Ménopause ou thyroïde…Que se passe-t-il dans mon corps ?

Imprimer





…Plusieurs cas de femmes qui en pré ménopause se plaignent de fatigue, de prise de poids, d’une faible libido, de perte de cheveux et de dépression. Mais elles peuvent aussi souffrir d’un déséquilibre de la glande thyroïde que l’on appelle hypothyroïdie. Les symptômes peuvent se ressembler car les hormones thyroïdiennes et les hormones reproductives sont très interconnectées.

…A la pré-ménopause, notre corps commence à produire une moins grande quantité d’hormones sexuelles car nous en avons moins besoin dans la seconde partie de notre vie. L’oestrogène a pour effet d’améliorer l’efficacité de la TRH (l’hormone thyréotrope de l’anglais : Thyrotropin Releasing Hormone) et lorsque votre corps commence à produire une moins grande quantité d’oestrogène, votre fonction thyroïdienne peut ralentir – surtout si la baisse d’oestrogène survient soudainement ou de façon dramatique. Par contre, la baisse de progestérone peut avoir un effet tout aussi important dans le ralentissement de la thyroïde. À la pré-ménopause, la production de progestérone par les ovaires chute encore plus dramatiquement que celle de l’oestrogène, ce qui a pour résultat que l’oestrogène peut devenir dominant par rapport à la progestérone. Étant donné que l’oestrogène et la progestérone fonctionnent en synergie, cette dominance a pour effet de rendre l’oestrogène moins efficace. Ainsi l’équilibre de ces deux hormones est vital pour le bon fonctionnement de la thyroïde et de tout le système endocrinien. Bien des femmes ont pu rétablir le bon fonctionnement de la thyroïde en rétablissant la synergie oestrogène/progestérone grâce à un supplément de progestérone bio-identique soit par voie orale (Prometrium) ou par voie trans-dermique (crème à la progestérone concentrée à 2% ou plus).

L’hypothyroïdie et la ménopause présentent des symptômes semblables

Il arrive souvent que des femmes développent une hypothyroïdie sub-clinique ou fonctionnelle à la ménopause. Voici un scénario dépeignant les changements hormonaux qui provoquent ces symptômes d’hypothyroïdie.

Baisse des oestrogènes = Moins de T4 convertie en T3

= Moins de T3 pour supporter le métabolisme.

Résultat = symptômes qui se chevauchent

  • Fatigue
  • Prise de poids
  • Baisse de la libido
  • Sautes d’humeur
  • Désordres du sommeil
  • Perte de cheveux

Le lien entre la dysfonction thyroïdienne et la ménopause est très souvent oublié – pas seulement par les femmes qui nous disent «qu’elles se sentent vieilles avant l’âge», mais aussi par plusieurs praticiens de la santé qui les soignent.

Après tout, si vous souffrez d’hypothyroïdie (thyroïde hypoactive) il peut être facile d’attribuer à la ménopause les symptômes frustrants nommés ci-dessus – et ne pas réaliser qu’il pourrait y avoir quelque chose d’autre qui soit en train de se passer.

L’hypothyroïdie et la ménopause peuvent frapper de façon sournoise, même si vous prenez vraiment soin de vous. C’est que les changements hormonaux qui prennent naturellement place dans votre corps à la ménopause sont aussi accompagnés par des changements de la fonction thyroïdienne. De plus, en présence d’un déséquilibre ou d’une prédisposition sous-jacente, cela peut mener à l’hypothyroïdie.

Parfois, la condition est transitoire ou fonctionnelle (non détectée par des analyses sanguines), mais parfois non – plusieurs femmes qui développent un problème de thyroïde à la ménopause se retrouvent sous médication à vie.

Finalement…Vous pourriez ne pas faire le lien entre les deux, d’autant plus que votre médecin ne le fait peut-être pas non plus ! …Vous pourriez être surprise…De voir à quel point les médecins vont catégoriser une thyroïde comme «normale» ou «anormale», seulement en se basant sur une simple analyse sanguine. Le corps est beaucoup plus complexe que cela – il faut regarder le tableau d’ensemble et faire un bilan complet de santé plutôt que d’attendre que vos symptômes empirent et que votre thyroïde ne puisse plus fonctionner d’elle-même !.

Pour nous aider à comprendre les options qui se présentent à nous, il faut examiner la fonction thyroïdienne et de quelle façon les fluctuations hormonales entrent dans l’équation.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

La thyroïde joue un rôle clé dans l’assimilation des nutriments, dans le stockage et l’utilisation de l’énergie, dans la gestion du poids et de la température corporelle, et pour penser, parler, dormir, et influe aussi sur le système reproducteur. L’hypothyroïdie signifie une «baisse de la fonction thyroïdienne» qui se traduit par une insuffisance de la production des hormones nécessaires pour supporter notre activité quotidienne. Cela a comme résultat que nous pouvons nous sentir comme un ordinateur qui aurait une connectivité internet médiocre – fonctionnant quand même, mais certainement pas à sa vitesse optimale.

Normalement, notre cerveau et notre thyroïde communiquent avec notre corps pour maintenir un équilibre hormonal optimal. Lorsque le corps est en santé, le cerveau produit la TRH (hormone thyréotrope – Thyrotropin-Releasing Hormone) et la TSH (thyréostimuline – Thyroid-Stimulating Hormone). Ces hormones envoient à la glande thyroïde le message de produire les hormones thyroïdiennes actives appelées T4 (Thyroxine) et T3 (Triiodothyronine). Finalement, le corps convertit la T4 en T3, une forme mieux reconnue et utilisée plus efficacement par les cellules.

Comme on peut le constater, c’est un système dynamique, conçu pour s’ajuster lui-même d’un moment à l’autre pour satisfaire continuellement les besoins changeants du corps. Et aussi longtemps que les choses ne deviendront pas trop asynchrones, ce système se rééquilibrera toujours de lui-même – mais moyennant un soutien de notre part!

La ménopause peut faire «pencher la balance» du côté de l’hypothyroïdie

Vous pouvez avoir vécu votre vie entière sans jamais réaliser que vous étiez vulnérable aux déséquilibres thyroïdiens. Idéalement, les ajustements que le corps effectue servent à faciliter les transitions majeures qu’une femme expérimente à travers sa vie. Mais beaucoup de facteurs communs sur la planète – spécialement le stress, l’exposition aux toxines de l’environnement, une alimentation sous-optimale, ou simplement des facteurs génétiques – peuvent nous conduire à un parcours plus chaotique. Ajoutez les fluctuations hormonales à ce mélange – les menstruations, les anovulants, la procréation, la pré-ménopause, la ménopause, la THS (Thérapie Hormonale Substitutive) – et ce n’est pas surprenant d’observer beaucoup plus de désordres de la thyroïde chez les femmes que chez les hommes!

Lorsque le système de rétro-contrôle du système endocrinien fonctionne moins bien, des déséquilibres hormonaux comme l’hypothyroïdie adviennent plus souvent. Et avec des niveaux d’hormones thyroïdiennes insuffisants, vos cellules ne pourront pas produire des réponses biologiques optimales, et vous commencerez à observer des symptômes. Cela est spécialement frustrant pour les femmes qui ont été extrêmement conscientes et prudentes au niveau de leur santé.

Parfois, l’origine du déséquilibre thyroïdien ne réside pas dans la glande thyroïde elle-même, mais plutôt dans d’autres parties du système endocrinien. Puisqu’elle fait partie du système endocrinien, la thyroïde est constamment engagée avec les autres glandes endocrines dans une série de voies complexes de rétro-contrôle.

Pourquoi une glande thyroïde dite «normale» peut quand même être la cause de symptômes à la ménopause ?

Si vous souffrez de symptômes d’hypothyroïdie, votre médecin pourrait faire une analyse sanguine pour mesurer votre niveau de TSH. L’analyse montrera de plus hauts niveaux de TSH si vos taux de T4 et de T3 sont bas. Cela indique que votre glande hypophyse travaille plus fort pour produire suffisamment de TSH pour stimuler la production de T4 et de T3, aussi bien que pour convertir la T4 en T3.

Même si un «niveau normal» de TSH dans les analyses de laboratoire peut être aussi haut que 4.0mlU/L, la Dre Northrup affirme préférer voir un taux de TSH sanguin autour de 2.0 mlU/L. Pourquoi cette différence? « Selon notre expérience, » dit-elle,  « il y a une réelle différence entre ce que les médecins acceptent comme «normal» et ce qui est vraiment idéal pour vous individuellement. En fait, nous utilisons un examen plus approfondi de la thyroïde pour détecter les problèmes chez des femmes qui éprouvent des symptômes à la ménopause. Nous regardons aussi les changements qui surviennent avec le temps, les patterns et les tendances – aussi bien que les autres facteurs qui peuvent influencer la santé hormonale. Cela est encore plus important durant la ménopause, lorsque même de petits changements peuvent causer de réels déséquilibres hormonaux. De cette façon, vous pouvez commencer un programme pour supporter naturellement votre glande thyroïde – avant que des symptômes sévères se présentent. »

Voici d’autres valeurs que les médecins conventionnels considèrent comme «normales». Souvenez-vous que si vous avez des symptômes ou que vos résultats de laboratoire sont sans cesse à la hausse, il est important de faire évaluer votre glande thyroïde de façon plus approfondie par un médecin expérimenté et ce, peu importe les résultats de laboratoire initiaux.

  • T4: 4.8–13.2 mcg/dL
  • T4 libre: 0.9–2 ng/dL
  • T3: 80–200 ng/dL
  • TSH: 0.4–4.0 mIU/L (si vous n’avez pas de symptômes d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie) 0.3–3.0 mIU/L (si vous êtes traité)4

Voici de simples mesures suggérées pour supporter votre thyroïde naturellement :

Nourrissez-vous bien. Votre corps a besoin d’un large éventail de nutriments qui sont apportés quotidiennement pour lui permettre de fabriquer et de métaboliser toutes ses hormones, incluant les hormones thyroïdiennes. La vitamine A, l’EPA et le DHA, et le zinc par exemple, améliorent la liaison de la T3 dans vos cellules. L’iode est l’ingrédient de base des hormones thyroïdiennes T3 et T4. Essayer de produire de la T3 et de la T4 sans iode, ce serait comme d’essayer de faire une omelette sans œufs! Le sélénium est aussi nécessaire à la conversion de T4 en T3, donc si vous avez une déficience en sélénium, utiliser un supplément peut faire une grosse différence.

Des aliments frais et entiers sont toujours la source idéale de nutriments. Mais en réalité, il est difficile pour plusieurs femmes de maintenir une alimentation idéale. Des complexes de multi-vitamines de bonne qualité peuvent assurer une protection contre les carences nutritionnelles.

Les plantes de Mère Nature qui guérissent. Certaines plantes phytothérapeutiques aident les femmes ménopausées à rééquilibrer les ratios entre l’œstrogène, la progestérone et la testostérone. Un équilibre de ces hormones assure un fonctionnement optimal de tout le système endocrinien, y compris la glande thyroïde.

Comment les plantes et les minéraux supportent votre thyroïde
Votre thyroïde influence – et est influencée par – la plupart des systèmes de votre corps. C’est pourquoi des symptômes d’hypothyroïdie peuvent apparaître si votre glande thyroïde ne produit pas suffisamment d’hormones ou s’il y a des déséquilibres à travers le corps qui interfèrent avec votre fonction thyroïdienne.

Dépendamment de vos besoins individuels, des plantes et minéraux spécifiques peuvent :

  • Augmenter votre niveau d’énergie (la fatigue étant la plainte numéro 1 observé chez les femmes qui ont des problèmes thyroïdiens)
  • Aider à maintenir la production d’hormones thyroïdiennes
  • Aider à supporter un métabolisme cellulaire thyroïdien optimal
  • Fournir un support qui vous évitera d’être obligé d’avoir une prescription de médicaments pour le reste de votre vie
Remède naturel Propriétés
Iode Si vous n’avez pas suffisamment d’iode, votre thyroïde n’aura pas l’ingrédient de base pour produire les hormones thyroïdiennes clé T3 et T4. Puisque votre corps ne produit pas d’iode, vous devez l’obtenir dans votre alimentation ou dans des suppléments.
Selenium Certaines enzymes et protéines qui ont besoin du sélénium pour fonctionner, jouent plusieurs rôles dans la santé de la thyroïde – de la régulation du métabolisme des hormones thyroïdiennes, à la protection de la thyroïde lorsque vous vivez du stress.
Bacopa monnieri Le Bacopa monnieri a des propriétés qui stimulent directement la thyroïde et qui peuvent aussi traiter la confusion et les troubles de mémoire qui peuvent survenir lors d’un déséquilibre de la thyroïde.
Houblon Le Houblon améliore l’assimilation de l’iode dans la glande thyroïde et facilite le fonctionnement des récepteurs hormonaux, ce qui fait que les hormones thyroïdiennes peuvent entrer dans les cellules et influencer les gènes cibles. Il contient aussi du xanthohumol, composé qui aide à maintenir des taux de cholestérol et de glucose sanguins normaux.
Sauge La Sauge contient de l’acide carnosique, qui améliore l’activité de l’hormone active T3 par l’amélioration du fonctionnement des récepteurs hormonaux.
Ashwagandha L’Ashwagandha est une plante adaptogène largement utilisée pour ses propriétés neuro-protectives, anti-stress et calmantes. Les recherches indiquent qu’elle agit directement sur la thyroïde pour supporter la production des hormones thyroïdiennes.
Coleus forskohlii Le Coleus forskohlii contient le composé phytochimique forskoline, dont l’effet favorable sur la dépression, le système immunitaire et le poids ont été l’objet de recherches. Il imite aussi l’effet de la TSH pour aider à augmenter naturellement le niveau d’énergie et pour supporter la fonction thyroïdienne.
Guggul (Commiphora mukul) Des études suggèrent que la gomme Guggul peut améliorer les ratios T3/T4 (la T3 étant l’hormone la plus utile pour nos cellules), augmenter l’assimilation de l’iode dans la thyroïde, et stimuler la fonction thyroïdienne.
Achyranthes aspera (Famille de l’Amaranthe; aka prickly chaff, devil’s horsewhip) Des recherches indiquent que l’Achyranthes aspera peut améliorer la fonction des hormones thyroïdiennes et possiblement aider à éliminer les radicaux libres qui causent des dommages à la thyroïde.

Le rôle des médicaments pour la thyroïde

Si vous avez des problèmes de glande thyroïde,  vous pourriez vouloir parler avec votre médecin de la possibilité d’utiliser des remèdes naturels avant de commencer une médication d’ordonnance.

Un inconvénient des médicaments d’ordonnance pour la thyroïde comme le Synthroid (levothyroxine) est qu’une fois que vous les avez commencés, la thyroïde diminue sa propre production, ce qui fait qu’il peut être très difficile et voire même impossible d’arrêter le médicament.

D’un autre côté, si vous avez opté pour des mesures naturelles et que vos taux d’hormones thyroïdiennes ne sont pas optimaux – une ordonnance pour des hormones thyroïdiennes naturelles (p. ex. Armour Thyroid, d’origine animale) peut être considérée. À noter que si vous prenez un médicament pour la thyroïde et que vous commencez à utiliser un supplément de progestérone, il faut être conscient qu’il pourrait être nécessaire d’ajuster votre médication à la baisse car la progestérone aidera votre thyroïde à mieux fonctionner !

Sources :

http://www.womentowomen.com/en-ca/hypothyroidism/thyroidandmenopause.aspx

Christiane Northrup, M.D., «The Wisdom of Menopause»  Édition révisée de 2012.





Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *