Pourquoi les moustiques s’en prennent plus à vous qu’aux autres ?

Imprimer







Combien d’entre vous ont l’impression que les moustiques préfèrent leur peau à celle du reste de l’humanité ? Et combien se sont entendu répondre face aux boutons qui constellaient leur corps :

C’est parce que ton sang est plus sucré.

Une réponse pas si stupide, explique le site Quartz (Source ici).

Car, si ce qui attire les moustiques, ce sont d’abord le dioxyde de carbone expiré et la chaleur du corps, c’est l’odeur de ce dernier qui vous assure la piqûre.

Or, rappelle le site Quartz, des centaines d’éléments chimiques et de bactéries concourent à donner à notre peau son odeur unique. Les facteurs sont donc nombreux qui vous transforment en aimant à moustiques.

BIÈRE ET GÈNES

Cependant, des points communs ont pu être trouvés entre ceux qui attirent le plus les moustiques. Des études ont ainsi montré que les buveurs de bière (1), les femmes enceintes (2) et les personnes dont le groupe sanguin est de type O (3) se font davantage piquer. Pour éviter l’attaque, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

Pas si simple, en réalité. Car une nouvelle étude publiée à la fin d’avril par PLOS ONE (4) conclut que l’odeur qui attire les moustiques femelles (les seules qui piquent) pourrait également être déterminée par nos gènes.

En effet, les chercheurs ont étudié un groupe de jumeaux monozygotes (de « vrais » jumeaux, qui partagent les mêmes gènes) et un autre de jumeaux dizygotes. Après avoir passé vingt-quatre heures sans manger de nourriture à forte odeur, à base d’oignon ou d’ail notamment, chacun d’entre eux a dû introduire ses mains dans une boîte pleine de moustiques, mais conçue pour qu’il soit impossible de se faire piquer, rassurez-vous.

La boîte à moustiques (source PLOS One)

La boîte à moustiques (source PLOS One)

Après avoir noté combien chacun avait attiré de moustiques, les chercheurs ont observé que des vrais jumeaux attiraient un nombre de moustiques plus proche que des faux jumeaux. L’étude en a donc conclu que les gènes entraient vraisemblablement dans l’équation de l’aimant à moustiques. La taille de l’échantillon testé étant trop faible pour être plus précis, les chercheurs préconisent également une étude plus vaste pour affiner les résultats.

En attendant, il ne vous reste qu’à prier pour que vos enfants récupèrent vos gènes… et attirent davantage les moustiques que vous.






La source

Sources études :

(1) Source

(2) Source

(3) Source

(4) Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *