Les acides aminés du bonheur

Imprimer




Les acides aminés du bonheur

Le comportement et l’humeur sont principalement influencés par l’action de neurotransmetteurs, dont la sérotonine et la dopamine jouent un rôle très important.

Le système nerveux a besoin de certains matériaux, des molécules, pour fabriquer les neurotransmetteurs qui nous permettent de ressentir ces sensations de bien-être et de bonheur.

La sérotonine :

La sérotonine est un neurotransmetteur essentiel du cerveau qui influence de façon positive le comportement et l’humeur.

La sérotonine est fabriquée à partir d’un acide aminé, le tryptophane, Certains neurones transforment le tryptophane en 5-hydroxytryptophane (5-HTP) qui est ensuite converti en sérotonine.

La sérotonine a une action sur de nombreuses régions du corps mais c’est dans le cerveau qu’elle intervient particulièrement : sur l’humeur, l’appétit, le sommeil, mais également dans plusieurs processus, tels que : la thermorégulation, le cycle veille-sommeil, la perception de la douleur, le comportement alimentaire et sexuel.

La dopamine :

Elle est le précurseur de l’adrénaline et de la noradrénaline, deux hormones qui sont également considérés comme des neurotransmetteurs agissant comme régulateurs de l’humeur, du métabolisme et comme stimulants du système nerveux et de la circulation sanguine.

Une déficience ou un excès en dopamine est relié à des pathologies comme la maladie de Parkinson ou des phénomènes de dépendance aux drogues.

Acides aminés précurseurs de la sérotonine et de la dopamine

Le tryptophane :

Cet acide aminé essentiel est utilisé pour la production de la vitamine B3 (niacine) et est également converti en 5-HTP, des molécules assez petites pour passer du sang au cerveau, où elles sont transformées en sérotonine, ce neurotransmetteur essentiel du système nerveux. Le 5-HTP est prescrit sous forme de supplément contre la dépression, l’insomnie ou pour favoriser la perte de poids (voir la controverse sur la consommation de ce supplément dans la suite de cette chronique).

Glutamine :

Le L-glutamine est un supplément d’acide aminé parmi les plus populaires pour de nombreuses raisons. Il est utile pour traiter la fatigue et la dépression.
L’acide glutamique, qui est dérivé de la glutamine, est essentiel pour le fonctionnement du cerveau. En période de stress, votre corps utilise d’énormes quantités de glutamine. La glutamine est également efficace pour lutter contre envies de sucre et d’amidon. On peut consommer entre 500 et 1,500 mg, jusqu’à trois fois par jour, d’un supplément de L-glutamine. Commencez par la dose la plus faible et augmenter si nécessaire.

Phénylalanine :

Il s’agit d’un acide aminé essentiel qui ne peut être fabriqué par le corps. La phénylalanine est utilisée pour produire de la tyrosine (voir ci-dessous), et affecte directement l’humeur et l’énergie. Les suppléments de phénylalanine sont utilisés pour traiter la fatigue, la dépression, le syndrome prémenstruel (SPM), les problèmes de fringales, les excès alimentaires et la douleur chronique. Sous forme de suppléments, vous pouvez utiliser de la D-phénylalanine, de L-phénylalanine, ou DL-phénylalanine. La première est particulièrement utile pour soulager la douleur, la seconde est efficace, mais légèrement plus stimulante et la troisième est une combinaison des deux premières formes.
Commencez avec 500 mg, une à trois fois par jour, et augmentez progressivement la dose jusqu’à 1000 mg trois fois par jour si nécessaire.

Ne pas dépasser 5,000 mg par jour, car cela peut être toxique.

La tyrosine :

Cet autre acide aminé est lui un précurseur de l’adrénaline, la noradrénaline, la dopamine et la DOPA. Des neurotransmetteurs et hormones ayant un rôle important au niveau du système nerveux, de l’humeur, de la stimulation du métabolisme, de la régulation de l’appétit et du bon fonctionnement de la glande thyroïde.

Une déficience en tyrosine peut être associée à des symptômes tels qu’une basse pression sanguine et un abaissement de la température corporelle.

La tyrosine et la phénylalanine peuvent-être utilisés en conjonction. Certaines personnes bénéficient davantage de l’une ou l’autre forme, il est utile de les utiliser ensembles de manière à trouver le juste équilibre qui vous conviendra.

Un bon moyen d’agir positivement sur notre sensation de bien-être et notre humeur est de nous assurer d’un apport suffisant en tryptophane et en tyrosine. Les meilleures sources alimentaires sont :

Tryptophane :

Le riz complet, le fromage cottage et les produits laitiers en général, la viande, les arachides, les protéines de soja, les œufs, le poisson, les légumineuses.

Le tryptophane était également disponible sous forme de supplément mais il a été interdit en vente libre aux États-unis par la FDA, en 1989, suite à certains décès qui auraient été reliés à la consommation de ce supplément. Cependant des études ultérieures auraient démontré qu’en fait le supplément avait été contaminé lors de sa fabrication. La controverse sur ce sujet n’est pas terminée. Le supplément de tryptophane a alors été remplacé par le 5-HTP, mais il soulève lui aussi la controverse et des interrogations sur son innocuité. Le 5-HTP est cependant disponible en vente libre en Amérique du Nord.
Il semble préférable de consommer des aliments riches en cet acide aminé.

Tyrosine :

Les amandes, avocats, bananes, produits laitiers, fèves lima, graines de citrouille, et graines de sésame sont d’excellentes sources de tyrosine.

Il existe également la possibilité de consommer de la L-tyrosine sous forme de supplément. Les personnes sous traitements à base d’inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO) (prescrits dans les cas de dépression) doivent limiter leur consommation de tyrosine au minimum et s’abstenir d’en consommer sous forme de suppléments.

En conclusion :

Consommer des aliments riches en tryptophane et tyrosine contribueront à la production de sérotonine et dopamine dans le cerveau et favoriseront un état de bien-être, aura des répercussions sur l’humeur et agira même comme régulateur de l’appétit tout en stimulant le métabolisme.

Des recherches ont démontré que la pratique régulière d’exercices favorise la production de sérotonine et de dopamine dans le cerveau.

Une équipe de chercheurs en Italie a découvert que l’utilisation de la musicothérapie, ou l’écoute de certains sons, stimulait également la production de sérotonine et de dopamine dans le cerveau.





Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *