Une infirmière en soins de fin de vie partage les regrets les plus courants de ses patients.

Imprimer





Bronnie Ware  a travaillé pendant de nombreuses années, en soins palliatifs. Ses patients étaient ceux qui étaient rentrés chez eux pour mourir. Elle a partagé des moments exceptionnels avec eux dans les trois à douze dernières semaines de leur vie.

Lorsque vous êtes sur votre lit de mort, ce que les autres pensent de vous est le résultat du long chemin de votre esprit.

Elle raconte son expérience

 Les gens osent aller au bout de leurs sentiments quand ils sont confrontés à leur propre mort.

J’ai appris à ne jamais sous-estimer la capacité de quelqu’un à sa transformation positive. Certains changements ont été phénoménaux. Chacun a connu une variété d’émotions, comme le déni, la peur, la colère, les remords  et finalement l’acceptation.

Chaque patient a trouvé sa paix avant son départ. Chacun d’eux, interrogés sur les regrets qu’ils avaient ou ce qu’ils auraient faits différemment dans leur vie,  invariablement, faisaient remonter des thèmes communs à la surface de leur conscience, encore et encore.

regrets-dying_hands

Voici les 5 plus courants :

1. J’aurai souhaité avoir le courage de vivre une vraie vie pour moi et non pas suivant ce que les autres attendaient de moi.

C’était  le regret le plus commun de tous. Quand les gens réalisent que leur vie est derrière eux, il est facile de voir combien de rêves sont restés vains.
La plupart des gens n’ont pas eu l’honneur de vivre  la moitié de leurs rêves et sont morts en sachant que c’était dû à des choix qu’ils avaient faits ou pas fait.

Il est très important d’essayer d’honorer au moins certains de vos rêves pendant que vous pouvez et que vous êtes en santé. A partir du moment où vous perdez votre santé, il est trop tard. La santé apporte une liberté dont très peu se rendent compte, jusqu’à ce qu’ils ne l’aient plus du tout.

2. Je voudrai ne pas avoir travaillé si dur.

Ce sont surtout les  hommes qui ont eu ce regret. Ils ont raté la jeunesse de leurs enfants et la compagnie de leur partenaire. Les femmes ont aussi parlé de ce regret. Mais comme la plupart étaient d’une génération plus âgée, beaucoup de patientes n’avait pas été soutien de famille. Tous les hommes que j’ai nourri, ont profondément regretté dépenser autant de leur vie sur le tapis roulant d’une existence de travail.

En simplifiant votre style de vie et en faisant de bons choix conscients tout au  long du chemin, il est possible que vous n’ayez pas besoin du revenu que vous pensez devoir faire. Et en créant plus d’espace dans votre vie, vous devenez plus heureux et plus ouverts à de nouvelles opportunités, d’autres plus adaptées à votre nouveau style de vie.

regrets

3. J’aurais aimé avoir eu le courage d’exprimer mes vrais sentiments.

Beaucoup de gens on réprimé ou supprimé leurs sentiments afin de maintenir la paix avec les autres. Beaucoup de maladies ont été développées en liaison à l’amertume du ressentiment non exprimé. En conséquence, ils se sont installés dans une existence médiocre et n’ont jamais été vraiment qui ils étaient capables de devenir.

Nous ne pouvons pas contrôler les réactions des autres. Cependant, bien que les gens peuvent normalement réagir quand vous changez votre façon d’être, si vous êtes honnêtes, à la fin cela crée une relation à un nouveau niveau entier et plus sain. Soit  c’est accepté, soit cela libère la relation malsaine de votre vie. De toute façon, vous gagnez.

4. Je voudrai avoir gardé le contact avec mes amis.

Souvent, ils n’avaient pas vraiment réalisé pleinement les avantages de côtoyer leurs vieux amis jusqu’à ce que leur temps de mourir arrive, et il n’était pas toujours possible de les retrouver. Beaucoup étaient devenus tellement occupés dans leur propre vie qu’ils avaient laissé filer l’amitié au cours des années. Il y avait beaucoup de regrets profonds de n’avoir pas fait d’effort pour garder leurs amis. Tout le monde oublie leurs amis quand ils meurent.

Il est commun pour n’importe qui dans une vie bien remplie de laisser filer les amitiés. Mais quand vous êtes confrontés à votre mort prochaine, les détails physiques de la vie tombent. Les gens veulent régler leurs affaires financières en priorité si possible. Mais ce n’est pas l’argent ou le statut qui détient la véritable importance pour eux. Ils veulent mettre les choses en place pour le bénéfice de ceux qu’ils aiment. Habituellement cependant, ils sont trop malades et fatigués de toujours gérer cette tâche. Tout revient à l’amour et les bonnes relations à la fin. C’est tout ce qui reste dans les dernières semaines : l’amour et les relations.

5.  J’aurai souhaité choisir d’être heureux.

C’est une surprise commune à tous. Beaucoup ne réalisent pas jusqu’à la fin que le bonheur est un choix.
Ils étaient restés coincés dans les vieux schémas et habitudes. Le soi-disant «confort» familier débordait dans leurs émotions, ainsi que leur vie physique.  La peur du changement avait fait croire aux autres et à eux-mêmes, qu’ils étaient contents. Mais profondément à l’intérieur, ils avaient envie de rire et aurait aimé refaire leur vie plus joyeuse.

Lorsque vous êtes sur votre lit de mort, ce que les autres pensent de vous est le résultat du long chemin de votre esprit. Comme c’est merveilleux de pouvoir se laisser aller et retrouver le sourire, longtemps pendant que vous êtes en vie.

La vie est un choix.C’est votre vie. Choisissez consciemment, choisir judicieusement, choisissez honnêtement. Choisissez le bonheur.
– Bronnie Ware






Source (cliquez sur le lien)

Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *