Contrôler l’asthme et certains autres troubles respiratoires avec la méthode de Buteyko

Imprimer





La méthode de Buteyko porte le nom de son fondateur, le docteur Konstantin Buteyko. C’est l’approche la plus efficace sans drogue pour la prise en charge de l’asthme et d’autres problèmes liés à la respiration. Elle peut être pratiquée par les adultes et les enfants, et donne des résultats rapides et cohérents.

La méthode de Buteyko n’est ni un traitement médical ni une procédure. Il ne s’agit pas de médicaments, d’homéopathie ou d’herbes. C’est une série de cours liés à la respiration qui permet aux gens de comprendre une notion de «respiration normale» ou de respiration selon les normes physiologiques. Elle contient des techniques de respiration simples et des instructions logiques à suivre. Elle donne également les moyens de contrôler les paramètres respiratoires sans aucun appareil technique. La méthode Buteyko apporte les paramètres physiologiques du corps à la norme. Elle peut être facilement incorporée dans la vie quotidienne de toute personne. Elle ne vous oblige pas à interrompre vos activités quotidiennes pour effectuer des procédures sophistiquées similaires à l’asana du yoga. Vous pouvez utiliser le concept de la méthode à tout moment dans n’importe quelle situation.

Le succès de la méthode Buteyko dans le traitement de l’asthme est étayé par des données scientifiques rigoureuses. Les essais cliniques financés par l’Association australienne des fondations d’asthme en 1994 à l’hôpital Mater à Brisbane ont démontré que les asthmatiques ont réussi à réduire leur consommation de médicaments symptomatiques de 90% et leurs médicaments stéroïdiens de 30%. Cette réduction des médicaments a été accompagnée d’une amélioration de leur santé générale et de leur qualité de vie.

Revenez à une respiration saine par le nez avec la méthode de respiration de Buteyko

La recherche a montré que la respiration par la bouche pose de sérieux risques pour votre santé, y compris l’asthme, les allergies, l’apnée du sommeil et même les maladies cardiaques.

Et la respiration buccale pendant un exercice ou autres formes d’effort peut augmenter votre risque.

Malheureusement, la respiration buccale est une mauvaise habitude à prendre, mais difficile à s’en défaire. Cependant, la méthode de respiration de Buteyko peut non seulement vous aider à revenir à la respiration nasale, mais aussi à vous donner une meilleure qualité de vie.

Les nombreux bienfaits de la respiration par le nez

Bien que la respiration par votre bouche entraîne plus d’air que de respiration dans votre nez, la respiration buccale n’est tout simplement pas saine. La respiration par le nez fournit :

  • La suppression des corps étrangers par les poils semblables à des filtres dans les passages nasaux
  • L’humidification, qui détruit les agents pathogènes potentiellement dangereux
  • La dilatation des bronchioles et des vaisseaux sanguins pour une meilleure absorption et transport d’oxygène
  • Le même transfert de dioxyde de carbone pour l’oxygène
  • Le support de l’équilibre acide-alcalin
  • Le maintien de l’élasticité et de l’efficacité pulmonaires

Ce sont tous les bienfaits que vous renoncez immédiatement à toutes les fois que vous respirez par la bouche

Donc, peu importe le degré d’essoufflement que vous pourriez ressentir avec l’effort, vous devriez toujours recourir à la respiration par le nez. Maintenant, cela peut être plus facile à dire qu’à faire. 

La méthode de respiration de Buteyko

  1. Assis droit sur une chaise avec les pieds à plat sur le sol, respirez naturellement
  2. Inspirez silencieusement et expirez par votre nez et vous pincer le nez après l’expiration
  3. Tenez votre souffle et utilisez un chronomètre ou une horloge, comptez le nombre de secondes qu’il faut avant de sentir l’envie de respirer
  4. Lorsque l’envie arrive, prenez note du temps nécessaire pour sentir l’envie
  5. En reprenant la respiration, si vous avez envie de respirer profondément dans votre bouche, vous avez réussi à respirer trop longtemps

Voici un tableau qui donne une relation approximative entre la pause de contrôle, le taux de CO2 dans les poumons et l’état de santé général, selon Buteyko :

Pause de contrôle  60 et + 50 – 60 40 – 50 30 – 40 20 – 30 10 – 20 5 – 10
Taux de CO2 6.5% 6.0% 5.5% 5.0% 4.5% 4.0% 3.5%
État de santé Exceptionnel Excellent Très bon Bon Satisfaisant Instable Maladie

Les individus en bonne santé avec un mode de respiration normal sont généralement capables de retenir leur souffle après une expiration pendant 40 à 60 secondes sans inconfort. La majorité des personnes ont une pause de contrôle dans les 20 à 40. Même s’ils n’ont aucun problème actuel avec leur santé, selon Buteyko, ils sont susceptibles de les développer à l’avenir. Dans ce cas, il serait judicieux d’attirer l’attention sur la façon dont ils respirent et, au moins, de suivre des règles simples. La pause de contrôle peut également indiquer que quelque chose ne va pas avec le mode de vie, par exemple, il peut y avoir une mauvaise alimentation, ce qui se traduit par un surpoids, une consommation excessive d’alcool, etc., ou simplement un environnement stressant.

La pause de contrôle, ou la quantité de temps pendant laquelle vous avez réussi à retenir votre souffle, indique à quel point votre corps est tolérant au dioxyde de carbone. Alors qu’une pause de contrôle de 40 à 60 secondes est idéale pour une respiration saine et une excellente endurance physique, la plupart des gens tombent entre 20 et 40 secondes. Si votre pause de contrôle est inférieure à 20 secondes, vous risquez d’avoir une déficience respiratoire, une mauvaise tolérance à l’exercice et même des problèmes de santé chroniques.

Alimentation…

La carence en CO2 dans les poumons provoque toute une panoplie de déséquilibres dans l’ensemble de l’organisme (Buteyko affirme qu’il peut guérir avec sa méthode un bon nombre d’autres conditions et maladies en plus de l’asthme). L’hyperventilation chronique entraîne aussi des déficiences en minéraux, surtout en magnésium, calcium et potassium. Buteyko recommande donc de surveiller l’alimentation ; on peut procéder par essai et erreur pour éviter les aliments qui déclenchent la sur-respiration. À surveiller : les protéines animales, les produits laitiers, les sucres raffinés, la caféine… Des suppléments en minéraux seront utiles, comme par exemple le sel de mer non raffiné, qui contient plus de 40 différents éléments.






Source

Source

Source

 

pierresetcristaux.com
Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :