Mexique : un jeune homme meurt d’un AVC après un suçon…

Imprimer





Un Mexicain de 17 ans est décédé d’un AVC après avoir reçu un suçon dans le cou par sa petite amie. Ces accidents, très rares, ont déjà fait l’objet d’une publication scientifique.

Baiser mortel au Mexique ? La presse mexicaine se fait l’écho d’un accident très étonnant. Un jeune homme de 17 ans serait décédé d’un accident vasculaire cérébral (AVC), à Mexico… suite à un suçon.

Après un après-midi passé avec sa petite amie, Julio Mecias Gonzalez a déclaré les symptômes d’un AVC. La presse locale explique que les secours ont été appelés en urgence au domicile familial. Les médecins ont conclu à un AVC causé par un suçon. La pression exercée par les lèvres aurait provoqué la formation d’un hématome sur la paroi d’une artère du cou, à l’origine d’un caillot sanguin qui aurait provoqué l’AVC fatal en remontant dans le cerveau.

Un cas référencé dans la littérature scientifique

Ce cas assez effrayant n’est pas le premier. Une équipe de médecins néo-zélandais a relevé un accident comparable en novembre 2010. Il a même fait l’objet d’une publication dans la revue New Zealand Medical Journal. Il s’agissait cette fois d’une femme de 44 ans, qui s’était présentée à l’hôpital après la soudaine paralysie de son bras gauche. Les médecins avaient diagnostiqué une thrombose de la carotide interne. Plus chanceuse que le jeune Mexicain, la patiente a, elle, survécu.

Lésion de la paroi artérielle et thrombose

Chez cette femme, « une contusion verticale, de petite taille, a été relevée sur la partie antérieure droite du cou », notent les auteurs de la publication. Les scientifiques expliquent que la paroi de l’artère carotide, sous l’effet du suçon, a été traumatisée. Ce traumatisme a pu provoquer une lésion artérielle, puis la formation d’un caillot de sang. Caillot qui ensuite a pu migrer au cerveau et provoquer un AVC en bouchant une artère plus petite (on parle d’AVC ischémique).

Les auteurs de l’étude expliquent bien que l’événement reste extrêmement rare.






Source (cliquez sur le lien)

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *