Le garçon qui a mis fin à la soif d’un demi-million d’Africains

Imprimer

 


Aujourd’hui, nous voulons vous raconter une histoire que certains d’entre vous connaissent peut être déjà. En tout cas, l’importance de l’histoire elle-même nous semble une raison suffisante pour la publier dans cet espace et pour chercher la motivation dans les gens à se lancer dans des projets en faveur d’autres personnes plus défavorisées.

C’est l’histoire de Ryan Hreljac.

Ryan est né à Kemptville (Ontario), une ville du Canada en mai 1991. Enfant, à l’école, alors qu’il n’avait que six ans, son enseignante a parlé en classe des conditions difficiles des enfants en Afrique et a expliqué que, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, la principale cause de décès chez les enfants n’est pas la faim, mais la soif.

Ryan a été choqué par ces nouvelles, puisque pour lui, il suffit de marcher quelques mètres pour atteindre n’importe quel robinet à travers lequel l’eau peut couler pendant des heures. Il s’est donc approché de l’enseignante et a demandé combien il en coûterait pour apporter l’eau à ces enfants. L’enseignante a réfléchi et s’est  souvenu d’une organisation appelée Watercan dédiée au sujet et lui a dit qu’un petit puits pouvait coûter environ 70 $.

Ryan, rentrant chez lui, a couru vers sa mère et lui a dit qu’il avait besoin de 70 $ pour acheter un puits pour les enfants d’Afrique. Susan à moitié perplexe ne le prit pas très au sérieux mais il insista pendant des jours.

Ryan supplia :

Tu ne comprends pas, maman, les enfants meurent juste parce qu’ils n’ont pas d’eau potable.

À la fin, Susan, même en sachant la petite constance des enfants à son âge, accepta de lui confier certaines tâches pour lesquelles il gagnerait de l’argent.

Pendant trois mois, Ryan faisait ses devoirs tous les jours, nettoyait les fenêtres, passait l’aspirateur et faisait tout ce qui lui était confié. Au début, ses frères ont été impliqués dans son projet, mais ont rapidement abandonné. Alors qu’il gardait chaque dollar dans une vieille boîte à biscuits. 

En avril 1998, du haut de ses 7 ans, Ryan avait amassé 70 $. Il a demandé à sa mère de l’accompagner au bureau de Watercan pour acheter son puits. Une fois là-bas, Nicole Bosley, directrice générale, a expliqué à l’enfant enthousiaste qu’avec 70 $ vous pouviez seulement acheter une pompe manuelle, il en fallait 2 000 pour forer un puits d’eau. Ryan a répondu de manière décisive :

D’accord, je vais devoir faire plus de devoirs alors.

Nicole Bosley, captivée par la décision du jeune garçon, a convaincu ses supérieurs et l’Agence internationale de développement du Canada de payer la facture pour la moitié du puits avec Ryan et c’est ainsi que son projet l’a contraint à amasser environ 700 $.

Susan a expliqué à Ryan que sa famille était humble et que ses ressources étaient limitées, alors elle ne pourrait pas lui payer ce montant pour de nombreuses tâches, mais Ryan a promis à Nicole Bosley qu’il reviendrait avec l’argent pour lui commander un puits.

Une fois de retour à la maison, étonnamment tout le monde a été touché par le « Projet Ryan » et les frères, voisins et amis se sont mis au travail pour récolter l’argent, travaillant jusqu’à ce qu’ils atteignent leur objectif.

Peu de temps après, Ryan est retourné à Watercan avec sa promesse. Gizaw Shibru, directeur des programmes de l’Ouganda, lui a donné une interview pour voir où il voulait construire son puits. Ils ont choisi l’école angolaise d’Otwal, un endroit touché par le sida et la sécheresse, où un enfant sur cinq meurt avant d’atteindre l’âge de Ryan.

En janvier 1999, le puits de Ryan a été construit.

 

Mais ce garçon de 7 ans n’était pas satisfait de ce qu’il avait accompli et quand il a appris que les puits étaient creusés à la main, il était déterminé à atteindre le coût de 25 000 $ d’une foreuse mobile.

Susan, piégée entre le dévouement et la fierté pour son fils, par l’entremise de Puddicombe Derek, une amie journaliste, a obtenu une entrevue pour le journal «Ottawa Citizen», qui a ensuite abouti à un documentaire pour la télévision. Cela a provoqué l’arrivée de lettres et de dons de partout dans le pays. À l’époque, son professeur Nancy a commencé un échange de lettres avec les élèves de l’école en Ouganda.

Lettre d’Akana Jimmy, un garçon ougandais qui avait échappé aux griffes des armées pour les enfants et lutté chaque jour pour aller à l’école :

Cher Ryan, je m’appelle Akana Jimmy. J’ai 8 ans. J’aime le football. Notre maison est faite d’herbe. Comment vont-ils aux USA ? 
Ton ami, Akana Jimmy.

Ryan a répondu :

Cher Jimmy, ce doit être fantastique d’avoir une maison faite d’herbe. J’ai 8 ans. Buvez-vous de l’eau de mon puits tous les jours ? Quel est ton sujet préféré à l’école ? Je vais aller en Ouganda quand j’aurai 12 ans. Ma maison est faite de briques […] Écris-moi bientôt. Ton ami Ryan.

Ryan se demandait s’il pourrait rencontrer un jour son ami, alors que ses parents pensaient qu’avec de la chance dans quelques années ils pourraient se permettre de voyager en Ouganda. Étonnamment, un cadre de son quartier a fait don à Ryan de sa carte de points de transport aérien recueillie lors de ses nombreux vols.

Le 27 juillet 2000, peu après l’âge de 9 ans, Ryan est arrivé en Ouganda dans la ville d’Otwal accompagné de ses parents. 5 000 enfants l’attendaient en train de chanter son nom, Ryan fut étonné en répétant :

Tu connais mon nom !

Gizaw Shibru a déclaré avec enthousiasme :

Tout le monde vivant à 100 kilomètres connaît ton nom, Ryan.

A la fin, son copain Jimmy Akana a attrapé Ryan par la main et l’a conduit à son puits afin qu’il puisse couper la bande d’inauguration.

À cette époque, Ryan a inauguré le premier des 432 puits qu’il a déjà construits avec sa Fondation à l’âge de 19 ans dans 15 pays.

Aujourd’hui, Ryan’s Well Foundation s’occupe de l’entretien des puits et de l’eau, ainsi que de l’éducation des autochtones.   Ryan a étudié pour devenir ingénieur hydraulique.

Vous avez toute notre admiration Ryan !

Site de Ryan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


pierresetcristaux.com
Merci pour votre partage !

Une pensée sur “Le garçon qui a mis fin à la soif d’un demi-million d’Africains

  • Ping : Le garçon qui a mis fin à la soif d’un demi-million d’Africains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :