Les anti inflammatoires et le paracétamol, cause possible d’une perte d’audition ?

Imprimer




Docteur j’entends mal !

La perte d’audition est une pathologie moins répandue que la gêne visuelle mais néanmoins non négligeable.

En France 10 millions de personnes souffrent de troubles auditifs, soit 16% de la population.

Les gênes auditives sont aujourd’hui peu ou mal corrigées, car de nombreux patients ne déclarent par leurs troubles de l’audition à

leur médecin et ne sont par conséquent pas appareillés ou pris en charge.

Si certaines pertes auditives sont génétiques ou congénitales, un grand nombre d’entre elles est acquises.

Des analgésiques mis en cause

Une étude publiée en janvier 2017 dans The American Journal of Epidemiology révèle qu’une consommation fréquente d’anti inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et de paracétamol au moins deux jours par semaine, serait concomitante avec un risque accru de surdité.

Le risque de perte d’audition due à la consommation fréquente d’AINS a été estimé à 7% et à 19% pour le paracétamol, selon cette étude.

D’après les chercheurs la consommation de ces médicaments endommagerait les cils auditifs et rendrait la cochlée plus vulnérable au bruit.

Cette étude comporte cependant certains biais, car elle a été réalisée sur une population exclusivement féminine et caucasienne. En outre, les données sur la consommation d’analgésique et la perte d’audition sont le résultat d’une auto évaluation des variations de leur audition par les patientes elles mêmes.

Néanmoins, une étude similaire publiée dans The American Journal of Medecine s’intéresse également à la perte d’audition chez l’homme consommant ces mêmes médicaments ainsi que de l’aspirine.

L’ototoxicité de l’aspirine en grande quantité sur la perte d’audition réversible et les acouphènes a été établie dans plusieurs études.

Les oreilles des jeunes plus sensibles

Cette étude révèle également un risque de perte d’audition après une consommation de longue durée d’AINS est de :

  • 61% chez les moins de 50 ans,
  • 32% entre 50 et 59 ans
  • 16% pour les 60 ans et plus

Le risque de baisse auditive est encore plus élevé pour le paracétamol :

  • 99% pour les moins de 50ans
  • 38% entre 50 et 59 ans
  • 16% pour les plus de 60 ans

Les biais sont identiques à l’étude précédente.

La prise de ces médicaments serait ainsi corrélée avec une augmentation du risque de perte d’audition, celui ci augmentant si ceux qui les consomment sont jeunes.

Malgré les biais de ces études, les chiffres font réfléchir.

« Compte tenu de la forte prévalence de l’utilisation régulière d’analgésiques et des implications sociales et sanitaires de la déficience auditive, il s’agit d’un problème important de santé publique » concluent les chercheurs.

Références :

Ototoxicity of salicylate, nonsteroidal antiinflammatory drugs, and quinine. Otolaryngol Clin North Am. 1993 Oct.

Impact of Nonaspirin Nonsteroidal Anti-inflammatory Agents and Acetaminophen on Sensorineural Hearing Loss: A Systematic Review .Meghann E. Kyle, James C. Wang, Jennifer J. Shin. Otolaryngol Head Neck Surg.

Duration of Analgesic Use and Risk of Hearing Loss in Women.Lin BM, Curhan SG, Wang M, Eavey R, Stankovic KM, Curhan GC. Am J Epidemiol. 2017 Jan 1.

Analgesic Use and the Risk of Hearing Loss in Men. Sharon G. Curhan, MD, ScM,1 Roland Eavey, MD,2 Josef Shargorodsky, MD,1,3 and Gary C. Curhan, MD, ScD . Am J Med. 2010 Mar.




Source 

Merci pour votre partage !

Une pensée sur “Les anti inflammatoires et le paracétamol, cause possible d’une perte d’audition ?

  • septembre 19, 2017 à 03:54
    Permalink

    Très bon article… sur un sujet malheureusement surprenant et décevant ! Plus j’en apprends sur les médicaments moins j’en prends, c’est triste de voir que ce qui est « censé » soigner endommage en fait un autre organe.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *