Comment les huiles essentielles peuvent faire dérailler le cancer

Imprimer



Même les scientifiques reconnaissent maintenant les agents puissants qui existent dans certaines huiles essentielles qui empêchent la propagation du cancer et qui induisent la mort des cellules cancéreuses. Leur capacité préventive de la maladie n’est plus mise en doute, en particulier pour le cancer.

Un corps sain, de la tête aux pieds, a généralement une fréquence allant de 62 à 78 MHz, alors que la maladie commence à 58 Hz. Au cours de tests avec les fréquences et la fréquence des huiles essentielles, on a mesuré que tenir une tasse de café a fait baisser la fréquence d’un homme de 66 Hz à 58 MHz en seulement 3 secondes. Il a fallu trois jours pour que sa fréquence redevienne normale.

D’autres études montrent que les pensées négatives réduisent notre fréquence en moyenne de 12 MHz. Les pensées positives augmentent notre fréquence en moyenne de 10 MHz.

Des études menées en 1992 par Tainio technologie, comme une division indépendante de l’Université Eastern State à Cheny, Washington, renforcent les conclusions de ces premiers chercheurs. Tainio et ses collaborateurs ont déterminé que lorsque la fréquence d’une personne est inférieure à la gamme optimale en bonne santé, le système immunitaire est compromis. Des conclusions étayées par cette recherche indiquent que :

  • Les cellules humaines peuvent commencer à changer (muter) lorsque leur fréquence descend en dessous de 62MHz.
  • 58 MHz est la fréquence de votre corps quand vous avez un rhume ou la grippe.
  • Lorsque candida est présent dans votre corps, vous vibrez à une fréquence de 55MHz.
  • 52 MHz est la fréquence d’un corps avec le virus d’Epstein-Barr présent.
  • 42 MHz est la fréquence d’un corps dans lequel le cancer peut apparaître.
  • Lorsque le processus de la mort commence – la fréquence a été mesurée à 20 MHz.

En étudiant certaines des huiles essentielles les plus populaires dans une utilisation courante, comme la menthe, le gingembre, le citron, le pamplemousse, le jasmin, la lavande, la camomille, le thym, la rose et la cannelle, les chercheurs ont cherché à découvrir comment ces huiles peuvent combattre le cancer. Ils l’ont fait en testant la puissance antibactérienne ainsi que la toxicologie in vitro contre les lignées de cellules cancéreuses humaines.

Tanio a développé un moniteur de fréquences calibrées (CFM) utilisé pour mesurer les fréquences des huiles essentielles et leurs effets sur les fréquences humaines lorsqu’elles sont appliquées sur le corps. Le laboratoire d’huiles essentielles utilise un CFM, et un autre est situé à l’Université Johns Hopkins où il est utilisé pour étudier la fréquence en relation avec la maladie.

Le cancer commence lorsque le code de l’ADN dans le noyau de la cellule est endommagé

explique l’immunologiste Mahmoud Suhail.

Il semble que certaines huiles essentielles ont une fonction de réinitialisation. Elles peuvent dire aux cellules quel devrait être le code ADN correct.

Les huiles essentielles doivent être de catégorie thérapeutique

Il existe de nombreuses huiles essentielles vendues, mais la plupart sont de mauvaise qualité, produites de manière synthétique et diluées avec de l’alcool et autres additifs. Pour être efficace, il faut utiliser uniquement des huiles essentielles de qualité thérapeutique à 100% pure, sinon vous n’obtiendrez pas les bienfaits pour la santé et, en plus, vous devrez changer la combinaison chaque semaine avec les bonnes proportions de chacune des huiles.

Robert O. Becker, M.D., l’auteur du livre, « The Body Electric » valide que le corps humain a une fréquence électrique et que beaucoup de choses sur la santé d’une personne peuvent être déterminés par elle. Nikola Tesla a déclaré que si vous pouviez éliminer certaines fréquences extérieures qui entravaient notre corps, nous aurions une plus grande résistance à la maladie. Le Dr Otto Warburg a été deux fois lauréat du Prix Nobel et le Prix Nobel de recherche sur le cancer pour avoir découvert que les cellules humaines avaient une tension électrique.

Sans aucun doute, certaines fréquences peuvent empêcher le développement de maladies et d’autres fréquences détruiraient les maladies. Les substances de plus grande fréquence détruiront les maladies de fréquence inférieure.

Les huiles essentielles de qualité thérapeutique commencent à 52 et atteignent 320 MHz !

Par exemple, voici les fréquences moyennes de certaines des huiles essentielles de qualité thérapeutique qui ont été mesurées :

  • Rose (Rosa damascène) 320 MHz,
  • Immortelle, Helichrysum 181 MHz,
  • Encens 147 MHz,
  • Ravensara 134 MHz,
  • Lavande (Lavandula angustifolia) 118 MHz,
  • Myrrhe (Commiphora Myrrha) 105 MHz,
  • Camomille allemande (Matricaria recutita) 105 MHz,
  • Genévrier (Juniperus osteosperma) 98 MHz,
  • Santal blanc (Santalum album) 96 MHz,
  • Angélique (Angelica archangelica) 85 MHz,
  • Menthe poivrée (Mentha peperita) 78 MHz
  • Galbanum (Ferula gummosa) 56 MHz
  • Basilic (Ocimum basilicum) 52 MHz

Les fréquences mesurées des huiles essentielles commencent à 52 MHz, la fréquence de l’huile de basilic, et vont jusqu’à 320 MHz – fréquence de l’huile de rose. A titre de comparaison, les produits frais a une fréquence jusqu’à 15 MHz, les herbes sèches de 12 à 22 MHz, et des herbes fraîches du 20 au 27 MHz. Transformés et les aliments en conserve aucune fréquence mesurable. 

De nombreuses capacités de guérison

Les cellules cancéreuses du sein sont en grande partie détruites par des huiles de cannelle, de thym, de camomille et de jasmin ; celle de camomille tuant jusqu’à 93% d’entre elles in vitro. La plus efficace était l’huile de thym, ce qui a entraîné un taux de mortalité de 97% des cellules de cancer du sein de type MCF-7.

Une autre étude publiée dans la revue « Industrial Crops and Products » a révélé que l’huile de camomille exploite de puissantes propriétés antioxydantes. La recherche, en évaluant 11 huiles essentielles, y compris la lavande, le thym, la sarriette, le romarin, la sauge, la menthe poivrée, l’estragon français, le fenouil amer et doux, ont révélé que la camomille romaine avait l’activité antioxydante la plus élevée.

L’huile d’encens – Un tueur de cancer 

« L’encens sépare le« cerveau »de la cellule cancéreuse – le noyau – du« corps »- le cytoplasme et ferme le noyau pour l’empêcher de reproduire des codes d’ADN corrompus», explique Suhail.

L’huile d’encens est efficace parce qu’elle contient des monoterpènes, des composés qui ont la capacité d’aider à éradiquer les cellules cancéreuses au début de leur développement, ainsi que leurs étapes de progression, ce qui est idéal pour ceux qui découvrent leur cancer, peu importe quand il est trouvé.

Travailler avec l’encens pourrait révolutionner le traitement du cancer. À l’heure actuelle, avec la chimiothérapie, les médecins explosent la zone autour d’une tumeur pour tuer le cancer, mais cela tue aussi les cellules saines et affaiblit le patient. Le traitement par l’encens pourrait éradiquer seul les cellules cancéreuses et laisser les autres en vie.

Il existe 17 agents actifs dans l’huile essentielle d’encens »

explique le Dr Suhail.

Des histoires puissantes de personnes atteintes de cancer et de maladies dégénératives et leurs expériences d’utilisation d’huiles essentielles ont été promues au centre de Budwig.

Cancer du foie en phase terminale

Une femme de Long Beach, a déclaré que son mari avait été invité à mettre ses affaires en ordre. Son cancer du foie avait beaucoup progressé, de sorte que les tumeurs étaient trop grandes pour être éliminées chirurgicalement. Il avait six mois à vivre. Elle a été informé du pouvoir de l’huile d’encens 100% pure après le diagnostic. Son mari l’a appliqué par voie topique sur son foie et sous sa langue tous les jours. Lors d’une visite de contrôle auprès de son médecin, ils ont découvert que ses tumeurs avaient rétréci miraculeusement. Ils ont continué à utiliser l’encens. En avril, ses tumeurs avaient tellement diminué que son médecin a accepté une intervention chirurgicale. Le cancer a été enlevé, prenant 3/4 de son foie. Aujourd’hui, il est en bonne santé et aime la vie avec sa femme et sa famille.

Un enfant de cinq ans avec un cancer du cerveau

Un enfant de cinq ans avec un cancer du cerveau a utilisé une seule goutte d’encens, en alternance avec une goutte de bois de santal appliquée sur la plante de ses pieds, ainsi que de la lavande appliquée sur son poignet. Maintenant, elle est totalement en parfaite santé … !!

Cancer de la vessie

Lorsque Jackie Hogan a été diagnostiqué avec un cancer rare de la vessie, elle a été informée par les médecins qu’elle aurait finalement besoin de l’ablation de sa vessie. Elle a découvert les capacités de guérison de l’huile d’encens, que les chercheurs de l’Université d’Oklahoma ont trouvé, surtout en conjonction avec l’huile de bois de santal qui possède des propriétés qui éliminent les cellules cancéreuses. L’huile d’encens est tellement efficace, disent les experts « qu’elle peut représenter un candidat sur une liste croissante de composés naturels éradiquant sélectivement les cellules cancéreuses ».

Cancer du poumon de stade 4 – métastases aux os, colonne vertébrale, côtes, hanches, et bassin

La mère de Bebe avait des tumeurs malignes dans les poumons qui se répandirent à sa colonne vertébrale, ses os, ses côtes, ses épaules, ses hanches et son bassin. Après avoir commencé à utiliser les huiles essentielles, quatre mois plus tard, elle était en forme et ses cellules malades sont rapidement mortes. Elle était de retour à la maison et elle jardinait et avait l’intention de partir en vacances. Sept mois après avoir été informée par les médecins qu’elle allait mourir de son cancer de stade 4, ceux-ci lui ont dit qu’elle était en bonne santé et n’avait plus de cancer. Recommandations de Bebe : Encens : prendre généreusement toutes les 2-3 heures, à la fois localement sur les zones touchées et sur la plante des pieds. Si vous pouvez en mettre de nombreuses gouttes sous la langue, c’est encore mieux.

Dégénération de la moelle osseuse

Ellen a reçu le diagnostic de dégénération de la moelle osseuse et de polyscithemiarubravera. « Au bout de 3 mois, mes tests sanguins montrent des améliorations massives indiquant que la plupart des marqueurs se trouvent dans la fourchette normale! Je n’ai pas eu à faire pratiquer 2 des 3 phlébotomies (prélèvements sanguins) que je devais avoir toutes les 2 semaines et maintenant elles n’ont lieu que tous les mois ou plus espacées encore ! Je me sens merveilleusement bien et n’ai plus l’air d’être à la porte de la mort ! Utilisez ces huiles et soyez confiants que ça va fonctionner: ça fonctionne ».

Cancer du sein

« J’ai utilisé de l’huile d’encens pour réduire une tumeur du sein. Lorsque je suis arrivée pour la chirurgie, ils n’ont pu trouver aucune trace de cancer! J’ai eu les tumeurs du sein en février et je les ai éliminées simplement avec les huiles essentielles. Je mettais de l’huile d’encens et de citronnelle sur ma poitrine tous les jours et j’utilisais des suppléments à base de plantes. J’ai eu mon contrôle des 6 mois le mois dernier et le médecin a dit que tout avait l’air super. Plus de cancer ! En ce qui me concerne, je ne ferai jamais de chimio ou de radiothérapie, les effets secondaires sont bien trop graves. Il était très surpris de me voir en si bonne forme alors que je n’avais pas pris les traitements ».

Cancer du col de l’utérus

« Ma meilleure amie vient de m’appeler pour me dire que le cancer du col de l’utérus de sa soeur était revenu pour la 2e fois. Elle avait rendez-vous aujourd’hui pour se faire retirer son utérus ». Quand je lui ai parlé des huiles essentielles, elle a envoyé à sa soeur de l’huile essentielle de citronnelle et d’encens. Elle a demandé à sa mère de s’assurer d’appliquer les huiles essentielles d’encens et de citronnelle sur la plante des pieds toutes les 3 ou 4 heures en fonction de la douleur et d’en appliquer directement sur l’abdomen. Il y a une semaine, les cellules malades étaient toujours présentes dans son test sanguin. Aujourd’hui (moins d’un mois après les premières applications d’huiles) il ne reste aucune trace de cancer et il n’est plus question de lui retirer l’utérus.

Leucémie

Le fils de mon frère qui a eu une deuxième réapparition de la leucémie… Il prenait des huiles essentielles en même temps que la chimio et sa rémission est arrivée beaucoup plus rapidement que le médecin ne l’avait envisagé, et il n’a eu aucun des effets secondaires désagréables.

Gorge

Le bon ami de ma mère a été aux prises avec une dégénérescence de la gorge qui se propageait à d’autres zones de son corps. En octobre dernier, il a commencé à utiliser les huiles essentielles! L’encens et des remèdes naturels. Aujourd’hui, il a passé une IRM et on lui a annoncé un vrai miracle.

Pancréas

Un ami avait une dégénérescence du pancréas et les médecins lui donnaient 3 à 4 semaines à vivre. Il a fait ce qui suit: 3 gouttes d’encens, 1 goutte de chaque de citronnelle, lavande, menthe poivrée, santal et des remèdes naturels. Il est maintenant en très bonne santé…depuis 8 mois.

Prostate

Ce matin, je reçois un appel d’un de nos bons amis qui est aux prises avec un cancer de la prostate. Pendant les 3-4 derniers mois, il a pris les huiles essentielles. Aujourd’hui, il a appelé pour dire qu’à son rendez-vous d’hier, le médecin lui a annoncé qu’il n’avait plus rien!

Basocellulaire

Un ami de mon père avait des croissances basocellulaires sur le nez. Au moment où il m’a contacté, ça avait traversé sa narine et l’oncologue voulait lui retirer une grande partie de la narine, jusqu’à sa lèvre supérieure et sur une largeur d’un doigt dans la joue. Je n’avais pas encore utilisé les huiles essentielles pour le cancer et je voulais aider autant que possible. Il a également éliminé le sucre de son alimentation, a bu beaucoup plus d’eau, mangeait davantage d’aliments crus et pensait qu’il pouvait gagner cette bataille. En deux semaines, la plaie était fermée, encore une semaine et ça ne coulait plus du tout et les rougeurs autour de la zone commençaient à s’adoucir. Après six semaines, ce côté de son nez avait l’air plus sain que l’autre côté!! C’était il y a 15 mois et il n’a eu aucun signe du retour de la maladie.

Peau

Je suis allée à un examen oculaire de routine en février 2013. Le Dr m’a dit que l’excroissance au-dessus de mon oeil était ce que j’avais craint, une forme de dégénérescence de la peau: le carcinome basal. Aïe ! Un an avant ces examens de la vue, j’étais allée voir un dermatologue au sujet de quelques taches suspectes retirées de mon visage, du cou et du dos. Ayant vécu cette expérience invasive j’ai été poussée à me demander s’il n’y avait pas de moyen plus sûr de retirer cette excroissance (en plus, elle était juste au-dessus de mon oeil). Je me suis mise à lire, en particulier au sujet de l’utilisation des huiles essentielles pour le cancer de la peau et cela semblait moins invasif que le traitement du dermatologue, et de plus, je n’avais pas à m’absenter de mon travail. J’ai donc acheté un flacon d’huile essentielle d’encens et l’ai appliqué sur la peau 3 fois par jour et j’ai mis 2 gouttes sous ma langue le matin et le soir. La première semaine, je n’ai pas vu de changement particulier, à part une sensation de picotement sur la zone après l’application topique et après la prise par voie orale. La deuxième semaine, j’ai remarqué qu’elle devenait plus petite. Pendant la troisième semaine, l’excroissance a commencé à suinter un peu, et elle diminuait encore de taille. La quatrième semaine, elle a semblé IMPLOSER sur elle-même et a suinté encore plus, et continuait à rapetisser. La cinquième semaine, elle était beaucoup beaucoup plus petite et formait une croûte. A la semaine 6, la croûte est tombée alors que je me nettoyais le visage et elle était réduite à un petit point blanc comme une tête d’épingle. En six semaines, un énorme bouton a été réduit à la taille d’une tête d’épingle, tout cela en appliquant et en ingérant une huile essentielle – celle d’encens. J’étais STUPÉFAITE, ÉMERVEILLÉE et RAVIE !!!! Les huiles essentielles fonctionnent pour moi !!! »

Mélanome

J’ai appliqué de l’encens matin et soir sur le mélanome et le recouvrait d’un pansement. En 3 jours, le grain de beauté avait rétréci. Le jour 5, il a saigné un peu et la moitié est tombée. Jour 7, disparu! J’ai eu un peu de peau rose et je craignais une cicatrice. Quelques jours plus tard, totalement disparu aussi! Mon mari avait un mélanome de stade 4 dans le dos; on le lui a retiré l’année dernière; un autre mélanome est venu sur son nez… avant que nous commencions à utiliser les huiles essentielles. Il a eu des rayons sur ce mélanome-là. Depuis, il est revenu à sa taille précédente. Et depuis aussi, on nous a appris à utiliser les huiles essentielles. Il a commencé à utiliser la lavande, l’encens et l’immortelle sur le mélanome, et il RÉTRÉCIT déjà !




Références :
rexresearch.com
naturalsociety.com
oil-testimonials.com
budwigcenter.com
ncbi.nlm.nih.gov

Source

Source

Merci pour votre partage !

3 pensées sur “Comment les huiles essentielles peuvent faire dérailler le cancer

  • Ping : Comment les huiles essentielles peuvent faire dérailler le cancer

  • août 29, 2017 à 04:17
    Permalink

    Bonjour,
    Je suis étonnée que vous parliez d’huile essentielle d’encens pour lutter contre le cancer. En effet, j’ai toujours entendu parler que respirer l’encens notamment régulièrement inspiré avec les batonnets incandescents était très cancérigène et à éviter impérativement !…..

    Répondre
  • août 29, 2017 à 06:50
    Permalink

    Je complète le message précédent concernant l’encens qui parait sujet à provoquer le cancer et que vous conseillez au contraire comme étant une arme contre cette maladie.

    J »aimerais avoir une réponse des éditeurs de ce conseil s’il vous plait.

    J’ai 7O ans, je suis atteinte d’ un carcinome in situ au sein, qui a été découvert « grâce » au dépistage par mammographie auquel j’étais incitée avec forrs arguments par notre système de santé pendant des années.

    Ah, pourtant si j’avais su !….. J’aurais choisi de ne pas effectuer ce dépistage…, et vous allez savoir pourquoi :

    A savoir également que j’ai refusé de me faire opérer et de subir des rayons X , car, étonnée du discours de la chirurgienne, je me suis informée.

    Et j’ai ainsi découvert que le dépistage du cancer du sein par mammographie et les actions médicales annexes associées sont vraisemblablement plus souvent délétères que bénéfiques.

    Il existe, à ce sujet,n des associations sérieuses fondées par des médecins scrupuleux qui s’indignent de l’immobilisme de notre système de santé : voir notamment le site de « CANCER ROSE » .

    (!!!) à surtout ne pas confondre avec « octobre rose »…

    Ces associations, ainsi que « l’UFC QUE CHOISIR » ont lancé une polémique avec de sérieuses références aux nombreuses études étrangères à l’appui.

    LE MINISTÈRE DE LA SANTE a notamment été informé et alerté, par certaines de ces associations, des soucis concernant le DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN PAR MAMMOGRAPHIE.

    Les ETUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ETRANGÈRES démontrent le danger du dépistage par mammographie :

    RAYONNEMENTS IONISANTS (rayons X) subis par la glande mammaire de façon accumulée pendant des années.
    Or la glande mammaire est très sensible aux rayonnements.

    ÉCRASEMENT dangereux de la glande mammaire, parfois très important suivant les opérateurs en radiologie.

    Ces deux manipulations provoquent des lésions qui, lors de leur réparation par l’organisme, sont réputées être à l’origine de tumeurs. Et ce, de façon plus évidente encore pour certaines personnes plus sensibles aux rayonnements.

    AUTRES CONSÉQUENCES DU DÉPISTAGE :

    Des PETITS CANCERS NON AGRESSIFS sont découverts par mammographie, après BIOPSIE des CALCIFICATIONS.

    Ils sont, pour la plupart, inoffensifs. Ils ne se développent pas ou peu rapidement et peuvent spontanément disparaître.

    Ils ne justifient donc absolument pas d’un traitement chirurgical et radiothérapique aux rayons X

    Le bilan de chirurgie et de radiothérapie sur ces PETITS CANCERS IN SITU est peu réjouissant :

    Beaucoup de récidives, des chirurgies multiples et des mastectomies totales ensuite. Et malheureusement, des décès après apparition de tumeurs très agressives….
    (les rayons de radiothérapie pratiqués, associés aux mammographies de contrôle plus fréquentes, sur des personnes plus sensibles aux rayonnements n’y sont peut-être pas étranger,logiquement…)

    Ces traitements ne sont d’ailleurs, vous l’avez compris, pas pratiqués sans déterminer au préalable la sensibilité des patientes aux rayons X, ce qui semble assez peu prudent et étonnant !!!

    LE DEPISTAGE N’EST PAS EFFICACE .

    IL N’Y A PAS MOINS DE MORT par le CANCER DU SEIN grâce au DEPISTAGE ORGANISE de façon significative.

    MAIS IL Y A (bien sur…) PLUS DE CANCERS PRIS EN CHARGE ET « SOIGNES » et notamment des « petits cancers non agressifs »

    LES CHIFFRES PRESENTES SUR LES INVITATIONS AU DEPISTAGE SONT FAUX.

    Ce sont des chiffres prévisionnels datant de plusieurs décennies !

    AUCUNE ETUDE FRANÇAISE N’A ÉTÉ FAITE POUR EVALUER LE DÉPISTAGE depuis sa mise en place.

    Quand aux travaux des scientifiques étrangers, la HAS estime qu’ils ne sont pas à prendre en compte.

    Et cela, même s’ils sont jugés pertinents par le MINISTÈRE DE LA SANTE et par L’ACADÉMIE DE MÉDECINE elle-même (malheureusement l’ACADEMIE DE MÉDECINE n’a qu’un rôle de conseil…..)

    POURTANT TOUTES LES ETUDES DES SCIENTIFIQUES ÉTRANGERS déconseillent le dépistage du cancer du sein tel qu’il est effectué actuellement pour les raisons suivantes :

    PAS DE BENEFICE SUR LA MORTALITE DU CANCER DU SEIN :

    les CANCERS TRES AGRESSIFS ne sont pas, la plupart du temps vus à temps par la mammographie faite tous les deux ans. Ils se développent trop vite : ce sont les « faux négatifs ».
    Les femmes sont « tranquilles » et ne s’inquiètent donc pas d’autres signes apparents.

    Les CALCIFICATIONS ET CARCINOMES font l’objet de SURVEILLANCE AUX RAYONS X FREQUENTSES, et de SOINS INUTILES DOULOUREUX, MUTILANTS et DANGEREUX.
    MAMMO tous les 6 mois (accumulation de rayons X)
    BIOPSIE amenant à chirurgie dès que quelques cellules cancéreuses non agressive apparaissent.

    Notre système de santé pourtant bien informé des études étrangères, continue à ne pas informer les femmes de façon correcte.

    Certes, entre en compte, le souci d’amortir le matériel important investi pour le dépistage…. Et aussi comment faire l’impasse sur l’opportunité de maintenir à portée, une patientèle qui génère des profits énormes pour les radiologues, chirurgiens, laboratoires d’analyse, et laboratoires pharmaceutiques.

    Le marché du cancer, et celui notamment du sein est apparemment  » juteux ».

    Bizarrement la sécurité sociale est incluse dans cette démarche de prise en charge inappropriée du cancer du sein …..(peut-être mal renseignée aussi ,…ou pas ?…)

    Car il faut savoir que la SECU RÉMUNÉRE LES MÉDECINS par une prime annuelle, pour les récompenser d’envoyer les femmes subir des mammographies.

    Comme les patientes, la plupart des médecins, et plus particulièrement, les GENERALISTES, qui ne peuvent consulter toutes les études scientifiques de toutes les spécialités, faute de temps, sont trompés par les chiffres et les injonctions qui leurs sont donnés par la HAS dont ils dépendent.

    La « HAS » = HAUTE AUTORITE DE SANTE est chargée d’évaluer les informations et les diffuser au corps médical.
    Elle est en charge également d’établir les protocoles de soins les meilleurs pour la santé des Français, que les médecins sont tenus de respecter.

    RENSEIGNEZ VOUS MESDAMES AVANT DE VOUS SOUMETTRE AU DEPISTAGE. ET PESEZ LE POUR ET LE CONTRE. et informez vos médecins !

    AUTRES OUTILS DE DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN : L’IRM = (pas de rayonnement nocif. Mais les aléas de faux positifs aussi, et encore plus importants car elle voit les lésions encore plus petites qu’il faudrait alors seulement surveiller) mais l’IRM est trop cher et il n’y en a pas assez en FRANCE .

    L’ECHOGRAPHIE : Elle ne détecte pas les microcalcifications, mais est un outil fiable pour voir les masses tumorales agressives.

    LA PALPATION ET L’EXAMEN VISUEL DES SEINS : régulièrement par un gynécologue et l’AUTO PALPATION bien entendu si on se sent capable de le faire.

    A PROPOS DE L’IRM : L’argent est bien là pourtant pour que la France s’équipe notamment d’IRM. Les économies sur les soins inutiles que génère le dépistage actuel, et l’arrêt d’investissement sur l’équipement de ce dépistage aux rayons X , tout çà renflouerait efficacement les caisses de la SECURITE SOCIALE…

    Mais entre la santé des français et le gain facile dans la continuité même délétère, le choix est vite fait apparemment !

    Et si les grandes entreprises françaises versaient leurs cotisations sociales tel qu’elles sont sensées le faire, le coffre de notre couverture sociale serait bien plus plein aussi !

    Danielle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *