La crufiture une alternative santé à la confiture

Imprimer





Du sucre, des fruits frais, une cuisson maîtrisée et la confiture est prête ! Mais, connaissez-vous la crufiture ? Cette étonnante conserve de fruits tartinable qui préserve tous les nutriments et la saveur des fruits crus.

Une cuillère de confiture dans un yaourt ou une bonne tartine grillée recouverte de confiture trempée dans une boisson chaude, hmmm quel régal ! À Climont en Alsace, Fabrice Krencker est artisan-confiturier et élabore depuis 30 ans des confitures artisanales réputées dans toute la région et au-delà. Il reçoit d’ailleurs le titre de Meilleur confiturier de France en 2010. Avec son épouse, cet alsacien mitonne chaque jour des recettes dans des chaudrons qu’il a améliorées au fils des années. L’an dernier, il fait breveter une tout nouvelle recette: une crufiture, une préparation de fruits et de sucre sans cuisson. Un concept qui va ravir les adeptes de la raw-food (cuisine crue).

Une confiture saine et nutritive

Tartiner des fruits, c’est le concept qu’a pu mettre en oeuvre Fabrice Krencker en mettant au point une nouvelle génération de confitures sans cuisson, sans gélifiant et sans conservateur. Elle peut même se conserver plusieurs mois à température ambiante, comme le miel. L’atout de cette préparation réside dans son absence de cuisson. Les fruits étant crus, ils conservent leur saveur et tous leurs nutriments.


La « crufiture » du Climont

C’est après trois ans de recherches, en partenariat avec des étudiants du pôle agro-alimentaire de l’Université de Haute Alsace, l’association régionale Alsace Innovation, la Banque publique d’investissement (BPI France) et les laboratoires de l’Aérial (Strasbourg) et du Cétam (centre d’étude apicole de Moselle) que la crufiture voit le jour et se voit brevetée.

Une crufiture écolo

Ce maître-artisan étale ses fruits et son sucre dans de grands plateaux en cuivre en extérieur, à l’abri des insectes. Contrairement à la confiture, la crufiture n’a besoin ni de gaz, ni d’électricité ou autres énergies, c’est le vent et le soleil qui se chargent de l’évaporation qui se fait naturellement. “Grâce à ce procédé maîtrisé par des formulations informatisées, les qualités organoleptiques et nutritionnelles sont mieux conservées que dans une confiture classique”, explique Fabrice Krencker. Pour contribuer à la réduction des déchets, la vente se fait en vrac.

Tributaire des aléas météorologiques, la production de la crufiture est encore limitée et repose sur un savant dosage de sucre et de fruits. Mais, cet alchimiste de la confiture y voit un gain de temps et de saveur. On peut retrouver ses 35 autres sortes de confitures sur son site : Les Confitures de Climont.

Source (cliquez sur le lien)






Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *