pas le risque des autres démences séniles, qui ne sont pas provoquées par un agent infectieux. Des constatations tout à fait cohérentes avec le fait que la vitamine D est le plus puissant antiinfectieux et antiviral naturel connu. Bien entendu, la première mesure devrait être de limiter sa consommation de viande, et plus particulièrement de viande issue des élevages industriels qui utilisent à foison des antibiotiques et où les animaux, entassés les uns contre les autres, se transmettent virus et bactéries. Des filières comme l’agriculture biologique, plus respectueuses des animaux, sont moins propices à héberger des prions toxiques. Voilà de quoi conforter également les végétariens, à condition évidemment de suivre ce mode alimentaire de manière intelligente.

Mesures hygiéno-diététiques

Une stratégie complète anti-Alzheimer implique donc en premier lieu de veiller à son alimentation. Un des acides gras les plus importants dans la structure cérébrale est le DHA, un acide gras oméga-3 à longue chaîne, retrouvé en grande quantité dans les poissons gras. Avec l’âge, la teneur en DHA du cerveau diminue alors que les lésions dégénératives augmentent. D’après les chercheurs de l’université Tuffs (Boston, États-Unis), ceux qui ont le plus de DHA dans le sang ont un risque de développer la maladie d’Alzheimer plus faible de 47 %. Pour avoir de bons apports en DHA, il suffit de consommer des poissons gras à raison de 3 portions par semaine en privilégiant les petits (maquereaux, sardines, anchois, etc.). Toutefois, les récentes considérations sanitaires sur la qualité du poisson (contaminé par les PCB, dioxines, métaux lourds, etc.) peuvent également pousser à se tourner vers des compléments alimentaires en gélule.

La vitamine D et les oméga-3 constituent les deux stratégies micro nutritionnelles les plus efficaces contre la maladie, mais d’autres éléments jouent aussi un rôle :

Mangez des légumes verts : d’après les chercheurs de l’association américaine de neurologie, une consommation régulière de légumes verts préserve les fonctions intellectuelles. Certains pensent que c’est leur teneur élevée en vitamine B9, laquelle joue un rôle important au niveau du cerveau, qui expliquerait ces bénéfices.

Soigner son hypertension : l’hypertension artérielle est un des facteurs favorisants les plus évidents de la maladie. Une tension artérielle élevée multiplie par 6 le risque d’en être atteint. Dans l’étude SystEur, le Pr Françoise Forette montre que des personnes hypertendues voient le risque de survenue d’une démence diminuer de 5 % si elles suivent un traitement anti- hypertenseur.

Eviter le diabète : les personnes diabétiques présentent un risque de survenue de maladie d’Alzheimer augmenté de 65%.

L’activité physique : l’activité physique exerce des effets protecteurs au niveau du cerveau par différents mécanismes. Tout d’abord en faisant circuler l’oxygène et l’énergie, ce qui accélère les processus de nettoyage et l’efficacité du système immunitaire, mais aussi tout simplement parce que les activités musculaires sont des tâches complexes pour le système nerveux, ce qui le pousse à s’entretenir. Une activité comme le tennis est donc plus protectrice qu’une activité comme la marche à pied.

Ne pas fumer : le tabagisme double le risque de survenue de la maladie d’Alzheimer. Le risque peut même tripler chez les gros fumeurs.

Rester svelte : le cerveau ne supporte pas le surpoids et l’obésité. Les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer ont un poids significativement plus élevé que la population moyenne. Dans une étude qui a duré 18 ans, les personnes atteintes avaient un indice de masse corporelle (IMC) de 27.7, très supérieur à celui des personnes indemnes de maladie. Et quand l’IMC augmente d’un point, le risque de la maladie d’Alzheimer augmente de 36%. 






Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *