Le Moringa, les bienfaits d’un arbre à miracles

Imprimer





Le Moringa, l’arbre à miracles

arbre_moringa

Souvent désigné sous le nom de Moringa, le Moringa Oleifera est l’espèce la plus populaire d’une douzaine de plantes de la famille des Moringaceae.

C’est un arbre tropical, « Arbre du Ciel » ou « Arbre Eternel » originaire des vallées du Sud de l’Himalaya en Inde, très résistant à la sécheresse, également présent dans plusieurs pays africains, en Asie et en Amérique Latine. Sa racine très profonde lui permet de se passer d’eau pendant plusieurs mois. Communément appelé en wolof « Nébédaye » en référence à son appellation anglaise « Never die », le moringa lorsqu’on le coupe ou que de jeunes pousses sont brûlées par le soleil repousse aussitôt avec les premières pluies.

Il existe plusieurs variétés telles que le moringa stenopetala d’Ethiopie et le moringa Pérégrina originaire de la région de la mer rouge mais dans cet article, nous nous intéressons au moringa Oleifera, variété la plus connue.

L’arbre de moringa Oleifera cultivé en Afrique a le pouvoir de réduire beaucoup de maux dont la malnutrition, les maladies infectieuses dues aux eaux polluées et bien plus encore. Il possède de nombreuses vertus thérapeutiques indispensables à la santé. Son grand avantage, outre ses propriétés exceptionnelles, c’est que tout se consomme dans l’arbre, des racines aux fruits en passant par l’écorce ; et chaque partie possède des bienfaits distincts.

Le remède miracle à de nombreuses pathologies

Toutes les parties de l’arbre ont un intérêt thérapeutique.


Les racines et les écorces

Recette : Une cuillère à café de poudre de racines de moringa oleifera dans 1,5 litre d’eau à consommer un verre deux fois par jour contribue à soigner entre autres l’épilepsie, l’hystérie, l’arthrite, les calculs rénaux, les rhumatismes.

On lui reconnait également des propriétés bienfaitrices contre les fièvres intermittentes, les troubles de la vessie, le rhume. C’est un tonifiant cardiaque et un énergisant. Il combat les inflammations, les troubles et infections du foie et de la rate. C’est un laxatif qui lutte également contre les fibromes, myomes ou les kystes.

Tout comme les racines, une cuillère à café de poudre d’écorces dans 1,5 litre d’eau à raison de 1 à 2 verres par jour soigne également de nombreuses maladies comme : les infections cutanées et les tumeurs, les douleurs dentaires et ophtalmologiques, le manque d’appétit.


Les feuillesmoringa

  • Les feuilles frottées contre la tempe peuvent soulager les maux de tête
  • Un broyat de feuilles appliqué sur une coupure peu profonde, arrête l’écoulement du sang
  • Les feuilles ont un effet antibactérien et anti-inflammatoire lorsqu’on les applique sur une plaie ou sur une piqûre d’insectes
  • Le thé aux feuilles soulage les ulcères gastriques et les diarrhées
  • La teneur élevée en fer des feuilles soignent fortement l’anémie
  • La consommation des feuilles est utile pour venir à bout de maux tels que l’hypertension, l’hypotension, l’herpès, la dégénérescence nerveuse et cellulaire

Les fleurs

  • Consommées crues, les gousses agissent contre les parasites (vermifuges) et traitent les problèmes du foie, de la rate et les douleurs des articulations

Recette : Faire bouillir 1 litre d’eau et y ajouter une 1 cuillère à café de poudre de fleurs ou une pincée de fleurs fraîches de moringa oleifera. Y ajouter du sucre ou du miel et boire 1 verre 4 fois par jour.

Cette boisson a des propriétés diurétique, anti-inflammatoire, et permet de venir à bout de douleurs musculaires, tumeurs diverses, mal de gorge et rhume

Conseil : Cette recette est déconseillée pour les femmes enceintes.


Tout se consomme dans l’arbre du moringa, des racines aux fruits

Autres vertus thérapeutiques

  • La racine en infusion ou cataplasme lutte contre le paludisme, l’asthme, les douleurs articulaires et les inflammations.
  • L’écorce bouillie lutte contre les calculs rénaux.
  • Le fruit cru stimule l’appétit.
  • La gomme blanche pure (sève) est un antiseptique en usage externe.
  • La tige macérée lutte contre la cécité.

Depuis toujours, le Moringa a été utilisé comme plante médicinale, connue pour guérir et soulager un grand nombre de maladies. Cependant, il a acquis récemment une certaine notoriété comme plante nutritionnelle puissante.






Le Moringa, le complément alimentaire au naturel

Toutes les parties végétatives du moringa contiennent un hétéroside à saveur piquante qui s’hydrolyse à 100 °C en présence d’eau. En effet, Les feuilles fraîches, les gousses et la poudre de feuilles sèches du moringa oleifera contiennent des glucides, des lipides, des protéines ( tous les acides aminés essentiels) presque toutes les vitamines, les sels minéraux, les métaux et métalloïdes( fer , zinc, cuivre, soufre, manganèse), les fibres , les oligo-éléments , et beaucoup de principes actifs.

Aussi, ses feuilles sont utilisées pour lutter contre les maladies liées à la malnutrition : elles contiennent deux fois plus de lipides que le lait, trois fois plus de potassium que la banane, quatre fois plus de Vitamine A que la carotte et sept fois plus de Vitamine C qu’une orange.

moringa-infographie

Elles se consomment bouillies ou sautées. Après séchage et réduction en poudre, elles deviennent un complément alimentaire intéressant, particulièrement recommandé chez l’enfant et la femme enceinte, qui se distingue de la spiruline, autre super aliment permettant de lutter contre la malnutrition, par sa plus forte teneur en calcium et en vitamine C.

En effet, le moringa couvre en particulier les besoins nutritionnels journaliers chez la femme enceinte ou allaitante et l’aident à lutter contre l’anémie par administration d’une petite quantité (25 g). 25 g de sa poudre répondent au besoin journalier de la future mère à hauteur de 21% en protéine, 84 % en calcium, 94 % en fer, 143% en vitamine C, 69 % en vitamine A, 26 % en magnésium.

Quant au fruit, vert au goût sucré et épicé, il est cuisiné comme légume.

Un allié en cosmétique

Riche en acides gras insaturés avec 70-73 % d’acide oléique, mais aussi en vitamines (C, A, B), minéraux (potassium, calcium) et protéines, l’huile extraite du moringa oleifera internationalement connue sous le nom de « huile de Ben » est très riche en acides gras insaturés (80%) dont 70% d’acide oléique, ce qui lui confère des propriétés émollientes et adoucissantes particulièrement recommandée pour les peaux fragiles ou très sèches sujettes à une desquamation ou des démangeaisons (vitamine A, acides gras insaturés).

Traditionnellement utilisée pour la cuisson et dans d’autres préparations alimentaires, l’huile de Ben a une valeur cosmétique considérable et est utilisée pour les soins du corps et des cheveux comme hydratant et revitalisant. Elle est riche en phytostérols connus pour favoriser le maintien de la membrane cellulaire, améliorer la fonction barrière de la peau et freiner le vieillissement cutané. Elle est riche en tocophérols connus pour leurs effets antioxydants et anti-radicalaires. De ce fait, l’huile de Moringa est recommandée pour son action nourrissante et apaisante particulièrement indiquée après une exposition prolongée au soleil.

Dans la Rome, la Grèce et l’Egypte antique, l’huile de Moringa était reconnue pour ses propriétés naturelles et était utilisée comme parfum et a longtemps servi en horlogerie pour lubrifier ressorts et rouages et en parfumerie pour fixer les parfums par macération ou enfleurage. De nos jours, l’huile est toujours utilisée pour extraire des parfums de fleurs ainsi pour les huiles capillaires, car elle absorbe et retient les senteurs.

C’est une huile qui pénètre facilement dans la peau, en améliore l’apparence et l’éclat. Elle contient des nutriments qui permettent de l’assainir comme la vitamine A, qui contribue à bâtir le collagène dans la peau, la vitamine C pour aider à réduire les rides et ridules, et la vitamine E aux propriétés anti-inflammatoires. Elle aide à se débarrasser des points noirs et des boutons. Lorsqu’elle est utilisée régulièrement, elle aide à prévenir la réapparition de tâches.

Pour les cheveux, cette huile à l’odeur fraîche a été reconnue comme un nettoyant naturel. Son utilisation régulière aide à renforcer les cheveux, en fournissant les minéraux et vitamines qui aident à combattre les pellicules et les pointes fourchues.

Astuce : Mouiller les cheveux d’abord, puis masser tout simplement un peu d’huile de Moringa sur le cuir chevelu en douceur. Ainsi, elle atteindra les racines et hydratera le cuir chevelu. Elle est idéale pour les personnes ayant le cuir chevelu sec.

Dépolluant naturel

Réduites en poudre, les graines de moringa oleifera ont la propriété de dépolluer c’est à dire clarifier et purifier de l’eau par coagulation des impuretés et des germes morbides. Cette technique élimine 90 à 99% de bactéries. On utilise également les tourteaux issus de l’extraction de l’huile comme dépolluant naturel.

C’est un atout majeur pour la plupart des pays du sud car il est non seulement moins cher que les sels d’aluminium importés mais aussi extrêmement efficace.

Recette pour la dépollution de l’eau 

  • Récolter 10 graines de Moringa et les écraser.
  • Verser la poudre obtenue dans un demi-litre d’eau et secouer.
  • Filtrer le mélange à l’aide d’un tissu propre pour enlever les débris.
  • Verser le liquide propre obtenu dans 20 litres d’eau trouble et tourner pour rendre le mélange homogène et laisser reposer.
  • Toute la pollution et les bactéries se déposent au font du récipient.

Alors on se rend tous compte du prodige naturel que constitue cet arbre. De la racine aux fruits, il contribue au bien-être du corps tout entier. N’hésitez donc pas à en faire un allié du quotidien. Attention cependant à s’assurer de la qualité et de l’originalité des produits issus du moringa et disponibles sur le marché.






Source (cliquez sur le lien)

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *