Des aliments contaminés aux hydrocarbures par les emballages

Imprimer





Nouveau coup dur pour le secteur de l’agro-alimentaire. C’est au tour des emballages de certains produits d’être dans le viseur. Selon l’ONG Foodwatch, la présence d’hydrocarbures dans les emballages de pâtes, de riz, de lentilles, de cacao en poudre ou de céréales contaminent les aliments.

Des hydrocarbures cancérigènes transmis par les emballages

Alors que Greenpeace a dénoncé la présence de pesticides dans les pommes vendues en supermarché et que l’OMS a dévoilé que la consommation de viande transformée était cancérigène et que celle de viande rouge l’était probablement, cette révélation a de quoi inquiéter. Surtout que les produits concernés sont extrêmement consommés. 42 aliments de marques Nestlé, Carrefour, Auchan, Intermarché, Monoprix et Leclerc ont été testés en laboratoire. 83 % d’entre eux contiennent des huiles minérales ou des hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales (MOSH ou MOAH). Pire : six produits sur dix testés en France présentent un risque cancérigène selon Foodwatch, y compris des produits bio ou destinés aux bébés. Les substances concernées sont également mutagènes et présentent des risques pour le système endocrinien.

© Shutterstock

Protéger les aliments de façon adéquate 

Comment expliquer cette contamination ? Elle peut avoir lieu durant la chaîne de production, le stockage ou le transport. Mais à en croire l’étude, les huiles minérales ont généralement migré des emballages en papier ou carton recyclé vers les aliments. La faute notamment aux encres d’impression abondamment utilisées. « Le recyclage du papier est, bien sûr, important pour l’environnement, mais les emballages fabriqués à partir de fibres recyclées présentent un danger réel pour la santé si les aliments ne sont pas protégés de façon adéquate », peut-on lire dans cette étude. Problème : il est impossible pour les consommateurs de savoir si les emballages des produits dans leur chariot au supermarché contiennent des hydrocarbures. Pour information, c’est le cas pour les pâtes pour enfants Carrefour, le cacao en poudre Nestlé et Van Houten, les lentilles Auchan, ou le riz de la marque Leclerc, cités dans l’étude.

supermarchés-consommation

Absence de réglementation

En 2011, l’UFC-Que Choisir avait déjà tiré la sonnette d’alarme à ce sujet. Mais rien n’a été fait depuis au niveau de la réglementation. « Ce problème est connu des fabricants, des politiques et des experts depuis de nombreuses années. Mais ni la France ni l’Union européenne n’ont mis en place de législation destinée à protéger les consommateurs. Des solutions existent pour empêcher la migration des substances toxiques dans notre alimentation. Il faut les rendre obligatoires de toute urgence », explique Ingrid Kragl, directrice de l’information de Foodwatch. Ajouter une couche protectrice dans les cartons ou un sachet pour protéger les aliments en contact avec le carton, ou encore mettre en place des matériaux absorbants dans les cartons, sont des solutions avancées par l’ONG.

Une pétition a été mise en ligne par Foodwatch pour appeler les autorités à agir contre la présence d’huiles minérales dans les aliments, notamment en France en Allemagne et aux Pays-Bas. « L’Union européenne doit d’une part fixer des limites strictes à la quantité d’huiles minérales présentes dans les aliments, et d’autre part imposer l’utilisation de barrières adéquates pour tous les emballages en papier et carton », peut-on lire sur le site de l’ONG. Un peu plus de 13.000 personnes ont signé la pétition en 24 heures.







Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *