Trucs et remèdes pour guérir les entorses et foulures

Imprimer

Particulièrement douloureuse, l’entorse est un traumatisme articulaire provoqué par une torsion ou un étirement brutaux. Voici quelques remèdes naturels et secrets de grand-mère à adopter en cas d’entorse et de foulure.





Entorses : causes, symptômes et remèdes

L’entorse bénigne ou foulure correspond à une simple distension des ligaments qui n’a aucune conséquence ultérieure sur la stabilité de l’articulation.

Les entorses plus graves quant à elles consistent en une rupture des ligaments, empêchant ces derniers de jouer leur rôle de maintien de l’articulation.

L’entorse, qui touche le plus souvent la cheville, se distingue de la luxation, qui est plutôt le déboîtement d’une articulation qui ne peut se guérir que par l’orthopédie.

Le mouvement anormal d’une articulation engendré par un mouvement excessif (le plus souvent accidentel) est la cause principale des entorses. Le faux pas dû à une marche mal assurée (chez les personnes âgées) a les mêmes effets. À noter que le manque de résistance des ligaments prédispose aussi à ce genre de traumatisme.

Les principaux symptômes d’une entorse comptent une douleur aiguë au moment du traumatisme, suivie d’une douleur intense d’une durée de 24 h au moins. Parmi les autres symptômes, mentionnons le gonflement de l’articulation, la formation d’un hématome (ou bleu). En cas d’entorse grave, des troubles au niveau de la mobilité surviennent.

Des soins précoces s’imposent dans tous les cas pour permettre une guérison rapide. Si votre articulation reste douloureuse pendant plus de 18 h, consultez rapidement un médecin. Une radiographie permettra d’évaluer le degré de gravité de l’entorse. L’entorse bénigne peut se traiter simplement par du repos et des soins locaux. Toutefois, l’entorse grave nécessite une immobilisation de l’articulation par un bandage de contention ou un plâtre, dans les cas extrêmes. 






Remèdes naturels et plantes

– Dans le cadre d’une étude menée en Allemagne, une pommade contenant 35 % d’extrait fluide de consoude, prescrite à 143 patients, a entraîné une réduction de l’œdème, une diminution des douleurs et une amélioration des flexions et mouvements de l’articulation de la cheville et ce, de façon très significative.

– L’arnica, sous toutes formes, est le remède par excellence de ce genre de traumatismes. Vous pouvez notamment masser l’articulation avec de l’huile d’arnica (à 15 %), ou encore utiliser de l’arnica (teinture-mère non diluée) pour confectionner vos propres compresses.

– Il est possible de consommer de l’ananas (bromélaïnes extraites de la tige) à raison de 3 ou 4 fois par jour, ou encore de l’harpagophyton, reine-des-prés ou saule : extrait sec, 200 mg, 3 fois par jour. 

Sur prescription médicale

En cas d’entorses fréquentes ou de suites longues, le médecin ajoutera selon les cas : millepertuis, bryone, jusquiame, (teintures-mères) ; muscade, serpolet et cyprès (huiles essentielles) ou hydrastis (extrait). 

Conseils santé et trucs de grand-mère

– Maintenez au repos l’articulation atteinte avec pose de contention.

– S’il s’agit de la cheville, portez des chaussures montantes à lacets.

– Faites des compresses froides.

– En cas d’entorse grave, consultez un professionnel de la santé qui saura vous prescrire le meilleur traitement.






Source

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *