Le risque d’obésité, de maladies cardiaques et d’autres problèmes de santé plus élevé chez ceux qui consomment des édulcorants artificiels

Imprimer





Une nouvelle étude menée par un groupe de chercheurs du George & Fay Yee Center of Healthcare Innovation de l’Université du Manitoba, ainsi que l’Institut de recherche de l’hôpital pour enfants du Manitoba à Winnipeg (Manitoba), suggère que les édulcorants artificiels peuvent être liés à un gain de poids à long terme et un risque accru d’obésité, de diabète, d’hypertension artérielle et de maladie cardiaque.

L’étude visant à comprendre si la consommation d’édulcorants artificiels est liée à des effets néfastes à long terme sur le poids et les maladies cardiaques a été publiée aujourd’hui dans le Journal de l’Association médicale canadienne (CMAJ) .

L’apport d’édulcorants artificiels comme l’aspartame, le sucralose et la stévia sont devenus très répandus et augmentent. Bien que la preuve soit incohérente, les données émergentes indiquent la possibilité d’effets négatifs d’édulcorants artificiels ou non nutritifs sur le métabolisme, les bactéries intestinales et l’appétit.

Pour tester la corrélation entre les édulcorants artificiels et les problèmes de santé, les chercheurs ont effectué une analyse systématique de 37 études qui ont suivi plus de 400 000 personnes pendant une moyenne de 10 ans. Parmi ces études, seulement 7 étaient des essais contrôlés randomisés (le top en recherche clinique) et ces études impliquaient 1003 personnes, suivies pendant une moyenne de 6 mois.

L’essai n’a montré aucun effet fiable des édulcorants artificiels sur la perte de poids. Pourtant, un risque relativement élevé de gain de poids et d’obésité, d’hypertension artérielle, de diabète, de maladie cardiaque et d’autres problèmes de santé était évident par rapport à ces édulcorants dans des études d’observation à long terme.

Le Dr Ryan Zarychanski, professeur adjoint, de la Faculté des sciences de la santé de Rady, de l’Université du Manitoba et auteur de l’étude a déclaré : « Malgré le fait que des millions d’individus consomment régulièrement des édulcorants artificiels, relativement peu de patients ont été inclus dans les essais cliniques de ces produits « Les données des essais cliniques n’ont pas soutenu les avantages prévus des édulcorants artificiels pour la gestion du poids, a-t-elle ajouté.

Pour comprendre l’effet des édulcorants artificiels consommés par les femmes enceintes sur le gain de poids, le métabolisme et les bactéries intestinales de leurs nourrissons, une équipe à l’Institut de recherche de l’hôpital de l’enfance du Manitoba, sous l’autorité de l’auteur principal, Me Meez Azad, professeur adjoint à la Faculté des sciences de la santé de Rady, de l’Université du Manitoba, entreprend une nouvelle étude.

Selon le docteur Azad, jusqu’à ce que la caractérisation des effets à long terme sur la santé – à la fois les risques et les avantages – des édulcorants artificiels soit terminée, il faut rester prudent.





Merci pour votre partage !

Une pensée sur “Le risque d’obésité, de maladies cardiaques et d’autres problèmes de santé plus élevé chez ceux qui consomment des édulcorants artificiels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *