La fibromyalgie serait t-elle due à une carence minérale ?

Imprimer





La fibromyalgie : une carence en magnésium

Les personnes atteintes de fibromyalgie connaissent bien la souffrance qu’amène cette affection : fatigue chronique, douleurs et tensions musculaires persistantes, sommeil non réparateur, anxiété, dépression, trouble de la concentration, troubles digestifs, infections à répétitions, intolérances alimentaires, hypersensibilité chimique, etc.
Ainsi débute une longue série de visites médicales, d’essais de divers traitements et, pour certains, de déceptions. Il vient un moment où il est temps d’admettre que les résultats obtenus grâce aux traitements médicamenteux sont temporaires au mieux.
Pourquoi ne pas viser à nettoyer et renforcer le terrain afin de maîtriser une fois pour toute cette maladie dévastatrice ?
Fort heureusement, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.
Le docteur Jean-Paul Curtay est fondateur de la nutrithérapie en France et président de la Société de médecine nutritionnelle. À l’aide de deux spécialistes de la fibromyalgie, il a écrit le livre Fibromyalgie paru aux Éditions Thierry Souccar en 2011.
La première partie du livre apporte une explication simple mais détaillée au déclenchement de la fibromyalgie. Il décrit les ravages du stress, qu’il considère comme la première cause de la fatigue, sur la cellule. Pour commencer, il faut bien comprendre que la santé du corps en entier dépend de l’état de nos cellules. Tout ce que l’on mange, boit ou respire affecte les cellules du corps d’une manière ou de l’autre. Elles sont également extrêmement vulnérables aux états de carence.
Le Dr Curtay explique que le magnésium permet de produire de l’énergie au niveau de la cellule. Sa présence est donc essentielle dans celle-ci. Lorsque le corps subit un stress, les glandes surrénales libèrent ce qu’on appelle communément l’adrénaline mais qui est en fait la noradrénaline. La noradrénaline amène le corps à tendre ses muscles et à augmenter son rythme cardiaque, ce qui fait pénétrer plus de calcium dans les cellules. Mais voilà d’où vient le début du problème. Le calcium est un antagoniste du magnésium, c’est-à-dire qu’il est son rival; les deux concurrent pour la même place. Le surplus de calcium qui arrive dans la cellule chasse le magnésium hors de celle-ci. Il se retrouve dans la circulation sanguine et le rein, dont le rôle est de maintenir l’équilibre, élimine le surplus de magnésium dans l’urine. Comme une personne subit une multitude de petits stress au courant d’une même journée (chicane, coup de klaxon, pleurs d’enfant, porte qui claque, etc.) et qu’elle secrète de la noradrénaline à chaque fois, pas étonnant que la cellule se trouve privée de son allié le plus important dans sa production d’énergie.
Ainsi débute pour certaines personnes la descente vers l’enfer de la fibromyalgie, car avec moins d’énergie au niveau cellulaire, la fatigue se fait vite ressentir. Plus la situation persiste sans rectification, plus il y a de calcium dans les cellules, moins il y a de magnésium et plus il y a de contractions des muscles (douleurs et tensions musculaires), du cœur (palpitations, arythmies), des organes internes (symptômes digestifs, intestinaux), artères (syndrome de Raynaud, migraine, vertige, acouphène), etc. Il faut noter ici que chaque personne a un potentiel énergétique différent selon ses forces et ses faiblesses inhérentes, ce qui explique que certaines seront malades et d’autres pas.
De plus, chez la femme, les oestrogènes font baisser les taux de magnésium. Ceci explique pourquoi la femme est plus sensible au stress et à la rétention d’eau (symptôme de carence en magnésium) durant la deuxième moitié de son cycle menstruel alors qu’il y a plus d’œstrogène en circulation (syndrome prémenstruel). Il en va de même pour les femmes souffrant d’endométriose qui ont souvent des taux d’œstrogène plus élevés que la moyenne. L’infertilité pourrait aussi découler d’une carence en magnésium secondaire au stress, car le corps, qui doit s’adapter à ces paramètres, met de côté ce qui n’est pas nécessaire à sa survie.
Ceci n’est qu’un très bref aperçu de l’information contenue dans ce livre. L’auteur explique en grands détails l’origine des maux et ce qu’il faut faire pour reprendre contrôle de la situation en passant par l’alimentation, la supplémentation et les méthodes pour gérer le stress. Il y décrit chaque supplément indiquant même la posologie nécessaire au retour à l’équilibre du corps. Ce livre est une mine d’or qui mérite l’attention de toutes les personnes souffrant de fatigue, d’un surplus de stress, de dépression ou de fibromyalgie.






Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *