Les anti-douleurs pendant la grossesse reliés aux troubles de la reproduction des hommes

Imprimer






Selon une étude, l’utilisation d’analgésiques légers comme le paracétamol, l’aspirine et l’ibuprofène pendant la grossesse peut expliquer en partie une forte augmentation des troubles de la reproduction des hommes au cours des dernières décennies.

Dans la revue européenne Human reproduction, l’étude, conduite par des chercheurs danois et français, montre que les femmes qui prennent des antalgiques pendant la grossesse, particulièrement pendant le second trimestre, ont un risque fortement augmenté de cryptorchidie dans leur descendance mâle, et d’autant plus qu’elles en prennent plusieurs à la fois.

La cryptorchidie est une mauvaise descente des testicules, un facteur de risque de mauvaise qualité de la semence, donc d’infertilité et de cancer du testicule à l’âge adulte.

Pour cette étude, l’équipe du Dr Henrik Leffers, du Rigshospitalet à Copenhague (Danemark), a suivi un groupe de 834 femmes enceintes au Danemark, où l’on utilise plus d’antalgiques qu’ailleurs et on y trouve le plus grand nombre de cryptorchidies en Europe.

L’augmentation du risque était très fortement supérieur.

Ces résultats ont été confortés par les travaux de chercheurs français conduits par le Dr Bernard Jegou de l’Inserm, qui, en étudiant des rats, ont constaté que les antalgiques légers entraînaient une production insuffisante de testostérone pendant la période cruciale de la gestation, quand les organes sexuels mâles se forment.

Les effets des analgésiques, selon les chercheurs, étaient comparables à ceux de perturbateurs endocriniens comme les phtalates, des composés chimiques de plastiques comme le PVC.

L’utilisation de ces médicaments pourrait donc présenter un risque pour les gros consommateurs. C’est le cas notamment des sportifs de haut niveau habitués à prendre de fortes doses d’antalgiques pour prévenir ou soulager les douleurs chroniques.






Etude de référence : « Paracetamol, aspirin and indomethacin display endocrine disrupting properties in the adult human testis in vitro », Hum. Reprod. (2013), doi: 10.1093/humrep/det112

Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *