Les optimistes vivent-ils plus longtemps ?

Imprimer

 


Etre positif pour votre santé est vital. Se sentir invincible peut être dangereux.

Les optimistes peuvent sembler habiter un univers parallèle. Peu importe à quel point la tâche est décourageante ou à quel point la probabilité d’échec est grande, ils continuent de croire que tout ira bien à la fin. Les optimistes peuvent souvent apparaître inconscients de leur positivité, se moquant des autres pour leur pensée négative. Ceux qui sont moins optimistes peuvent être amenés à réfléchir aux raisons de leur manque de conviction, se trouvant engagés dans une réflexion contre-factuelle rassurante, imaginant avec suffisance les conséquences d’un tel optimisme incontrôlé.

Que vous voyiez le verre à moitié vide ou à moitié plein n’est pas seulement une classification sociale intéressante.  Être optimiste ou pessimiste est susceptible d’avoir un impact important sur votre comportement face à l’adversité, votre approche de la prise de risque, vos choix de carrière, votre explication des événements personnels, vos relations et, surtout, votre santé.

Le rôle et l’influence de l’optimisme dans nos vies ont fait l’objet de nombreux travaux de recherche. Sa genèse et sa localisation dans le cerveau ont été précisément cartographiées 1 et sa contribution à notre succès évolutif et à notre développement personnel s’est révélée hautement significative 2. Pendant ce temps, l’optimisme a remis en question nos croyances en ce qui concerne la santé mentale positive et la manière dont nous percevons la réalité. Étonnamment peut-être, il a été démontré que la dépression est corrélée avec une perception plus précise du monde qui nous entoure, avec une santé mentale positive associée à une série de préjugés d’auto-amélioration 3.

Un aspect particulièrement intéressant du comportement d’un optimiste est sa capacité à conserver une attitude positive face à des preuves contradictoires apparemment accablantes. Plutôt que de présenter une «mise à jour bayésienne» selon laquelle les individus évaluent les informations reçues et réajustent leurs croyances à la lumière des nouvelles preuves, les optimistes affichent souvent un biais cognitif systémique. Il a été montré qu’ils présentaient une «mise à jour asymétrique», assimilant plus facilement des preuves qui confirment leurs croyances antérieures, ignorant ou ne traitant pas les informations qui sont en contradiction avec leur propre vision du monde 4. Ce traitement biaisé de nouvelles informations peut être très bénéfique lorsqu’il entraîne la protection de l’estime de soi d’une personne ou maintient des sentiments importants d’estime de soi 5. Cependant, lorsque son effet est par exemple de réduire l’importance perçue de l’information sur le dépistage sanitaire 6 ou d’encourager la perception de l’invulnérabilité à une menace future pour la santé 7, l’optimisme peut devenir un risque important pour la santé future.

En raison de son potentiel d’impact sur la santé et le bien-être, l’optimisme est demeuré un sujet clé de l’activité de recherche 8. Cependant, l’impact de l’optimisme sur la santé à long terme reste contesté. Sur le plan positif, des études ont montré que l’optimisme favorise la persistance face à de graves problèmes de santé tels que le cancer 9 et encourage la confiance et l’adhésion à des schémas thérapeutiques complexes à effets secondaires tels que la thérapie antivirale 10. A l’inverse, de nombreuses études ont montré que lorsque l’optimisme se traduit par une croyance erronée de l’invulnérabilité par rapport à une menace imminente pour la santé définie comme «l’optimisme irréaliste», cela peut diminuer le respect des mesures de prévention de la santé positive 11 et peut diminuer l’engagement à participer à des examens de santé futurs 12.

L’impact de l’optimisme irréaliste est significatif. Étant donné qu’un nombre potentiellement élevé de personnes ont des croyances inexactes en matière de perception du risque par rapport à leur probabilité d’une future menace pour la santé, elles représentent sans doute des candidats clés pour des interventions préventives en matière de soins de santé. Une réponse courte de oui peut sembler évidente. Cependant, la réponse plus longue est remplie de défis et de contradictions. Le biais de perception des risques pour la santé est notoirement difficile à éradiquer efficacement, les croyances préétablies demeurant obstinément persistantes. De plus, il a été démontré que les individus non seulement percevaient inconsciemment leur véritable risque mais pouvaient aussi être motivés à le faire pour atteindre des objectifs sociaux tels que le maintien de l’image de soi ou la protection de l’estime de soi 13.

Enfin, pour compliquer davantage les choses, une série d’études a montré que, dans certains cas, l’optimisme peut encourager les individus à réagir aux nouvelles informations médicales et à réduire les niveaux de déni, d’évitement et d’anxiété face aux menaces pour la santé. Dans de tels cas, l’optimisme semble encourager activement le comportement adaptatif en matière de santé 14 .

Pour revenir à notre question, les optimistes vivent-ils plus longtemps ? Il semble que la question n’a pas encore été tranchée. Avoir une vision positive de votre santé future et la résilience nécessaire pour naviguer efficacement dans les menaces graves pour la santé sont des atouts personnels précieux. Cependant, si ces biens personnels créent un sentiment d’invulnérabilité et sont assimilés à des risques pour la santé, cela peut en fin de compte conduire à un risque d’inadaptation qui augmente le comportement en matière de santé. Il semble que, comme pour tout ce qui touche à la santé, le sens de l’équilibre demeure la meilleure option.

 



Les références

1. Sharot T, Riccardi AM, Raio CM, et al. Mécanismes neuronaux médiant le biais d’optimisme. Nature 2007; 450 (7166): 102-05.

2. Peterson C. L’avenir de l’optimisme. Psychologue américain 2000; 55 (1): 44.

3. Taylor SE, Brown JD. Illusion et bien-être: une perspective psychosociale sur la santé mentale. Bulletin psychologique 1988; 103 (2): 193.

4. Sharot T, Korn CW, Dolan RJ. Comment l’optimisme irréaliste est maintenu face à la réalité. Nature neuroscience 2011; 14 (11): 1475-79.

5. Carver CS, Scheier MF, Segerstrom SC. Optimisme. Revue de psychologie clinique 2010; 30 (7): 879-89.

6. Croyle RT, Loftus EF, Barger SD, et al. Dans quelle mesure les gens se rappellent-ils des résultats des tests de facteurs de risque? Précision et biais parmi les participants au dépistage du cholestérol. Health Psychology 2006; 25 (3): 425.

7. Radcliffe NM, Klein WMP. L’optimisme dispositionnel, irréaliste et comparative: relations différentielles avec la connaissance et le traitement de l’information sur les risques et les croyances sur le risque personnel. Bulletin de personnalité et de psychologie sociale 2002; 28 (6): 836-46.

8. Scheier MF, Carver CS. Effets de l’optimisme sur le bien-être psychologique et physique: aperçu théorique et mise à jour empirique. Thérapie cognitive et recherche 1992; 16 (2): 201-28.

9. Allison PJ, C Guichard, Fung K, et al. L’optimisme dispositionnel prédit l’état de survie 1 an après le diagnostic chez les patients atteints de cancer de la tête et du cou. Journal of Clinical Oncology 2003; 21 (3): 543-48.

10. Godin G, Côte J, Naccache H, et al. Prédiction de l’adhésion à la thérapie antirétrovirale: une étude longitudinale d’un an. AIDS care 2005; 17 (4): 493-504.

11. Weinstein ND, Kwitel A, McCaul KD et coll. Perceptions du risque: évaluation et relation avec la vaccination antigrippale. Psychologie de la santé 2007; 26 (2): 146.

12. Davidson K, Prkachin K. L’optimisme et l’optimisme irréaliste ont un impact sur le comportement favorisant la santé et les changements de connaissances. Personnalité et Social Psychology Bulletin 1997; 23 (6): 617-25.

13. Chambers JR, Windschitl PD. Les biais dans les jugements comparatifs sociaux: le rôle des facteurs non motivés dans des effets d’optimisme supérieur à la moyenne et d’optimisme comparatif. Bulletin psychologique 2004; 130 (5): 813.

14. Wiebe DJ, Korbel C. Le déni défensif, l’affect et l’autorégulation des menaces pour la santé. L’autorégulation du comportement en matière de santé et de maladie 2003: 184-203.

Source

 

pierresetcristaux.com
Merci pour votre partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :