Gain de poids de la ménopause : 4 hormones autres que l’oestrogène qui ont besoin de votre attention

Imprimer



La ménopause est un processus normal et les corps des femmes sont conçus pour l’aborder à un moment donné de la vie, de sorte que vous ne devriez pas considérer cela comme un problème.

Pourtant, l’augmentation du stockage de graisse pendant la ménopause conduit souvent à un gain de poids, lorsque la production d’œstrogène est réduite.

Cette hormone est fortement produite pendant l’adolescence, ce qui active les ovaires et la libération d’œufs dans les trompes de Fallope. Ce processus se poursuit jusqu’à la fin de la quarantaine et au début de la cinquantaine puis diminue un peu dans le temps.

Finalement, lorsque les niveaux d’œstrogène diminuent jusqu’à l’arrêt de la libération des ovules, le corps féminin modifie l’énergie de la reproduction au maintien de la santé.

C’est à ce moment-là que le corps devient plus sensible aux variations hormonales et aux changements, ce qui entraîne souvent une capacité accrue à stocker les graisses dans la section médiane.

Pourtant, le gain de poids n’est pas le seul coupable pour le gain de poids pendant la ménopause, mais tout déséquilibre hormonal dans le corps peut y contribuer. Par conséquent, l’équilibre de l’insuline, du cortisol, des hormones thyroïdiennes et de la leptine joue un rôle important.

Insuline

Cette hormone réduit la circulation de la glycémie, afin d’assurer un équilibre de l’insuline, vous devez manger des aliments à faible indice glycémique et éviter les aliments riches en glucides et avec un indice glycémique élevé. De tels aliments provoquent des pics dans le taux de sucre dans le sang et, au fil du temps, provoquent le développement de la résistance à l’insuline, dans laquelle les cellules du corps sont moins sensibles à l’insuline lorsque les niveaux sont élevés dans le sang. Ceci, entraîne un gain de poids puisque le taux de glycémie doit être éliminé du flux sanguin et il est envoyé dans les cellules graisseuses pour le stockage.

Cortisol

Les glandes surrénales libèrent du cortisol, ou l’hormone du stress, ce qui élève le taux de sucre dans le sang, et aide ainsi le corps à obtenir le carburant requis afin d’accomplir ses fonctions nécessitant de l’énergie. Lorsque les taux de sucre dans le sang sont chroniquement élevés, le corps peut développer une résistance au cortisol et une fatigue surrénale, dans laquelle le corps ne peut pas répondre à la demande d’utilisation des sources de carburant, et ils sont stockés sous forme de graisse.

Leptine

La leptine est une hormone produite par nos cellules adipeuses, envoyée pour indiquer à notre hypothalamus (dans notre cerveau) que nous sommes rassasiés. Les taux de leptine sont augmentés en réponse à des niveaux plus élevés de sucres comme le fructose. Au fil du temps, la glycémie élevée et les taux élevés de fructose peuvent entraîner une résistance à la leptine dans les cellules de notre hypothalamus. Ceci au fil du temps peut nous amener à croire que nous ne sommes pas rassasiés, alors que nous sommes déjà complets. C’est une des causes de la suralimentation en raison d’un déséquilibre hormonal et d’une résistance à la leptine.

Les hormones thyroïdiennes

Ces hormones déterminent la quantité d’énergie que les cellules du corps peuvent produire. Dans le cas d’une augmentation des taux de thyroïde, les cellules brûlent plus de glucides et de graisses pour produire de l’énergie cellulaire (ATP, adénosine triphosphate) dans les mitochondries. Lorsque la fonction des hormones thyroïdiennes est modifiée, le corps ne peut pas produire correctement de l’énergie et brûler des glucides et des graisses, et ils finissent par être stockés dans les cellules. Pour maintenir l’équilibre des hormones dans le corps et ainsi optimiser la santé et prévenir le gain de poids lors de la ménopause, vous devez suivre les conseils ci-dessous :

Mangez vert, sain et maigre

Pour optimiser votre santé, vous devez manger un régime riche en aliments sains. Il existe certains aliments qui régulent les taux de glycémie et ainsi équilibrer les hormones. Assurez-vous d’augmenter la consommation de verts, de préférence des légumes à feuilles vert foncé. Évitez les légumes traités avec des produits chimiques, des OGM, des pesticides et des herbicides, et mettez l’accent sur les aliments riches en graisses anti-inflammatoires. Par ailleurs, consommez des viandes maigres, des aliments biologiques riches en acides gras oméga-3, des graines et des noix.

Activité physique

Les femmes de plus de 50 ans perdent surtout leur masse musculaire en raison de l’inactivité, qui provoque également une ostéoporose. Par conséquent, essayez au moins de marcher pendant 20 à 30 minutes par jour, quelques fois par semaine. Vous devez rester actif et garder votre corps en bonne forme.

Tests fonctionnels de laboratoire 

Vous devriez vérifier vos niveaux hormonaux et votre santé cellulaire en faisant des tests fonctionnels de laboratoire, afin de corriger tout problème existant à temps.




Source

Merci pour votre partage !

Une pensée sur “Gain de poids de la ménopause : 4 hormones autres que l’oestrogène qui ont besoin de votre attention

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *