Intolérance au gluten : Les personnes nées au printemps seraient plus vulnérables

Imprimer





ETUDE. Les virus saisonniers sont plus nombreux en hiver et favorisent la perméabilité des cellules intestinales du bébé, un symptôme de la maladie cœliaque…

Les personnes nées au printemps auraient plus de risque d’être intolérantes au gluten. La saison de naissance aurait en effet un lien avec la survenue de la pathologie, selon une étude menée par des scientifiques suédois et publiée lundi dans la revue scientifique Archives of Disease in Childhood.

Les chercheurs se sont intéressés à 1,9 million de Suédois nés entre 1991 et 2009, suivis depuis leur naissance jusqu’à leurs 15 ans. Les 6.569 d’entre eux touchés par la maladie cœliaque ont vu leur saison, date et lieu de naissance analysés par les spécialistes.

Une carence en vitamine D lors de la grossesse

Bilan : « la saison et la région de naissance sont associées de manière indépendante et conjointe à une augmentation du risque de développer une maladie cœliaque au cours des 15 premières années de la vie ».

En effet, né au printemps, un enfant commencera à ingérer du gluten en hiver. Or, les virus saisonniers sont plus nombreux à cette période de l’année et favorisent la perméabilité des cellules intestinales du bébé, un symptôme de la maladie cœliaque.

Par ailleurs, les femmes qui ont accouché au printemps ont vécu leur grossesse en partie en hiver, provoquant une carence en vitamine D au moment même où le système immunitaire du fœtus se développe.

Les résultats de ces recherches menées par les scientifiques devront être complétés par d’autres études portées sur des territoires plus étendus.

Source (cliquez sur le lien)




 

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *