Un petit verre d’urine pour soigner ses maux ?

Imprimer






Cinq millions d’Allemands boivent leur urine pour ses vertus thérapeutiques.

Dans les années 80, un livre sur l’urinothérapie, « Ein ganz besonderer Saft, Urin » (Un jus très spécial, l’urine) paraît en Allemagne. L’ouvrage est un best-seller. Depuis l’urinothérapie est devenue très populaire auprès des Allemands. Cinq millions d’entre-eux sirotent régulièrement leur urine pour ses vertus thérapeutiques.

L’urine soignerait beaucoup de maux : asthme, eczéma, allergie respiratoire et de la peau, maladies cardiaques, sida, cancer, sclérose en plaques, diabète, parasitose, stress, etc. Elle aurait aussi le pouvoir de ralentir le vieillissement.

Si l’urine est devenue une médecine alternative, c’est qu’elle contient plusieurs substances essentielles à la vie : sels minéraux, hormones, vitamines, enzymes, etc. L’urine par excellence est celle du matin. Elle est riche en mélatonine.

Mais l’urine contient aussi des substances que le corps rejette. Les déchets organiques, les drogues, les toxines passent par le sang. Les reins les filtrent et l’urine les excrète. Parfois  trop d’urine peut entraîner des cas d’hyperurémie (élévation excessive du taux d’urée dans le sang). Les déchets et résidus organiques non éliminés empoisonnent le sang.

L’urinothérapie n’a jamais été prouvée scientifiquement. Pourtant, cette médecine alternative prend de l’ampleur en Europe.






Sources :

> slate.fr : Boire son urine, une pratique médicale répandue, mais aux bienfaits contestés
> spiegel.de : Umstrittene Therapie: « Urin trinken ist einfach nicht sinnvoll »
> psychologies.com : Urinothérapie : une panacée difficile à avaler

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *