Tako-Tsubo ou le syndrome du cœur brisé

Imprimer





Encore méconnu, le Tako-Tsubo est une maladie cardiaque dont les symptômes sont proches de ceux de l’infarctus du myocarde. Les femmes ménopausées en situation de rupture y sont particulièrement exposées.

Selon une récente étude de l’Insee, les couples se séparent plus qu’il y a quelques années. Le nombre de ruptures a en effet atteint les 63% en 15 ans. Entre 2009 et 2012, ce sont ainsi près de 253 000 couples qui se sont séparés chaque année alors qu’ils n’étaient que 155 000 entre 1993 et 1996. Mais une séparation a des conséquences non négligeables sur la vie des hommes et des femmes : baisse du niveau de vie, stress, etc. Peu connu, le stress émotionnel aigu peut potentiellement être nuisible pour le cœur. Celui-ci peut en effet déclencher le syndrome du cœur brisé, appelé « le Tako-Tsubo », qui provoque des symptômes graves proches de l’infarctus.

Les femmes, premières victimes

Maladie du muscle cardiaque, le Tako-Tsubo est encore très méconnu mais est à prendre au sérieux car il peut se révéler mortel. Selon une étude suisse, son taux de mortalité (3,7%) serait en effet presque aussi élevé que celui des crises cardiaques dues à un infarctus du myocarde (5,3%). Par ailleurs, près de 2% des personnes hospitalisées pour infarctus du myocarde se voient finalement diagnostiquer un Tako-Tsubo, une fois l’infarctus écarté. Les femmes en sont d’ailleurs les premières victimes, notamment après la ménopause. Si les chercheurs ne connaissent pas précisément la raison, il semblerait toutefois que ce soit dû au fait qu’elles ne sont plus protégées par leurs hormones relaxantes, les œstrogènes.

Des chocs émotionnels négatifs mais pas seulement

Dans 27,7% des cas, les facteurs déclencheurs du Tako-Tsubo sont les chocs émotionnels (perte d’un être cher, rupture amoureuse…) souvent associée à une fatigue intense (épuisement moral et physique). Mais ce syndrome du cœur brisé peut être également déclenché par des événements heureux ou joyeux. Dans le cadre d’une étude publiée dans The European Heart Journal, des chercheurs ont en effet constaté que pour une faible proportion de patients, le Tako-Tsubo est apparu suite à une fête d’anniversaire, au mariage d’un enfant, à la naissance d’une petite-fille ou d’un petit-fils… Ainsi, les « cliniciens doivent être conscients » que ce syndrome peut être aussi précédé d’émotions positives, selon le Dr Jelena Ghadri, cosignataire de l’étude.

Ne pas sous-estimer les premiers symptômes

Pour ce qui est des symptômes, le professeur Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération Française de Cardiologie, explique que « beaucoup peuvent évoquer une crise cardiaque : essoufflement brutal, douleur brutale dans la poitrine, arythmie, perte de connaissance, malaise vagal ». Celle-ci met par ailleurs en garde :

« une femme de plus de 50 ans, ménopausée, en situation de rupture, ne doit surtout pas sous-estimer les premiers symptômes liés à un stress émotionnel aigu. »

En effet, un diagnostic rapide permet généralement d’éviter de graves répercussions pour le cœur et d’avoir une prise en charge adaptée. Le traitement médical est alors instauré jusqu’à la récupération, souvent complète, du cœur.

Source (cliquez sur le lien)






Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *