Mastiquer, les bienfaits sur notre santé et notre tour de taille

Imprimer

Mastiquer est un acte naturel. Pourtant avec l’évolution de notre alimentation vers des produits de plus en plus transformés, cette fonction a perdu son sens. Certes, mâcher permet de broyer et d’avaler les aliments, mais ce n’est pas son seul rôle. Mastiquer a bien d’autres vertus.

Meilleure assimilation

La mastication est la première étape de la digestion. Elle a pour fonction de broyer les aliments, donc de diminuer leur taille. Plus la taille des aliments sera réduite, plus le travail du tube digestif sera allégé, ce qui permettra d’éviter les ballonnements après le repas. Mais ce travail de mixage permet également d’apprécier  toutes les qualités organoleptiques de l’aliment : texture, saveur, goût, odeur… Les récepteurs sensoriels au niveau de la bouche et de la langue vont envoyer au cerveau les informations sur ce que nous avons en bouche. Ceci va ensuite déclencher la sécrétion de sucs digestifs, qui ont pour fonction de dégrader les aliments en éléments plus petits qui passeront plus facilement et rapidement dans le sang. La digestion sera ainsi facilitée.

Manger moins

La sensation de satiété est déclenchée par l’estomac mais aussi par la mastication. Il faut en moyenne 20 minutes au cerveau pour recevoir l’information de satiété. C’est-à-dire qu’en mangeant en moins de 20 minutes, notre cerveau n’a pas reçu cette information, ce qui nous incitera à manger davantage. Au contraire, plus nous allons mâcher les aliments, plus l’information arrivera rapidement au cerveau. Ainsi, si la sensation de faim diminue, nous mangeons moins !

Contre le diabète

Selon une étude Lituanienne, « les individus qui mangent trop vite ont 2,5 fois plus de risques de souffrir de diabète que celles qui prennent le temps de déguster leurs repas. » L’étude a été menée sur 702 personnes dont 234 diabétiques de type 2 (diabète lié à l’alimentation).

L’explication donnée par les chercheurs est la même que celle donnée en ce qui concerne le surpoids. C’est lié au signal de satiété également. Manger trop vite peut également être un risque pour la survenue du diabète, directement lié au surpoids à mon avis. C’est donc, dans l’ensemble, une étude qui n’apporte pas grand-chose, si ce n’est confirmer que le surpoids est un risque maximum pour la survenue d’un diabète de type 2.

Protéger ses dents

La mastication entraîne une salivation plus importante, qui a pour rôle d’humidifier les aliments en bouche pour en faciliter la décomposition. La salive possède également des propriétés antibactériennes, permet de réguler le pH de la bouche et de lutter contre les « attaques acides ». De plus, les minéraux contenus dans cette sécrétion contribuent à reminéraliser l’émail des dents. Ainsi par ces différentes actions, la salive joue un rôle essentiel dans l’hygiène bucco-dentaire en prévenant l’apparition de caries.

Visage tonifié

La mastication implique le travail de nombreux muscles, et pas seulement de la mâchoire mais de tout le visage. De manière générale, le travail musculaire permet, entre autres, de tonifier les muscles et de renforcer l’ossature. Il en est de même pour notre visage, l’exercice masticatoire permet de tonifier les muscles faciaux, d’éviter leur relâchement et par conséquent retarder l’apparition des rides ! Plus besoin de « gym faciale » ou de crème miracle, une bonne mastication peut suffire !

Réapprendre à mastiquer

Nous consommons de plus en plus d’aliments « mous », ne nécessitant plus de mastication : steak haché, purée, compote à boire, gratin et autres hachis… Quand il n’y a rien à mâcher, difficile de mastiquer davantage… C’est pourquoi, nous devrions orienter nos choix vers des aliments plus durs qui vont nous pousser à mâcher plus, comme les crudités par exemple. Pas question pour autant de devenir crudivore*, la cuisson a pour rôle de détruire les bactéries et de faciliter la digestion de certains aliments. Cependant, on pourra opter pour des cuissons moins longues (al dente), qui demanderont un effort de mastication plus important.

*Crudivorisme : pratique alimentaire consistant à se nourrir exclusivement d’aliments crus.

Pour en savoir plus : Mastiquer, c’est la santé de France GUILLAIN, éditions Jouvence.

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *