Qu’est ce que le syndrome GAPS (syndrome entéropsychologique) ?

Imprimer




Le syndrome de l’intestin et de la psychologie (syndrome GAPS) est une affection qui établit un lien entre les fonctions du système digestif et du cerveau. Ce terme a été créé par le Dr Natasha Campbell-McBride, (neurologue et nutritionniste) en 2004 après avoir travaillé avec des centaines d’enfants et d’adultes atteints de troubles neurologiques et psychiatriques tels que troubles du spectre autistique (TDAH/TDA), schizophrénie, dyslexie, dyspraxie, dépression, trouble obsessionnel-compulsif, trouble bipolaire et autres problèmes neuropsychologiques et psychiatriques.

Pour en apprendre davantage sur le syndrome de l’intestin et de la psychologie (syndrome GAPS), comment il se développe et comment le traiter efficacement avec un protocole nutritionnel solide, veuillez lire le livre du Dr Campbell-McBride.

Pour acheter le livre 

Syndrome de l’intestin et de la psychologie expliqué par N. Campbell-McBride

Nous vivons dans un monde avec une multitude d’épidémies : les troubles du spectre autistique, l’hyperactivité avec déficit de l’attention, la schizophrénie, la dyslexie, la dyspraxie, la dépression, le trouble obsessionnel-compulsif, le trouble bipolaire et d’autres problèmes neuropsychologiques et psychiatriques chez les enfants et les jeunes adultes sont de plus en plus fréquents.

Dans la pratique clinique, ces conditions se chevauchent le plus souvent. Un enfant autiste est souvent hyperactif et dyspraxique. Il y a environ 50% de chevauchement entre la dyslexie et la dyspraxie et 25 à 50% de chevauchement entre l’hyperactivité et la dyslexie et la dyspraxie. Les enfants atteints de ces affections sont souvent diagnostiqués dépressifs et, au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils sont plus sujets à la toxicomanie ou à l’alcoolisme que leurs pairs en développement. Un jeune adulte chez qui on a diagnostiqué une schizophrénie souffrait souvent de dyslexie, de dyspraxie ou/et de TDAH/TDA pendant son enfance. La schizophrénie et le trouble bipolaire sont souvent décrits comme les deux faces d’une même pièce. Nous avons créé différentes boîtes de diagnostic pour répondre aux besoins de nos patients. Mais un patient moderne ne s’intègre pas parfaitement à l’un d’entre eux.

Lorsque nous examinons ces patients cliniquement, nous constatons que, mis à part les problèmes mentaux, ils sont également très malades physiquement. Les troubles digestifs, la malnutrition, les allergies, l’asthme, l’eczéma, la cystite chronique, le muguet et les habitudes alimentaires difficiles font partie du tableau.

Quel est le scénario classique et cliniquement observable ?

Avant d’examiner le patient, il est très important d’examiner les antécédents de santé des parents. Chaque fois que les parents sont mentionnés, les gens pensent immédiatement à la génétique. Cependant, hormis la génétique, il y a quelque chose de très important que les parents, en particulier la mère, transmettent à leur enfant : leur micro-flore intestinale unique. Peu de gens savent qu’un adulte abrite en moyenne 2 kg de bactéries dans son intestin. Il y a plus de cellules dans cette masse microbienne que de cellules dans un corps humain entier. C’est un microcosme hautement organisé, où certaines espèces de bactéries doivent prédominer pour rester en bonne santé physique et mentale. Leur rôle dans notre santé est tellement monumental que nous ne pouvons tout simplement pas les ignorer.  Nous parlerons plus en détail de la flore intestinale de l’enfant plus tard mais revenons maintenant à la source de la flore intestinale de l’enfant, c’est à dire celle des parents.

Après avoir étudié des centaines de cas ou des conditions neurologiques et psychiatriques chez les enfants, un profil de santé des mamans de ces enfants est apparue.

Une mère n’était probablement pas nourrie au sein quand elle était bébé, car née dans les années 60 ou 70, l’allaitement était devenu démodé. Pourquoi était-ce important ? Parce qu’il est bien connu que les bébés nourris au biberon développent une flore intestinale complètement différente des bébés nourris au sein. Cette flore intestinale compromise chez un bébé nourri au biberon le prédispose plus tard à de nombreux problèmes de santé.

Ayant acquis dès le début une flore intestinale compromise, la mère a reçu plusieurs antibiotiques pendant son enfance et sa jeunesse pour diverses infections. Il est bien connu que les antibiotiques ont un effet néfaste important sur la flore intestinale, car ils éliminent les souches bénéfiques des bactéries dans l’intestin.

À l’âge de 16 ans et parfois même plus tôt, la mère a été mise sous une pilule contraceptive, prise pendant plusieurs années avant de fonder une famille. Les pilules contraceptives ont un effet dévastateur sur les bonnes bactéries utiles dans l’intestin. L’une des principales fonctions des bonnes bactéries dans la flore intestinale consiste à contrôler environ 500 espèces différentes de microbes pathogènes (mauvais) et opportunistes, connues des scientifiques.

Lorsque les bactéries bénéfiques sont détruites, les opportunistes ont la possibilité de se développer en grandes colonies et d’occuper de vastes zones du tube digestif. Un régime alimentaire moderne composé d’aliments transformés et rapides fournit une nourriture parfaite pour ces agents pathogènes et c’est un régime typique d’une maman moderne en tant qu’enfant et jeune adulte.

En raison de tous ces facteurs, une mère a sérieusement compromis sa flore intestinale au moment où elle est prête à avoir des enfants. Et en effet, des signes cliniques de dysbiose intestinale (flore intestinale anormale) sont présents chez près de 100% des mères d’enfants atteints de troubles neurologiques et psychiatriques. Les problèmes de santé les plus courants chez les mères sont les anomalies digestives, les allergies, l’auto-immunité, le syndrome prémenstruel, la fatigue chronique, les maux de tête et les problèmes de peau.

Le bébé naît avec un intestin stérile. Au cours des quelque 20 premiers jours de sa vie, la surface intestinale vierge du bébé est peuplée d’un mélange de microbes. Ceci est la flore intestinale de l’enfant, qui aura un effet considérable sur sa santé pour le reste de sa vie. D’où vient cette flore intestinale ? Principalement de la mère. Ainsi, quelle que soit l’état de la flore microbienne de la mère, elle sera transmise à son nouveau-né.

La flore intestinale est une chose à laquelle nous ne pensons pas beaucoup. Et pourtant, le nombre de fonctions qu’elle remplit est si important pour nous que si un jour notre tube digestif était stérilisé, nous ne survivrions probablement pas.

La fonction première très importante est la digestion et l’absorption des aliments. Si un enfant n’acquiert pas une flore intestinale équilibrée, l’enfant ne digérera pas et n’absorbera pas correctement les aliments, développant ainsi de multiples carences nutritionnelles.  Et c’est ce que nous voyons couramment chez les enfants et les adultes ayant des difficultés d’apprentissage, des problèmes psychiatriques et des allergies. Beaucoup de ces patients sont mal nourris. Même dans les cas où l’enfant grandit correctement, les tests révèlent des carences nutritionnelles typiques dans de nombreux minéraux, vitamines, graisses essentielles, nombreux acides aminés et autres nutriments importants. Les déficiences les plus fréquentes, enregistrées chez ces patients, sont en magnésium, zinc, sélénium, cuivre, calcium, manganèse, soufre, phosphore, fer, potassium, vanadium, bore, vitamines B1, B2, B3, B6, B12, C, A, D, acide folique, acide pantothénique, acides gras oméga-3, 6, 9, taurine, acide alpha-cétoglutarique, le glutathion et de nombreux autres acides aminés. Cette liste habituelle de carences nutritionnelles comprend certains des nutriments les plus importants pour le développement normal et le fonctionnement du cerveau, du système immunitaire et du reste de l’enfant.

Outre la digestion normale et l’absorption des aliments, la flore intestinale saine synthétise activement divers nutriments : vitamine K, acide pantothénique, acide folique, thiamine (vitamine B1), riboflavine (vitamine B2), niacine (vitamine B3), pyridoxine (vitamine B6) (vitamine B12), divers acides aminés et protéines. En effet, lorsque testés, les personnes atteintes de dysbiose intestinale présentent toujours des carences en ces nutriments. L’expérience clinique montre que la restauration des bactéries bénéfiques dans leur intestin est la meilleure façon de remédier à ces carences.

La majorité des enfants et des adultes atteints de troubles neurologiques et psychiatriques semblent pâles et un teint terreux. Lorsqu’ils sont testés, ils montrent divers stades de l’anémie, ce qui n’est pas surprenant. Pour avoir un bon sang, nous avons besoin de nombreux nutriments : vitamines (B1, B2, B3, B6, B12, K, A, D, etc.), minéraux (Fe, Ca, Mg, Zn, Co, Se, bore, etc. ), acides aminés essentiels et graisses.  Non seulement ces patients ne peuvent pas absorber les nutriments provenant des aliments, mais la production de beaucoup d’entre eux par leur corps est endommagée. De plus, les personnes atteintes de flore intestinale endommagée ont souvent des groupes particuliers de bactéries pathogènes qui se multiplient dans leur intestin et, qui sont des bactéries affectant le fer (Actinomyces spp., Mycobacterium spp., Souches pathogènes d’E. Coli, Corynebacterium spp. Et bien d’autres). Ces bactéries consomment tout ce que la personne reçoit dans son régime alimentaire, la laissant déficiente en fer. Malheureusement, la supplémentation en fer ne fait que renforcer ces bactéries et ne remédie pas à l’anémie.

En plus de participer directement à la nutrition du corps, les bactéries bénéfiques dans l’intestin agissent comme les gouvernantes du tube digestif. Elles recouvrent toute la surface de l’intestin en le protégeant des envahisseurs et des toxines en fournissant une barrière naturelle et en produisant beaucoup de substances antibactériennes, antivirales et antifongiques. En même temps, elles fournissent de la nourriture à la muqueuse intestinale.

On estime que 60 à 70% de l’énergie, dérive de la muqueuse intestinale, provient de l’activité des bactéries qui y vivent. Ainsi, il n’est pas surprenant que lorsque la flore intestinale est anormale, le tube digestif lui-même ne peut pas être sain. En effet, la plupart des enfants et des adultes ayant des difficultés d’apprentissage, des troubles psychiatriques et des allergies présentent des problèmes digestifs. Dans de nombreux cas, ces problèmes sont si graves que les patients (ou leurs parents) en parlent d’abord.

Dans certains cas, ils peuvent ne pas être très graves, mais lorsqu’on leur pose des questions directes, les parents décrivent que leur enfant n’a jamais eu de selles normales, ou souffrait de coliques en tant que bébé et que les douleurs au ventre, les ballonnements et les flatulences étaient très courants.

Les patients adultes décrivent le même type de symptômes. Dans les cas où ces enfants et ces adultes ont été examinés par gastro-entérologie, un processus inflammatoire de l’intestin a été observé, ainsi qu’un fécalome et un syndrome de débordement. Le Dr Andrew Wakefield et son équipe du Royal Free Hospital de Londres à la fin des années 90 ont découvert une maladie inflammatoire dans l’intestin des enfants autistes, qu’ils ont appelée entérocolite autistique. Les patients schizophrènes étaient toujours connus pour avoir de graves problèmes digestifs. Dr. Curtis Dohan, MD a consacré de nombreuses années à la recherche d’anomalies digestives dans la schizophrénie.  Il a trouvé beaucoup de similitudes entre la maladie coeliaque et l’état du tube digestif chez les schizophrènes.

En effet, dans ma pratique clinique bien avant que ces patients ne développent des symptômes psychotiques, ils souffrent de troubles digestifs et de tous les autres symptômes typiques de la dysbiose intestinale depuis le début de leur vie. Les enfants et les jeunes adultes atteints de TDAH/TDA, de TOC, de dépression et d’autres problèmes neuropsychologiques sont très souvent victimes d’anomalies digestives.

Quels autres symptômes de dysbiose intestinale connaissons-nous ?

Une flore intestinale qui fonctionne bien est le bras droit de notre système immunitaire. Les bactéries bénéfiques dans l’intestin assurent une production appropriée de différentes cellules immunitaires, immunoglobulines et autres parties de l’immunité. Mais surtout, elles maintiennent le système immunitaire dans un bon équilibre. Ce qui se produit généralement chez une personne atteinte de dysbiose intestinale est que deux des principaux acteurs de leur système immunitaire Th1 et Th2 se déséquilibrent avec le Th1 sous-actif et le Th2 hyperactif. En conséquence, le système immunitaire réagit à la plupart des stimuli environnementaux de manière allergique ou atopique.

Un bébé naît avec un système immunitaire immature. L’établissement d’une flore intestinale saine et équilibrée dans les premiers jours de la vie joue un rôle crucial dans la maturation appropriée du système immunitaire. Si le bébé n’acquiert pas la flore intestinale appropriée, celui-ci ne sera pas immunisé. Le résultat sera beaucoup d’infections suivies de nombreux traitements antibiotiques, qui endommagent encore plus la flore intestinale et le système immunitaire de l’enfant. Les infections les plus courantes au cours des deux premières années de vie chez les enfants présentant des troubles neurologiques, psychologiques et atopiques sont les infections de l’oreille, les infections thoraciques, les maux de gorge et l’impétigo. Parallèlement, au cours des deux premières années de vie, l’enfant reçoit beaucoup de vaccins. Un enfant dont le système immunitaire est affaibli ne réagit pas de manière adéquate aux vaccins. Dans la plupart des cas, les vaccins aggravent les dommages au système immunitaire et constituent une source d’infections virales persistantes chroniques et de problèmes auto-immuns chez ces enfants.

Un nombre considérable de recherches ont été publiées sur l’état du système immunitaire chez les enfants et les adultes ayant des difficultés d’apprentissage et des problèmes psychiatriques. La recherche montre des anomalies profondes dans tous les principaux groupes cellulaires et immunoglobulines chez ces patients. Les auto-anticorps les plus courants sont la protéine basique de la myéline (MBP) et la protéine du filament neurone-axone (NSFP). Ces anticorps attaquent le cerveau de la personne et le reste du système nerveux.

Ainsi, le patient (enfant ou adulte), dont nous parlons, n’a pas eu dès le départ une flore intestinale normale et l’a ensuite endommagé par des traitements répétés d’antibiotiques et de vaccinations. En conséquence, ces enfants et adultes souffrent fréquemment de problèmes digestifs, d’allergies, d’asthme et d’eczéma.

Mais à part cela, chez les personnes qui développent ensuite des problèmes neurologiques et psychiatriques, quelque chose de plus terrible se produit. Sans contrôle des bactéries bénéfiques, différentes bactéries, virus et champignons opportunistes et pathogènes ont de bonnes chances d’occuper de vastes territoires dans le tube digestif du patient et d’y développer de grandes colonies. Les levures (y compris les espèces de Candida) et la famille des Clostridia sont les deux groupes les plus fréquemment rencontrés lors des tests. Ces microbes pathogènes commencent à digérer les aliments à leur manière, produisant de grandes quantités de diverses substances toxiques, qui sont absorbées dans le flux sanguin, transportées jusqu’au cerveau et traversent la barrière hémato-encéphalique.

Le nombre et le mélange de toxines peuvent être très individuels, provoquant différents symptômes neurologiques et psychiatriques. En raison de l’absence ou de la réduction importante du nombre de bactéries bénéfiques dans la flore intestinale, le système digestif de la personne au lieu d’être une source de nourriture devient une source majeure de toxicité dans l’organisme.

Alors, de quel genre de toxines parle-t-on ? 

Il y a beaucoup de toxines que nous n’avons pas encore très bien étudiées. Mais certaines toxines ont fait l’objet de nombreuses recherches.

Acétaldéhyde et alcool

Les microbes pathogènes les plus courants qui se sont révélés proliférer dans le système digestif des enfants et des adultes atteints de troubles neuropsychiatriques sont les levures, en particulier les espèces de Candida. Les levures fermentent les glucides alimentaires avec production d’alcool et de son sous-produit, l’acétaldéhyde. Voyons ce que fait une exposition constante à l’alcool et à l’acétaldéhyde à l’organisme.

  • Dommages au foie avec une capacité réduite à détoxiquer les médicaments, les polluants et autres toxines.
  • Dégénérescence du pancréas avec une capacité réduite à produire des enzymes pancréatiques, ce qui nuirait à la digestion.
  • Capacité réduite de la paroi de l’estomac à produire de l’acide gastrique.
  • Dommage pour le système immunitaire.
  • Dommages cérébraux avec manque de maîtrise de soi, mauvaise coordination, altération du développement de la parole, agressivité, retard mental, perte de mémoire et stupeur.
  • Dommages aux nerfs périphériques avec altération des sens et faiblesse musculaire.
  • Dommages directs aux tissus musculaires avec altération de la capacité à se contracter et se détendre et faiblesse musculaire.
  • Les carences nutritionnelles de l’effet néfaste sur la digestion et l’absorption de la plupart des vitamines, minéraux et acides aminés. Les carences en vitamines B et A sont particulièrement fréquentes.
  • L’alcool a la capacité d’accroître la toxicité de la plupart des médicaments courants, des polluants et d’autres toxines.
  • Altération du métabolisme des protéines, des glucides et des lipides dans le corps.
  • Incapacité du foie à disposer d’anciens neurotransmetteurs, hormones et autres sous-produits du métabolisme normal. Par conséquent, ces substances s’accumulent dans l’organisme, provoquant des anomalies du comportement et de nombreux autres problèmes.

L’acétaldéhyde est considéré comme le plus toxique des sous-produits alcooliques. C’est le produit chimique, qui nous donne la sensation de la gueule de bois. Quiconque a eu la gueule de bois vous dira à quel point cela a été affreux. Les enfants, qui acquièrent dès le début une flore intestinale anormale avec beaucoup de levure, ne connaîtront peut-être que cet état. L’acétaldéhyde a une grande variété d’influences toxiques sur le corps. L’une des influences les plus dévastatrices de ce produit chimique est sa capacité à modifier la structure des protéines. Les protéines altérées par l’acétaldéhyde seraient responsables de nombreuses réactions auto-immunes. Les enfants et les adultes ayant des problèmes neuropsychiatriques ont généralement des anticorps agissants contre leurs propres tissus.

Neurotoxines de Clostridia

Il existe environ 100 espèces de Clostridia différentes connues à ce jour. Ils sont présents dans les selles des personnes atteintes d’autisme, de schizophrénie, de psychose, de dépression grave, de paralysie musculaire et d’anomalies du tonus musculaire, ainsi que dans certaines autres conditions neurologiques et psychiatriques. De nombreuses espèces de Clostridia sont des habitants normaux dans l’intestin humain. Par exemple, le Clostridium tetani se trouve couramment dans l’intestin des humains et des animaux en bonne santé. Tout le monde sait que le tétanos est une maladie mortelle due à une neurotoxine extrêmement puissante produite par le Clostridium tetani.  Le Clostridium tetani, qui vit dans l’intestin, est normalement contrôlé par les bactéries bénéfiques et ne nous fait aucun mal, car sa toxine ne peut pas traverser la paroi intestinale saine.

Malheureusement, les patients dont nous parlons n’ont pas de paroi intestinale saine. Dans la dysbiose intestinale, cette neurotoxine puissante peut traverser la muqueuse intestinale endommagée et traverser ensuite la barrière hémato-encéphalique qui affecte le développement mental de la personne. De nombreuses autres espèces de Clostridia (perfringens, novyi, septicum, histolyticum, sordelli, aerofoetidum, tertium, sporogenes, etc.) produisent des toxines similaires à la toxine tétanique ainsi que de nombreuses autres toxines. Le Dr William Shaw, de Great Plains Laboratories, décrit en détail le nombre d’enfants autistes, qui ont montré de sérieuses améliorations dans leur développement et leurs tests biochimiques sous traitement anti-Clostridia.

Malheureusement, dès que le médicament a été arrêté, les enfants sont revenus à l’autisme, car ces enfants n’ont pas la flore intestinale saine pour contrôler les Clostridia et ne pas laisser leurs toxines traverser la paroi intestinale dans la circulation sanguine. Dans de nombreux cas, les Clostridia n’ont pas été identifiés dans les selles de ces enfants, car les Clostridia sont des anaérobies stricts et sont très difficiles à étudier. Nous devons trouver de meilleurs moyens de tester ces agents pathogènes puissants.

Les levures et les Clostridia ont bénéficié d’une opportunité particulière à l’ère des antibiotiques. Les antibiotiques à large spectre ne les touchent pas en tuant les bactéries bénéfiques dans l’intestin, censées contrôler les levures et les Clostridia. Ainsi, après chaque traitement antibiotique, ces deux groupes pathogènes deviennent incontrôlables et prolifèrent. Les patients dont nous parlons sont généralement exposés à de nombreux traitements antibiotiques depuis le début de leur vie.

Glutomorphines et casomorphines ou opiacés à base de gluten et de caséine

Le gluten est une protéine présente dans les céréales, principalement le blé, le seigle, l’avoine et l’orge. La caséine est une protéine du lait, présente chez les vaches, les chèvres, les moutons, les humains et tous les autres produits laitiers. Dans le corps des enfants et des adultes atteints d’autisme et de schizophrénie, ces protéines ne sont pas digérées correctement, car leur système digestif est rempli d’une flore microbienne anormale et donc malsaine. En raison d’une mauvaise digestion, le gluten et la caséine se transforment en substances ayant une structure chimique similaire aux opiacés, comme la morphine et l’héroïne.

Dohan, Reichelt, Shattock, Cade et d’autres ont effectué de nombreuses recherches dans ce domaine, où des peptides de gluten et de caséine, appelés glutéomorphines et casomorphines, ont été détectés dans l’urine de patients schizophrènes et d’enfants autistes. Accessoirement, ces substances ont également été trouvées chez des patients souffrant de dépression et de polyarthrite rhumatoïde. Ces opiacés issus du blé et du lait traversent la barrière hémato-encéphalique et bloquent certaines zones du cerveau, comme le feraient de la morphine ou de l’héroïne, provoquant divers symptômes neurologiques et psychiatriques. Sur la base de cette recherche, le régime sans gluten et sans caséine (régime FBCF) a été mis au point.

Dermorphine & Deltorphine

Ce sont deux substances toxiques effrayantes à structure opiacée qui ont été trouvées chez des enfants autistes par un biochimiste Alan Friedman, PhD. La dermorphine et la deltorphine ont été identifiées pour la première fois sur la peau d’une grenouille à poison en Amérique du Sud. Les indigènes plongeaient leurs fléchettes dans le mucus de ces grenouilles pour paralyser leur ennemi, car la deltorphine et la dermorphine sont des neurotoxines extrêmement puissantes. Dr Friedman croit que ce ne sont pas les grenouilles qui produisent ces neurotoxines, mais un champignon qui pousse sur la peau de cette grenouille. Il est possible que ce champignon se développe dans l’intestin des enfants autistes, fournissant à leur corps de la dermorphine et de la deltorphine.

Les tests d’acides organiques disponibles actuellement dans de nombreux laboratoires du monde entier permettent d’identifier divers métabolites de l’activité microbienne dans l’intestin, qui sont absorbés et finissent dans l’urine du patient. Beaucoup de ces métabolites sont des substances hautement toxiques.

Des faibles taux de sulfates sériques sont courants chez ces patients, qui sont une indication indirecte de la toxicité dans l’organisme, car les sulfates sont essentiels pour de nombreux processus de détoxication et le métabolisme normal des neurotransmetteurs cérébraux.  Dans de nombreux cas, la personne peut recevoir beaucoup de sulfates par le biais de l’alimentation. Dans le même temps, les bactéries réductrices de sulfates sont un autre groupe important de bactéries, qui prolifèrent généralement dans la dysbiose intestinale, ce qui rend le soufre indisponible pour le corps. Ces bactéries métabolisent les sulfates provenant des aliments en sulfites, dont beaucoup sont toxiques comme le sulfure d’hydrogène, par exemple, qui est l’odeur des œufs pourris. Certains parents d’enfants autistes, hyperactifs et autres font remarquer que les selles de leur enfant ont cette odeur caractéristique.

Le profil de toxicité chez chaque enfant ou adulte peut être très individuel et différent. Mais ils ont tous en commun la dysbiose intestinale. La toxicité, produite par la masse microbienne anormale chez ces personnes, établit un lien entre l’intestin et le cerveau. C’est pourquoi, ces troubles sont regroupés et désignés sous un même syndrome : le syndrome de l’intestin et de la psychologie (syndrome de GAPS). Les enfants et les adultes GAPS peuvent présenter des symptômes de l’autisme, TDAH, TDA, TOC, dyslexie, dyspraxie, schizophrénie, dépression, troubles du sommeil, allergies, asthme et eczéma dans toute les combinaison possible. Ce sont des patients qui passent au travers des mailles de nos connaissances médicales. Tout enfant ou adulte ayant un trouble d’apprentissage, des problèmes neurologiques ou psychiatriques doit faire l’objet d’un examen approfondi afin de détecter toute dysbiose intestinale.

Le syndrome de l’intestin et de la psychologie (syndrome de GAPS) établit le lien entre l’état de l’intestin du patient et le fonctionnement du cerveau. Cette connexion est connue des médecins depuis très longtemps. Le père de la psychiatrie moderne psychiatre français,  Phillipe Pinel (1745-1828), après avoir travaillé de nombreuses années avec des malades mentaux, conclut en 1807 : «Le siège principal de la folie se situe généralement au niveau de l’estomac et des intestins. En (460-370 av. J.-C.), Hippocrate, le père de la médecine moderne a déclaré : «Toutes les maladies commencent dans l’intestin !»

Plus nous apprenons avec nos outils scientifiques modernes et, plus nous réalisons à quel point ces allégations étaient justes !




Les références

Absolon CM chez al. Troubles psychologiques dans l’eczéma atopique: l’ampleur du problème chez les enfants d’âge scolaire. Br J Dematol, Vol 137 (2), 1997, pp.24105.

Ashkenazi et al. Réaction immunologique chez les patients psychotiques à des fractions de gluten. Am J Psychiatry 1979; 136: 1306-1309.

Baruk H. 1978. Psychoses d’origine digestive. Dans: Hemmings et Hemmings (eds), Base biologique de la schizophrénie. Lancaster MTP Press.

Bolte ER, (1998). Autisme et Clostridium tetani. Hypothèse médicale 51 (2): 133-144.

Cade R et al. Autisme et schizophrénie: troubles intestinaux. Neuroscience Nutritionnelle Mars 2000.

Dohan CF. Céréales et schizophrénie: données et hypothèses. Acta Psychiat Scand 1966; 42: 125-152.

Dohan CF et al. Schizophrènes récidivants: amélioration plus rapide du régime sans lait et sans céréales. Brit J Psychiat 1969; 115: 595-596.

Dohan et al. La schizophrénie est-elle rare si le grain est rare? Biologie et psychiatrie. 1984: 19 (3): 385-399.

Dohan FC. La maladie cœliaque est-elle un indice de la pathogenèse de la schizophrénie? Hygiène mentale. 1969; 53: 525-529.

Ferrari P et al. Statut immunitaire dans l’autisme infantile: Corrélation entre le statut immunitaire, les symptômes autistiques et les niveaux de sérotonine. Encephale 14: 339-344, 1988.

Finegold SM. Thérapie et épidémiologie de l’autisme – spores de Clostridium comme éléments clés. Med Hypothèses. 2008; 70 (3): 508-11.

Finegold SM, Molitoris D, Song Y, Liu C, Vaisanen ML, Bolte E, McTeague M, Sandler R, Wexler H, Marlowe EM, MD Collins, Lawson PA, Summanen P, Baysallar M, Tomzynski TJ, Read E, Johnson E , Rolfe R, Nasir P, Shah H, Haake DA, Manning P, Kaul A. Des études de microflore gastro-intestinale dans l’autisme à début tardif. Clin Infect Dis. 1 er septembre 2002 35 (Suppl 1): S6-S16.

Furlano RI, Anthony A, Day R et al. Infiltration des cellules T CD8 coloniques et delta gamma avec lésions épithéliales chez les enfants autistes. J Pediatr 2001; 138: 366-72.

Horrobin DF, Glen AM, Vaddadi K. 1994. L’hypothèse membranaire de la schizophrénie. Schiz Res 18, 195-207.

Horvath K, Papadimitriou JC, Rabsztyn A et al. Anomalies gastro-intestinales chez les enfants autistes. Journal of Pediatrics 1999; 135: 559-563.

Kawashima H, M Takayuki, Y Kashiwagi et al. Détection et séquençage du virus de la rougeole à partir de cellules mononucléées du sang périphérique de patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin et d’autisme. Maladies Digestives et Sciences. 2000; 45: 723-729.

Kirjavainen PV, Apostolov E, Salminen SS, Isolauri E 1999. Nouveaux aspects des probiotiques – une nouvelle approche dans la gestion des allergies alimentaires. (Review) (59refs) .Allergie. 54 (9): 909-15, 1999 sept.

Kontstanareas M et Homatidis S, (1987). Les otites chez les enfants autistes et normaux. Journal of Autism and Developmental Disorders, 17: 585.

Krasnogolovez VN. Disbactériose colique – M .: Medicina, 1989 (russe).

Lewis SJ, Freedman AR (1998). Article de synthèse: utilisation d’agents biothérapeutiques dans la prévention et le traitement des maladies gastro-intestinales. (Review) (144 références). Pharmacologie Alimentaire et Thérapeutique. 12 (9): 807-22, 1998 sept.

Lykova EA, VM Bondarenko, SV Sidorenko, Grishina ME, Murashova AD, Minaev VI, Rytikov FM, Korsunski AA (1999). Traitement combiné antibactérien et probiotique de la maladie associée à Helicobacter chez les enfants (russe) .Zhurnal Microbiologii, Epidemiologii I Immunobiologii. 1999 mars-avril; (2): 76-81.

Macfarlane GT, Cummings JH (1999). Probiotiques et prébiotiques: la régulation des activités des bactéries intestinales peut-elle être bénéfique pour la santé? (Révision) (48 réfs) .BMJ. 1999 avril; 318: 999-1003.

McCandless J. Enfants avec des cerveaux affamés. 2003. ISBN 1-883647-10-X.

Mycroft et al. Séquences de type JIF dans les protéines de lait et de blé. NEJM 1982; 307: 895.

Papalos D, J. Papalos L’enfant bipolaire. Broadway Books, 2000.

Parracho HM, MO Bingham, Gibson GR, McCartney AL. Différences entre la microflore intestinale des enfants atteints de troubles du spectre autistique et celle des enfants en bonne santé. J Med Microbiol. 2005 oct; 54 (p. 10): 987-91.

Plioplys AV chez al. Fonction lymphocytaire dans l’autisme et le syndrome de Rett. Neuropsychobiology 7: 12-16, 1994.

Reichelt K et al. Gluten, protéines du lait et autisme: effets des interventions alimentaires sur le comportement et les sécrétions peptidiques. Journal of Applied Nutrition. 42: 1-11, 1990.

Reichelt K et al. Fractions biologiquement actives contenant des peptides dans la schizophrénie et l’autisme chez l’enfant. Adv Biochem Psychopharmacol 28: 627-47, 1981.

Rimland B. Un nouvel espoir pour des traitements sûrs et efficaces contre l’autisme. Autism Research Review International 8: 3, 1994.

Samonis G et al. (1994). Évaluation prospective de l’impact des antibiotiques à large spectre sur la flore de levure de l’intestin humain. Journal européen de microbiologie clinique et maladies infectieuses 13: 665-7.

Schoenthaler SJ et al. L’effet de la supplémentation en vitamines et minéraux randomisée sur les comportements antisociaux violents et non violents chez les mineurs incarcérés. J Nut Env Med, Vol 7, 1997, pages 343-352.

Singh V. Neuro-immunopathogenesis dans l’autisme. 2001. Nouvelles fondations de la biologie. Berczi I & Gorczynski RM (rédacteurs) Elsevier Science BV pp 447-458.

Singh V à al. Modifications de l’interleukine-2 soluble, de l’interleukine-2, de l’antigène T8 et de l’interleukine-I dans le sérum des enfants autistes. Clin. Immunol. Immunopathe 61: 448-455, 1991.

Singh V et al. Immunodiagnostic et immunothérapie chez les enfants autistes. Ann NY Acad Sei 540: 602-604, 1988.

Singh V et al. Association sérologique du virus de la rougeole et de l’herpèsvirus humain 6 avec des autoanticorps du cerveau dans l’autisme. Immunologie clinique et immunopathologie. 1998: 89; 105-108.

Singh & Kay. Le gluten de blé comme facteur pathogène dans la schizophrénie. Science 1975: 191: 401-402.

Sioudrou et al. Les peptides opioïdes dérivés des protéines alimentaires. Les exorphines. J Biol Chem. 1979; 254: 2446-2449.

Shaw W. Traitements biologiques pour l’autisme et le TED. 2002. ISBN 0-9661238-0-6

Tabolin VA, SV Belmer, Gasilina TV, Muhina UG, Korneva TI. Thérapie rationnelle de la disbactériose intestinale chez les enfants. – M.: Medicina, 1998, 22p (russe).

Vorobiev AA, Pak SG et al. (1998). La bactériose chez les enfants. Un manuel pour les médecins et les étudiants en médecine (russe). M .: «KMK Lt.», 1998. 64p. ISBN 5-87317-049-5.

Waizman A et al. Réponse immunitaire anormale à l’antigène du tissu cérébral dans le syndrome de l’autisme. Am J Psychiatry 139: 1462-1465, 1982.

Wakefield AJ, Anthony A et al. Entérocolite chez les enfants ayant des troubles du développement. Journal AIA, automne 2001.

Wakefield AJ, Murch SH, Anthony A et al. Hyperplasie iléo-lymphoïde-nodulaire, colite non spécifique et trouble envahissant du développement chez l’enfant. Lancet 1998; 351: 637-41.

Wakefield AJ et Montgomery SM. Autisme, infection virale et vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Journal de l’Association médicale israélienne 1999; 1: 183-187.

Walker-Smith JA. Autisme, maladie inflammatoire de l’intestin et vaccin ROR. Lancet 1998; 351: 1356-57.

Ward NI. Évaluation des facteurs cliniques liés à l’hyperactivité chez l’enfant. J. Nutr Environ Med, Vol 7, 1997, p. 333-342.

Ward NI. Hyperactivité et antécédents d’utilisation d’antibiotiques. Praticien en nutrition, Vol 3 (3), 2001, p.12.

Waring (2001). Perméabilité aux sulfates, sulfates et intestins: les cytokines sont-elles impliquées? Dans: La biologie de l’autisme – démêlé. Actes de conférence 11 mai 2001, Institute of Electrical Engineers, Londres.

Warren R et al. Anomalies immunitaires chez les patients autistes. J. Autisme Développer Dis. 16, 189-197, 1986.

Warren PP chez al. Réduction de l’activité des cellules tueuses naturelles dans l’autisme. J Am Acad Child Phychol 26: 333-335, 1987.

Wilson K, Moore L, Patel M, Permoad P. Suppression de pathogènes potentiels par une microflore colique définie. Ecologie microbienne dans la santé et la maladie. 1988; 1: 237-43.

Yonk LJ et al. D4 + par dépression des cellules T dans l’autisme. Immunol Lett 35: 341-346, 1990.


Source

pierresetcristaux.com
Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :