La griffe du chat est un puissant stimulant pour le système immunitaire

Imprimer





C’est l’un des remèdes les plus efficaces pour aider le corps à se défendre contre les menaces extérieures. Pour autant qu’on utilise l’espèce adéquate, de bonne qualité et avec le dosage qui convient, la griffe de chat est un complément de choix. On peut également l’intégrer à ses menus !

La griffe du chat, ou liane du Pérou, est une plante grimpante qui pousse dans les pays tropicaux d’Amérique latine et centrale. Elle est utilisée par les Indiens pour combat­tre diverses infections ou des troubles gastriques et articulaires. 
Le Dr Klaus Keplinger, médecin autrichien, obtient le brevet américain en 1989. Son travail et les études cliniques positives qui ont suivi l’ont élevée au rang de star de la phytothérapie actuelle.

Pro lymphocytes

La griffe de chat, très riche en dérivés quininiques et en alcaloïdes, est une grande stimulatrice de la résistance immunitaire. Elle assure la formation des lymphocytes actifs T et B et des « lymphocytes au repos », les lymphocytes NK (pour Natural Killer), qui attaquent les intrus étrangers et produisent des anticorps.

On l’utilise principalement dans la prévention et le traitement des troubles suivants :

• infections de la gorge, du nez, des oreilles, affections des voies respiratoires et des sinus ;
• infections virales : grippe, états grippaux, zona, mononucléose ;
• infections urinaires ;
• parasites intestinaux, dysenterie, diarrhée ;
• ulcères, abcès, plaies ;
• infections locales et générales par le Candida albicans ;
• résistance diminuée, comme après une cure d’antibiotiques ;
• fatigue chronique.

Anti-inflammatoire

La griffe de chat normalise le système immunitaire et, par conséquent, exerce une action anti-inflammatoire et anti-allergénique. De plus, elle protège l’épithélium gastro-intestinal contre la formation d’ulcères et améliore la flore intestinale. On l’utilise ainsi pour traiter l’arthrite, l’arthrose et les tendinites, les allergies, le rhume des foins, l’asthme allergique, la gastrite, le syndrome du côlon irrité, la perméabilité intestinale, les hémorroïdes et les blessures, contusions et douleurs au niveau des nerfs.

Uncaria tomentosa

Pour un traitement efficace, il est indispensable d’utiliser la bonne espèce de griffe de chat, l’Uncaria tomentosa. L’Uncaria guianensis est beaucoup moins active car elle contient très peu d’alcaloïdes oxindoles pentacycliques (POA), un des atouts majeurs de la griffe de chat.


À noter :

  • la plante ne doit pas être administrée aux femmes enceintes ou allaitantes, ni aux enfants de moins de 3 ans.
  • Elle est à éviter aussi chez les personnes qui ont subi une transplantation d’organe.
  • En cas de maladies auto-immunes telles que le lupus et la sclérose en plaques, et en cas de tuberculose, il faut prendre la griffe du chat uniquement sur ordonnance médicale.

Le naturopathe Didier Le Bail, dans son ouvrage « Les compléments alimentaires qui guérissent » (éd. Mosaïque Santé, avril 2014), conseille la marque Natura Mundi.


Super-aliment

Faites-lui une place à table !

griffe-du-chatSol Semilla propose depuis 2011 des soupes instantanées enrichies de super-aliments. Des bouillons de légumes avec maca, nopal, curcuma, spiruline, gingembre, caroube… et griffe de chat.

Cette liane d’Amazonie est consommée depuis des temps anciens pour nettoyer l’organisme et renforcer les défenses naturelles. « La griffe du chat est considérée par les chercheurs actuels comme étant un puissant adaptogène, agissant selon les besoins de celui qui la consomme », souligne la marque parisienne, qui mène ses expériences culinaires dans le restaurant Le Bar des artisans, ouvert à Paris (10e) en 2006.

Convaincue que « la fusion entre les traditions des peuples sudaméricains et la culture gastronomique occidentale est en marche », elle propose aussi de la griffe de chat pure (50 g – 7 €), à intégrer dans des recettes originales. Ou pure, en infusion (une c. à café), pour passer du coup de pompe au coup de fouet.

Vous trouverez de superbes recettes dans l’ouvrage de la créatrice culinaire Ellen Frémont (auteur du blog Saveurs végétales), « Les Superaliments santé » (éd. Larousse, oct. 2014, 8,90 €).

Infos : www.sol-semilla. fr et www.saveursvegetales.com. I. P.






Source (cliquez sur le lien)

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *