Lien entre le sel et les maladies auto-immunes

Imprimer




Plusieurs études publiées le Journal Nature ont mis en évidence un lien entre la consommation de sel et les maladies auto-immunes. (1)

Une cellule immunitaire appelée T helper 17 (TH17) a été liée à un certain nombre de maladies auto-immunes / auto-inflammatoires telles que l’arthrite, la sclérose en plaques, le psoriasis et le lupus. (2) 

Cette cellule TH17 lorsqu’elle est activée pompe une protéine dans le corps qui est pro-inflammatoire. Dans des situations isolées, comme dans le cas de l’infection, ce serait une bonne chose. Cependant, l’activation inappropriée ou incontrôlée de cette protéine crée un état indésirable de maladie auto-immune.

Bien que la recherche en soit encore aux étapes préliminaires, elle montre que même une augmentation modeste de la concentration en sel stimule l’activation du TH17 humain et de la souris dans les études sur tubes à essai ainsi que dans les modèles murins vivants. (1, 3)

Bien que nous sachions que la génétique joue un rôle dans les maladies auto-immunes, les chercheurs découvrent que les facteurs environnementaux ont aussi un impact énorme sur les gènes, l’un de ces facteurs pourrait être la surconsommation de sel !

Plus de recherche doit suivre ; Toutefois, si vous souffrez d’une maladie auto-immune, il peut être utile de prendre en compte votre consommation de sel et de faire quelques ajustements simples.




source
Références :
1. Wu C, Yosef N, Thalhamer T, Zhu C, Xiao S, Kishi Y, et al. Induction de cellules TH17 pathogènes par la kinase inductible de détection de sel SGK1. Nature [publication en ligne]. 2013 mars [cité le 12 mars 2013]; http://dx.doi.org/10.1038/nature11984 .2. Waite JC et Skokos D. Th17 Réponse et maladies inflammatoires auto-immunes. Int J Inflam. 2012; 2012: 819467.3. Kleinewietfeld M, Manzel A, J Titze, Kvakan H, Yosef N, Linker RA, et al. Le chlorure de sodium entraîne la maladie auto-immune par l’induction de cellules TH17 pathogènes. Nature [publication en ligne]. 2013 Mar [cité le 12 mars 2013]; http://dx.doi.org/10.1038/nature11868 .
Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *