La vitamine C et le tabac

Imprimer





La Vitamine CLa majorité d’entre nous pensons que la prise de vitamine C aide à renforcer le système immunitaire. Mais si vous fumez, il y a de fortes chances que vous ayez besoin d’une plus grande quantité de cette importante vitamine pour combattre les effets nocifs du tabac.

La fumée de tabac contient plus de 4 000 produits chimiques qui mettent en danger presque tous les organes du corps. Plus de 50 de ces substances ont été classées comme étant hautement cancérigènes. Est-il surprenant que les fumeurs courent un grand risque de développer différents types de cancers, dont le cancer du poumon, de la bouche, du pancréas, des reins, de l’œsophage et de la vessie? Elle est également étroitement liée à des maladies cardiaques et respiratoires.

Alors vous ne fumez pas. C’est une bonne nouvelle. Mais si vous vivez avec une personne qui, elle, fume, la mauvaise nouvelle est que même l’exposition passive à la fumée de tabac est extrêmement nocive. Une étude récente publiée dans le Journal of Childhood Obesity [1] a montré que l’exposition des enfants à la fumée secondaire peut augmenter leurs risques de devenir obèses et peut entraver leur développement cognitif. La recherche indique également qu’un pourcentage élevé de graisse chez les enfants exposés à la fumée de tabac pourrait même amplifier leurs risques de développer des maladies cardiovasculaires et le diabète.






Fumer épuise les réserves de vitamine C du corps

Saviez-vous qu’une seule cigarette peut engendrer une carence d’à peu près 25 mg en vitamine C? Les études montrent que fumer épuise les réserves de vitamine C du corps et que sa dégradation s’opère en fait bien plus rapidement chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Dans une étude, il a été démontré que les réserves de vitamine C dans le plasma sanguin étaient complètement épuisées après six bouffées de cigarette [2].

La nicotine et les autres substances nocives présentes dans la fumée de cigarette créent une profusion de radicaux libres, qui sont destructeurs au niveau cellulaire – ce qui entraîne des réactions inflammatoires et la progression de plusieurs maladies dégénératives chroniques, telles que l’inflammation chronique, le cancer, et les maladies cardiovasculaires. Notre corps utilise les réserves de vitamine C jusqu’à épuisement pour neutraliser les effets du stress oxydatif – qui résulte des substances toxiques contenues dans la fumée ainsi que des réactions inflammatoires – ce qui épuise les réserves de vitamine C plus rapidement [3]. En d’autres mots, fumer non seulement exerce sur le corps un stress oxydatif accablant, mais résulte également en une rotation métabolique accrue de la vitamine C et d’autres antioxydants, ce qui représente un double désavantage pour les fumeurs, qui ont de toute évidence un plus grand besoin d’antioxydants.

En quoi la vitamine C est-elle bénéfique pour les fumeurs ?

  1. Protection contre les dommages oxydatifs

    Les molécules biologiques fragiles, telles que les lipides, les lipoprotéines et l’ADN, sont plus susceptibles de s’oxyder chez les fumeurs – chez qui l’oxydation lipidique est considérée être un stade précoce dans la progression de l’artériosclérose. En effet, les études montrent que les fumeurs ont des niveaux accrus d’isoprostanes-F2, composés s’apparentant aux prostaglandines produites par la peroxydation des lipides que provoquent les radicaux libres [4]. Les taux d’isoprostanes-F2 sont donc considérés comme étant un indicateur potentiel de la peroxydation in vivo des lipides et un facteur de risque pour les maladies coronariennes [5].

    Il a été démontré qu’une dose élevée de vitamine C (2500 mg/jour) est efficace pour la réduction de la formation d’isoprostanes chez les fumeurs, ce qui indique que la supplémentation en vitamine C peut aider à protéger les lipides du plasma contre les dommages oxydatifs causés par la fumée de cigarette [6]. Comme antioxydant, la vitamine C a un énorme potentiel pour réduire l’impact des agents toxiques tels que la fumée de tabac et également pour freiner les dégâts causés à l’ADN, qui peuvent mener au développement du cancer.

  1. Améliore la vasodilatation chez les fumeurs

    La cigarette altère les fonctions endothéliales et joue un grand rôle dans la progression de l’artériosclérose, l’hypertension et les dommages cardiovasculaires. La nicotine et les produits chimiques toxiques ainsi que les grandes quantités de radicaux libres de la fumée de tabac causent la constriction des artères coronariennes. On pense qu’une quantité importante de stress oxydatif causé par la fumée de cigarette peut réduire la biodisponibilité d’oxyde nitrique (NO) dérivé de l’endothélium, une molécule qui aide à détendre les muscles lisses de l’endothélium (paroi interne des vaisseaux sanguins).

    La vitamine C améliore les fonctions endothéliales et la détente des vaisseaux sanguins par une combinaison de différents mécanismes, par exemple, en détruisant les radicaux superoxydes, en protégeant la glutathion intracellulaire, ou en augmentant la production de NO synthèse dans la cellule endothéliale humaine [7].

    Les études montrent que la vitamine C améliore la vasodilatation des artères branchiales qui dépend de l’endothélium chez les fumeurs [8]. Une étude a conclu que « la vasodilatation des artères branchiales qui dépend de l’endothélium est altérée chez les fumeurs et cette dégradation est amoindrie par l’administration de vitamine C » (traduction libre). Une autre étude a démontré que « la vitamine C est un antioxydant qui améliore de manière marquée les réactions qui dépendent de l’endothélium chez les fumeurs chroniques. Cette observation appuie l’idée selon laquelle le dysfonctionnement endothélial chez les fumeurs chroniques est au moins en partie provoqué par une importante création de radicaux libres dérivés de l’oxygène » (traduction libre) [9]. Les études montrent également que le tabac augmente l’adhérence des monocytes aux cellules endothéliales et qu’une supplémentation de 2 000 mg en vitamine C restaure les concentrations de vitamine C dans le plasma et diminue l’adhérence des monocytes [10].

  1. Diminue les effets du tabagisme durant la grossesse

    Saviez-vous que les nouveau-nés dont la mère est demeurée fumeuse pendant la grossesse ont la même quantité de nicotine dans le sang que les adultes qui fument? Et qu’ils présent des symptômes de sevrage durant les premiers jours? Il a été démontré que le tabagisme maternel, qu’il soit actif ou passif, est lié à l’accouchement prématuré, à une insuffisance pondérale à la naissance et même à la fausse couche.

    Le tabagisme durant la grossesse a également un effet négatif sur le développement pulmonaire du nouveau-né, dont la fonction pulmonaire sera affectée pour le reste de sa vie et dont les risques de développer de l’asthme seront accrus. C’est pourquoi ces enfants courent plus le risque de souffrir de maladies respiratoires, de rhumes, d’otites, et d’autres maladies, que les enfants nés de mères non-fumeuses. « Les enfants qui naissent de mères fumeuses présentent de faibles résultats aux tests de la fonction pulmonaire, avec un flux et une compliance respiratoires faibles, de même qu’un schéma de volume courant de respiration altéré. Ces changements entraînent une augmentation de la respiration sifflante, l’hospitalisation pour des infections respiratoires, ainsi qu’un accroissement de l’incidence de l’asthme infantile » (traduction libre) [11].

    La solution idéale est évidemment d’arrêter complètement de fumer, mais une étude montre qu’une supplémentation en vitamine C diminue les effets du tabac sur les nouveau-nés. « La prise d’un supplément en vitamine C par des femmes enceintes qui fument a amélioré les résultats aux tests de la fonction pulmonaire de leur enfant et a diminué sa respiration sifflante durant un an. La prise de vitamine C par les femmes enceintes qui fument peut constituer une approche simple et peu coûteuse pour diminuer les effets du tabagisme maternel sur la fonction pulmonaire et les morbidités respiratoires chez le nouveau-né » (traduction libre).

  1. Réactive la vitamine E

    Le stress oxydatif résultant des substances nocives de la fumée de tabac met en évidence l’importance des antioxydants pour les fumeurs. La vitamine C est non seulement elle-même un puissant antioxydant, mais elle aide également le corps à recycler la vitamine E, un autre important antioxydant. La vitamine C joue un important rôle dans la prévention des crises cardiaques et elle protège également le système respiratoire contre les dommages oxydatifs. En plus de ses propriétés antioxydantes, la vitamine E démontre également d’autres activités anti-inflammatoires, telles que la réduction de l’adhérence des monocytes aux cellules endothéliales ainsi que la libération de cytokines inflammatoires. Le corps a également besoin de vitamine E pour maintenir un système immunitaire fort, et elle est, elle aussi, fortement recommandée aux fumeurs.






  1. Réduit les taux de CRP

    Fumer augmente les taux de protéine C réactive (CRP), un biomarqueur inflammatoire qui indique un risque accru de maladies cardiovasculaires. La vitamine C aide à abaisser les taux excessifs de CRP [12].

  1. Meilleur rétablissement suite à une chirurgie ou à une maladie

    Les concentrations de vitamine C dans le corps diminuent lorsqu’une blessure, un traumatisme ou une chirurgie a lieu; probablement en raison d’une augmentation du stress oxydatif dans le corps [13]. Ainsi, le besoin en vitamine C augmente considérablement dans de telles situations – et pour les fumeurs, le besoin accru est encore plus marqué. Sans une quantité suffisante de vitamine C dans le corps, les fumeurs nécessitent une plus longue période de rétablissement et ont un risque plus élevé de complications liées aux blessures (telles que les infections) que les non-fumeurs. De plus, il est bien connu que la nicotine resserre les vaisseaux sanguins et altère ainsi leur capacité à transporter l’oxygène aux tissus en voie de cicatrisation.

    La vitamine C joue un rôle important en aidant le corps à assurer un rétablissement rapide suite à une chirurgie, à une blessure et à toute autre maladie, en stimulant la création de collagène dans la plaie en voie de guérison et dans les cicatrices, ainsi qu’en renforçant le système immunitaire afin d’offrir une résistance supplémentaire aux infections. Elle aide également à détendre les vaisseaux sanguins et ainsi à transporter plus d’oxygène et de nutriments à l’endroit de la lésion pour une guérison plus rapide.

  1. Aide à arrêter de fumerLa prise d’un supplément de vitamine C pendant de courtes périodes de temps peut aider à réduire le besoin de nicotine et peut même aider à l’éliminer, ainsi que d’autres toxines telles que le cadmium et le plomb, du foie et des reins. La vitamine C assiste également les glandes surrénales. Cela aide à gérer le stress supplémentaire que votre corps subit lorsque vous essayez d’arrêter de fumer. En fait, nos glandes surrénales contiennent les concentrations de vitamine C les plus élevées du corps, presque 100 fois plus élevées que celles dans le plasma sanguin.

    La meilleure manière d’éviter tous ces problèmes de santé est évidemment d’arrêter complètement de fumer. Mais étant donné la forte accoutumance qu’engendre la nicotine, se débarrasser de cette dépendance peut prendre du temps, et peut même sembler impossible pour certains. La prise d’un supplément de vitamine C pourrait minimiser plusieurs facteurs de risque et ainsi offrir des bienfaits pour la santé des fumeurs.






Références :

  1. Second-hand smoke increases fatness, hinders cognition in children. EurekAlert, The Global Source for Science News. Medical College of Georgia at Augusta University. PUBLIC RELEASE: 28-JAN-2016.
  2. Eiserich JP, tan der Vliet A, Handelman GJ, Halliwell B, Cross CE: Dietary antioxidants and cigarette smoke induced biomolecular damage: a complex interaction. The American Journal of Clinical Nutrition 1995, 62(6):1490S-1500S.
  3. Lykkesfeldt J, Christen S, Wallock LM, Chang HH, Jacob RA, Ames BN. Ascorbate is depleted by smoking and repleted by moderate supplementation: a study in male smokers and nonsmokers with matched dietary antioxidant intakes. The American Journal of Clinical Nutrition. 2000;71(2):530-536.
  4. Morrow JD et al. Increase in circulating products of lipid peroxidation (F2-isoprostanes) in smokers. Smoking as a cause of oxidative damage. The new England Journal of medicine. 1995;332:1198–1203.
  5. Bożena Piłacik et al. F2-Isoprostanes Biomarkers Of Lipid Peroxidation: Their Utility In Evaluation Of Oxidative Stress Induced By Toxic Agents. International Journal of Occupational Medicine and Environmental Health, Vol. 15, No. 1, 19—27, 2002.
  6. Dietrich et.al. Antioxidant supplementation decreases lipid peroxidation biomarker F2-isoprostanes in plasma of smokers. Cancer Epidemiology Biomarkers and Preventions : a publication of the American association for Cancer Reasearch, cosponsored by the American Society of Preventive Onconology 2002 Jan;11(1):7-13.
  7. LV d Uscio et. Al. Long-Term Vitamin C Treatment Increases Vascular Tetrahydrobiopterin Levels and Nitric Oxide Synthase Activity. Circulation Research. 2003
  8. Motoyama et al. Endothelium-dependent vasodilation in the brachial artery is impaired in smokers: effect of vitamin C. American Journal of Physiology – Heart and Circulatory Physiology Published 1 October 1997 Vol. 273 no. 4, H1644-H1650 DOI:
  9. Heitzer T et al. Antioxidant vitamin C improves endothelial dysfunction in chronic smokers. Circulation. 1996 Jul 1;94(1):6-9.
  10. Weber et al. Increased Adhesiveness of Isolated Monocytes to Endothelium Is Prevented by Vitamin C Intake in Smokers. Circulation.1996; 93: 1488-1492 doi: 10.1161/01.CIR.93.8.1488.
  11. Cindy et al. Vitamin C Supplementation for Pregnant Smoking Women and Pulmonary Function in Their Newborn Infants. JAMA The Journal of the American Medical Association. 2014;311(20):2074-2082. doi:10.1001/jama.2014.5217.
  12. Block G et al. Vitamin C treatment reduces elevated C-reactive protein. Free Radical Biology and Medicine. 2009 Jan 1;46(1):70-7. doi: 10.1016/j.freeradbiomed.2008.09.030. Epub 2008 Oct 10.
  13. Fukushima R, Yamazaki E. Vitamin C requirement in surgical patients. Current Opinion in Clinical Nutrition and Metabolic Care. 2010 Nov;13(6):669-76. doi: 10.1097/MCO.0b013e32833e05bc.
Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *